La bonne nouvelle du jour

P Elle concerne le quotidien catholique Présent :

"Nous avons reçu jeudi la confirmation du versement à Présent de l’aide légale à la presse quotidienne d’information générale à faibles ressources publicitaires, pour l’année 2008. Nous en étions injustement privés depuis une dizaine d’années.

Cela veut dire que – pour cet exercice 2008 – Présent est sorti de sa précarité."

MJ

14 réflexions au sujet de « La bonne nouvelle du jour »

  1. trahoir

    Que ce retour de la légalité (enfin) n’exonère pas le journal de modifier parfois la forme. Autant le fond est bon, autant la forme… Même le Choc du mois a modifié sa maquette. Mais il y a aussi parfois un problème d’angles ou de sujet. Je connaissais quelqu’un qui, après être resté quelques mois derrière un telex AFP, disait que rien qu’avec ce qui en sortait il était possible de faire quelque chose d’hyper intéressant et plus exhaustif que l’on croit. Il s’étonnait que ces dépêches ne se retrouvent pas dans ce journal, par exemple, alors qu’il y avait de la place…. Je le dit avec d’autant plus de facilité que j’ai acheté ce journal en kiosque pendant des années….avant la magie internet. Présent se disait être abonné au fil de l’AFP. D’ailleurs je n’ai jamais compris pourquoi il faisait des articles disant, “tel journaliste de l’AFP ne dit pas que nous sommes d’extrême droite” (qualificatif erroné il est vrai), était ce pour monter ses collègues contre ce pauvre journaliste objectif, lui faire une vie d’enfer au bureau et in fine le faire virer ? Mystère. En tout cas cela n’a pas du lui rendre service.

  2. Pascal G.

    Bel victoire contre l’arbitraire républicain maçonnique.
    Cela va permettre à PRESENT de pouvoir demeurer oecuménique envers tous les courants de droite, y compris envers ceux qui lui semblent éloignés : car la vérité apparait parfois là où on ne l’attendait pas, et souvent PRESENT semble ignorer certaines infos, et également certains courants intellectuels.
    Ce qui limite son audience, particulièrement auprès des jeunes générations qui n’ont pas été formées à un certain moule et à certains réflexes de pensée ou de vocabulaire.
    Mais quel parcours, depuis le début avec Bernard ANTONY, puis Jean MADIRAN, Hugues KERALY, F. BRIGNEAU, Pierre DURAND, Alain SANDERS etc…. !

Laisser un commentaire