Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Jusqu’à quand les familles nombreuses accepteront de se faire plumer ?

De Gabrielle Cluzel dans Monde & vie :

V "Pourquoi a-t-on le sentiment pénible ces derniers mois que le gouvernement tente par tous les moyens de faire les poches des familles, et spécialement des familles nombreuses? Certes, tout cela se fait habilement: deux pas en avant, et hop, trois pas en arrière, lorsque d’aventure une association familiale s’avise de montrer les crocs. Mais on ne lâche jamais le morceau. Tout ce que l’on a chassé par la porte finit par revenir par la fenêtre. Prenez le congé parental : en 2009, le député UMP Michèle Tabarot avait été chargé de mettre sur pied une réforme afin de le rendre plus court et mieux rémunéré… Et ce, contre l’avis des intéressées elles-mêmes : en effet, depuis 2007 et la disparition de l’Allocation Parentale d’Education au profit de deux nouvelles allocations laissées au libre choix des mamans, (le CLCA, 3 ans de congé, et le COLCA, seulement un an de congé mais assorti d’une plus forte rétribution), cette possibilité était déjà offerte, mais les jeunes mères avaient continué dans leur grande majorité d’opter pour un congé certes modestement rétribué, mais trois fois plus long. Tabarot avait finalement été contrainte de remballer ses petites affaires et de repartir piteusement avec son projet sous le bras. Sauf que papa Sarkozy, qui sait mieux que toutes ces têtes de linotte ce qui est bon pour elles, n’a pas dit son dernier mot et entend bien venir par la force à bout des mères de famille : là où le soldat Michèle a échoué, sa copine Roselyne compte bien triompher. Le 2 septembre, le ministre des solidarités a en effet indiqué qu’elle allait présenter un projet de loi « début décembre » réformant le congé parental, « sans doute en le rendant plus court et mieux rémunéré ». Nous y revoilà. Et le congé parental n’a pas fini sa descente aux enfers. Non content de l’avoir démembré, on veut aussi le rendre exsangue: le projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale qui vient d’être présenté prévoit de soumettre le CLCA à la CSG, ce qui va donc en réduire le montant.

Un projet qui s’inscrit dans l’esprit de celui de Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture, chargé de la rédaction du programme de la formation de la majorité pour 2012. Celui-ci, en effet, vient d’émettre une idée lumineuse: « Ne pourraiton pas verser une allocation dès le premier enfant et étudier en contrepartie une fiscalisation totale ou partielle des allocations familiales? » Il faudrait savoir! On nous avait dit que cette allocation du premier enfant, (dont le projet a été déposé en juin dernier par le député UMP Christian Estrosi), serait déjà compensée par une réduction de la somme versée aux familles nombreuses pour chaque enfant supplémentaire… Va-t-on donc faire passer celles-ci deux fois à la caisse pour subventionner les « petites » familles? La vérité est que les tentatives de mise sous conditions de ressources des allocations familiales ayant toujours échoué, la fiscalisation apparaît comme une façon détournée de les « redistribuer ». Pour parfaire le tableau, il faut encore évoquer l’accord AGIRC de mars 2011. Jusqu’à présent, l’AGIRC, régime complémentaire des cadres, versait aux parents de familles nombreuses des majorations de retraite liées au nombre d’enfants qu’ils avaient élevés. Il est établi désormais que ces majorations, qui rétribuaient l’effort consenti par les familles, seront limitées à 10 % quel que soit le nombre d’enfants et, surtout, que les sommes versées ne pourront pas excéder 1000 euros par an. Toute la question est de savoir jusqu’à quand les familles nombreuses accepteront de se faire plumer sans (trop) protester."

Partager cet article

7 commentaires

  1. Qu’est-ce que la famille nombreuse ? Tout.
    Qu’a-t-elle été jusqu’à présent dans l’ordre politique ? Rien.
    Que demande-t-elle ? À être quelque chose.
    Les familles nombreuses ne sont pas représentées en tant que tel. Elles ne sont pas représentées politiquement, elles ne sont pas syndiquées, n’ont pas de pouvoir de nuisance : en démocratie – qui est le règne du plus fort et l’oppression du plus faible – elles seront plumées.

  2. ” Jusqu’à quand les familles nombreuses accepteront de se laisser plumer ? ….. ” :
    Mais dans la situation actuelle elles ne sont pas en état de réagir car elles ne pèsent quasiment rien.

  3. ” Toute la question est de savoir jusqu’à quand les familles nombreuses accepteront de se faire plumer sans (trop) protester.”
    Que peuvent-elles faire ?
    Elles sont piégées depuis 40 ans au travers du système des allocations familiales. Les ”allocs” se justifiaient durant la guerre, puis dans l’après-guerre : elles compensaient le supplément de charges dans des périodes très dures et difficiles matériellement et économiquement. Mais beaucoup moins dans les années 60 : la prospérité était réelle., d'(où le fait qu’insensiblement, à partir des années 70 l’état les ait laissées leurs montants se dévaluer et grignoter par l’inflation.
    Il est clair que maintenant les allocations familiales sont un cache-misère : on pourrait même dire qu’elles sont le symptôme d’une société malade.
    Car il existe de nombreux pays où elles n’existent pas et où la natalité n’est pas pire que la nôtre (natalité de souche sans inclure comme on le fait en France, les naissance immigrées et allogènes pour rassurer l’opinion sur le paiement des retraites. ET SURTOUT POUR CACHER le fait que les allocations familiales ont surtout servi à financer à ”bon compte” l’implantation d’une main d’oeuvre bon marché en France, précédant les délocalisations, et l’importation de produits médiocres ou produits à bas salaires ailleurs qu’en Europe.
    Le temps est venu de les supprimer totalement et de les remplacer par des crédits d’impôt sur la consommation et autres fiscalité ou charges sociales sur les revenus : ainsi les allogènes vivant d’aide sociale n’y auront plus droit.
    Les familles françaises seront aidées sans que les allocations demeurent cette forme d’ “argent braguette” (expression des Dom-Tom) qui en défiguré le sens collectif et l’utilité profonde.

  4. Quelles actions peuvent avoir les familles nombreuses pour peser sur ces décisions malsaines ?
    Hélas, je n’en vois pas !

  5. Tout cela n’est que trop vrai, malheureusement, mais il manque à ce sinistre constat l’épouvantable CSG sur les salaires, instaurée par Mr Michel Rocard,quand il était premier ministre, et qui ne tient aucun compte des charges de famille.

  6. J’attends de Marine Le Pen qu’elle propose le salaire maternel à partir de 3 enfants mais seulement pour les nationaux (pas pour les bi-nationaux)

  7. @ Soizic
    Le salaire maternel à plusieurs millions de citoyennes françaises musulmanes en âge de procréer ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services