Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

La basilique de Châteauneuf-sur-Cher tente de récupérer sa crèche de Noël

La basilique de Châteauneuf-sur-Cher tente de récupérer sa crèche de Noël

Nous avions évoqué fin 2019 la réapparition de la grande crèche de la basilique de Châteauneuf-sur-Cher, mise en vente 75.000 euros sur Internet par ses propriétaires, un couple installé à Nîmes. Un ancien recteur de la basilique l’avait vendue à un antiquaire, sans en référer au légitime propriétaire : la commune. 14 sujets en plâtre peint, pour certains de plus d’un mètre, fabriqués fin XIXe siècle, devaient réintégrer la basilique Notre-Dame-des-Enfants. C’est ce que souhaitent à la fois le curé et le maire.

Mais, après un an de vaines négociations, le dossier doit passer devant le tribunal judiciaire de Nîmes, en audience des référés, suite à une requête de la municipalité.

Un protocole d’accord en vue de la cession de la crèche était sur le point d’être signé entre les actuels propriétaires et l’archiconfrérie, association catholique rattachée à Notre-Dame-des-Enfants. « Il s’agit d’une compensation financière, avec les deniers de l’archiconfrérie », dit l’abbé Hervé Benoît, curé de la paroisse. Mais le propriétaire négocie :

« Je suis contre cette proposition à 6.000 euros. Il est hors de question que je cède la crèche à ce prix. À l’époque, je l’ai achetée 28.000 francs et je l’ai faite restaurée. L’histoire serait belle, si elle retournait dans ce qui serait son lieu d’origine, mais je ne veux pas jouer le père Noël. »

Me Cédric Fischer, avocat de la municipalité de Châteauneuf-sur-Cher, précise que :

« comme le dit la loi, ce bien mobilier public, dans la basilique avant 1905, est une propriété inaliénable de la commune et doit lui être restitué. »

Les preuves sont là : une facture de 1887, attestant de l’achat aux ateliers de l’Institut catholique de Vaucouleurs ainsi que l’inventaire suite à la spoliation par la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État.

Faute d’accord, le dossier sera étudié le 6 janvier, lors de l’audience des référés.

Partager cet article

2 commentaires

  1. A l’époque payé 28 000 franc c’est à dire 4200 euros et on lui en donne 6000 euros !
    Je ne vois pas bien ou il joue le père Noël même en l’ayant faite restaurer.

    Ou bien qu’il prouve le montant de restauration.

    Acheter de manière illégale engage sa responsabilité, nul n’est censé ignorer la loi et il fallait aussi se renseigner avant d’acquérir.

    • Réponse à Duport.
      Nous avons acheté cette crèche il y a 25 ans, en toute transparence. L’antiquaire l’avait exposée dans son magasin et un article est paru dans Midi Libre indiquant qu’elle était à vendre. Il est vrai que nous n’avons pas pensé à vérifier si le prêtre qui s’en était débarrassé en la cédant à un marchand l’avait vendue de manière frauduleuse, parce qu’un curé qui vendait une crèche çà paraissait logique et digne de confiance. A ce moment là, personne ne la réclamait. Elle est restée 4 ans chez l’antiquaire, tout le monde trouvait cela trop cher. J’ai contracté un emprunt pour l’acquérir, non pas dans le but de la revendre, puisque nous l’avons conservée pendant 25 ans, mais parce qu’elle me plaisait. A priori aucune indemnisation n’est prévue, en tout cas, pour l”instant je n’ai aucune nouvelle de Châteuneuf. Voilà ce que c’est que de faire confiance aux curés…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services