Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

Juncker à la Commission de l’UE : convergence UMP-EELV

Jean-Claude Juncker bénéficie du soutien Daniel Cohn-Bendit, qui appelle sa famille politique à le soutenir dans sa candidature à la présidence de la Commission européenne.

Néanmoins, dans son camp, Karime Delli, eurodéputée écolo, a déjà annoncé qu'elle ne donnerait pas sa voix au Luxembourgeois.

Le PPE est également divisé puisque, si l'UMP n'a rien trouvé à redire, malgré le soutien de Juncker à la dénaturation du mariage et à l'entrée de la Turquie, les Hongrois et les Britanniques s'opposent à sa nomination. De même l'italien Matteo Renzi est réservé. Mais la difficulté est de trouver un candidat alternatif, qui soit réellement conservateur et qui obtienne une majorité. On parle déjà de… Michel Barnier.

Egalement favorable à l'entrée de la Turquie dans l'UE, admirateur de Cohn-Bendit, Michel Barnier est un commissaire sortant et, à ce titre, il porte une responsabilité dans le rejet de l'initiative Un de Nous.

Partager cet article

7 commentaires

  1. Que de chemin parcouru par celui qui était surnommé “Dany le Rouge” en 1968 !
    Il est l’illustration parfaite de la chanson de Jacques Dutronc (“L’opportuniste”):
    “Il y en a qui contestent,
    Qui revendiquent et qui protestent.
    Moi je ne fais qu’un seul geste :
    Je retourne ma veste,
    Toujours du bon côté.”

  2. Si Cohn-Bendit soutien ce ne peut que être “bon”. Mais qui finance Cohn-Bendit, il ne pense quand même pas tout seul?

  3. Effectivement, quel candidat proposer? Socialiste? écologique? libéral? Démocrate chrétien? extrême gauche?
    J’ai voté aux élections en tenant compte de la position des candidats pour la vie et pour la famille.
    Pour moi l’Europe DOIT d’abord être une Europe des valeurs. Il est absolument inadmissible qu’elle essaye d’imposer des règles pour l’avortement ou pour l’euthanasie ou pour le mariage en utilisant une pseudo-majorité biaisée et manipulées par les lobbys et la finance.
    Mais le “système” est tel que pour obtenir un soutien et réunir suffisamment de voix, il faille un programme mou et consensuel, fruit d’innombrables concessions, en harmonie avec les diktats transatlantique de la maçonnerie américaine. (on peut dire ça comme cela mais aussi autrement).
    Aucun candidat ne répond à mon attente sur les points qui pour moi sont essentiels, primordiaux.
    Dès lors j’en suis à dire plutôt pas d’Europe qu’une Europe dictatoriale, qui m’impose des choses dont je ne veux pas, au nom d’une « convergence » qui n’existe pas.

  4. Et Si on ÉLISAIT un candidat qui avait un PROJET pour l’Europe, plutôt que d’élire des chapelles, des clans, des partis, des lobbies,des idéologues de tous bords..et carriéristes de tous poils…un Homme une Femme, un vrai leader qui sache nous redonner la pêche et l’envie de relever la tête! de faire avec ce qu’on a (rien) et de réussir dans ce qui est possible!
    Ce serait fou non? L’Europe n’est qu’un bateau ivre avant de devenir un fliegende Hollander, un bateau maudit, de morts qui ne trouvent plus la paix…

  5. Michel BARNIER, tout comme Jacques DELORS, a été « encensé » dans une chronique hebdomadaire d’André Vingt-Trois sur Radio Notre-Dame (Le mot du Cardinal, je crois) il y a une semaine ou deux !
    Quelle naïveté !
    Prions pour que nos élites fassent preuve de discernement et que la Paix règne sur le continent européen et dans le monde…

  6. Barnier, ex-plus jeune député de France (Savoie, en 1978 pour le RPR) et devenu au fil du temps, l’homme politique français(européen…) le plus nul qui soit et ce serait lui à qui l’on pense pour diriger l’Europe ? Quelle tristesse.

  7. Michel Barnier , un exemple parfait du ludion.
    Une tête qui inspire confiance ,une image de provincial qui fleure bon les vacances ,un champion pour se maintenir au fil du vent, et derrière ce masque un opportuniste assoiffé d’ambitions coûte que coûte.
    Le modèle des gogos qui veulent être ” modernes” en sauvant les apparences.

Publier une réponse