Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Juan Branco sur le système Macron : “Ces êtres ne sont pas corrompus. Ils sont la corruption”

Juan Branco sur le système Macron : “Ces êtres ne sont pas corrompus. Ils sont la corruption”

Juan Branco a mené une longue enquête sur le système Macron qui a permis son accession au pouvoir. Ce résumé publié sur le blog de Médiapart est  hallucinant :

Benjamin Griveaux, lorsqu’il était conseiller ministériel, touchait plus de 10 000 euros par mois au cabinet de la “socialiste” Marisol Touraine pour du “conseil politique”. Cela ne suffisant pas, il partît vendre son “influence” à Unibail (“influence”, terme que l’élite utilise pour “corruption”) pour 17 000 euros par mois. Sa mission? “S’assurer que personne au ministère des finances ne propose d’abolir une niche fiscale favorable à l’entreprise.” Ses moyens ? Les réseaux que l’Etat lui avait confié. Nous étions en 2014.

Entre temps, il octroyait à son ex-futur ami Attal, Gabriel, 23 ans, aucune expérience professionnelle ni diplôme du supérieur au compteur, un salaire de 6 000 euros par mois dans le même cabinet, où il le chargeait de recruter chargés de missions – et parlementaires socialistes qui serviraient à faire en sous-main la campagne de Macron.

Attal était, théoriquement, rémunéré pour servir l’Etat, par le ministère de la santé et des affaires sociales. Il avait pour cela voitures de fonction, secrétaires et chefs cuisiniers à disposition. Il mettrait ces moyens au service de son ambition.

Au même moment, le cabinet Macron explosait les limites imposées par François Hollande en termes de conseillers. Il n’en comptait pas moins de… six en communication. Stéphane Séjourné, ancien lobbyiste, compagnon de Gabriel Attal, propulsé chez Macron après avoir été recruté chez Huchon, et Ismaël Emelien, ancien d’Havas dont la femme y travaillait et qui ferait attribuer des contrats sans appel d’offre à la multinationale pour des montants supérieurs à 300 000 euros sur les fonds de communication du ministère, y organisaient des événements pléthoriques avec les moyens de l’État pour préparer la campagne d’Emmanuel Macron, séduisaient les parlementaires, bref, préparaient eux aussi au détriment du bien commun l’ascension de leur chef.

Gabriel Attal, 29 ans, est devenu député, porte-parole du parti puis ministre grâce au soutien de Stéphane Séjourné, qui dirigeait effectivement le comité d’investitures d’En Marche et s’occupait des nominations du groupe LREM à l’Assemblée. Séjourné – qui a masqué sa relation et les renvois d’ascenseur qu’il mettait en place avec Attal sous le prétexte commode de l’impossible outing, alors qu’ils étaient pacsés – a été nommé à l’Elysée comme conseiller politique, tandis qu’Ismaël Emelien – qui y a recruté Ludovic Chaker, lui-même en charge du recrutement d’Alexandre Benalla, en charge de la mise en place d’une “garde prétorienne” que les menus excès de ce dernier ont fait tomber – était nommé conseiller spécial. Toujours rémunérés aux frais de l’Etat.

Griveaux est lui devenu ministre et porte-parole du gouvernement, avant de faire exploser ses dépenses en cabinet. Tous ont trahi leurs familles politiques d’origine, mais aussi leurs fonctions et cet Etat qui les a rémunérés et propulsés aux plus hautes responsabilités. Alors faut-il vraiment se montrer surpris que le système qui les a propulsés se remette en place maintenant qu’ils sont au pouvoir, qu’ils octroient des salaires délirants à leurs propres conseillers après s’être eux-mêmes servis?

Faut-il s’étonner que Attal et Griveaux, aux poches bien remplies, soient devenus respectivement le plus jeune ministre de la Ve République et (croit-il), le futur Maire de Paris, le tout sans n’avoir rien démontré ni fait de leur vie, en faisant appel aux services de Mimi Marchand via Ramzy Khiroun, dirigeant de facto de Lagardère Active (et donc patron de facto de Paris Match) pour leur peopolisation ? Faut-il s’étonner qu’ils l’aient fait après que leur “boss”, Emmanuel Macron, ait recruté la “papesse du people” sur recommandation de Xavier Niel, son “ami”, qui avait lui-même rencontré et utilisé Mimi Marchand alors qu’ils sortaient tous deux de prison, et qui depuis sert et dessert ses amis et ennemis, effaçant les informations qui pourraient les gêner, propulsant les politiques qui pourraient l’aider ? Ce même Xavier Niel dont la fortune dépends de la régulation de l’Etat, qui, en lui retirant des licences, pourrait le réduire à néant comme il l’a rendu milliardaire ? Ce même Xavier Niel qui a investi dans tous les médias parisiens non détenus par des oligarques jusqu’alors, de Mediapart à Le Monde en passant par l’Obs, pour “qu’on ne le fasse pas chier” (dixit), et pour, avec l’aide de son homme de main Louis Dreyfus, s’assurer que les “bons” journalistes seraient recrutés et promus, les autres virés ou inhibés. Ce même Xavier Niel qui, en janvier 2014, lors d’un déjeuner, m’annonçait l’élection de Macron. Macron qui n’était alors que secrétaire général adjoint de l’Elysée, que personne ne connaissait, et qui ferait bientôt les couvertures de tous les médias de Niel, comme il le ferait de tous ceux de Lagardère (…)

Tous ces gens remettent en place à leur échelle le système créé par leur aîné, qui consiste à piller les poches de l’Etat après avoir prétendu se mettre à son service. Rappelons que Macron cumulait les millions à Rotschild à à peine trente ans en y vendant réseaux et connaissances de l’ENA, l’IGF et la commission Attali. Réseaux et connaissances censés lui avoir été attribués pour servir l’État, et non pas se servir soi.

Tous ces gens, par l’élection, pensent avoir été sanctifiés, et par la complaisance que le petit Paris – qui est au courant de toutes ces manoeuvres, les voit et les couvre en direct – leur a octroyé, légitimes pour à leur tour créer leurs réseaux d’affidés.

Voilà comme se constituent en France les “miracles” que la presse va bêtement relayer. Voilà comment l’on se retrouve dirigés par des gommeux sans talents, exploitant et pillant les ressources d’Etat au service de leur intérêt.

Voilà comment un pays s’effondre dans la médiocrité. Spectateurs des mouvements des grands, finançant leurs ascensions et subissant leurs coups et petits mots lorsqu’ils ont besoin de se défouler, il ne nous reste plus qu’à, ébahis par leur maîtrise, les féliciter.

Ces êtres ne sont pas corrompus. Ils sont la corruption.

Partager cet article

12 commentaires

  1. En même temps la face émergée de l’iceberg laissait depuis longtemps entrevoir l’ampleur de cette corruption digne de la mafia.

    Je pense d’ailleurs que ce qui est dévoilé n’est qu’une facette et que la réalité est bien pire.

  2. P…….. ! Qu’un merdier ! Mais c’est bien cela que l’on appelle le RIPOUXBLIQUE, non ? Je reste persuadé, car les Français me font peur, que si Jésus ne revient pas, nous sommes foutus. Nous en aurons un aperçu en MAI car je pense que les Français revoteront pour les mêmes. Pensez donc. Voter pour la peste brune …..

  3. Oui c’est “hallucinant” mais ce n’est pas une découverte, on sait tout ça (pas dans les détails mais peu importe) depuis que cet inconnu est candidat à la présidence comme un diablotin sort de sa boite.
    Le surprenant, c’est que le peuple ait marché au point de lui accorder 24 %, dans une époque ou tout le monde ou presque sait utiliser internet, et où tout le monde ou presque sait que les médias officiels sont tout sauf objectifs, dans une époque où les autres pays (USA, Italie, Brésil, …) amorcent enfin un retour au réel.
    Que les Niel et autres Attali soient malins comme des singes et capables de monter une opération “my fair lady” pour fabriquer une marionette présidentiable en 3 mois, OK. Mais qu’on l’adopte aussitôt en masse, c’est qu’on a tous un problème au cerveau, ou alors on s’est fait hypnotiser par Messmer.

  4. A heracles: pour bcp de gens autour de moi macron représente l’ordre et il faut le soutenir coûte que coûte face au désordre, au risque de problèmes financiers, etc. D’excellents catholiques m’ont dit: Macron ou le chaos.
    Les questionnements de fond, d’ordre moral notamment, ne sont pas du tout leur tasse de thé. Oui ils se renseignent un peu par internet mais ils en concluent que certes macron n’est pas très net mais que, bon, ce sont les règles de la politique. On ne va pas s’offusquer pour si peu.
    J’ai même entendu “certes il n’a pas d’enfants mais il a dû s’occuper de ceux de sa femme donc il sait ce que c’est que de s’occuper d’une famille” de la part de qqn qui par ailleurs défend la famille farouchement et est de toutes nos luttes.

    A mon avis il s’agit d’autopersuasion. Aucune autre solution ne semblant se profiler, il faut se faire croire à soi-même que cet homme-là et son système sont les meilleurs ou les moins pires. Une bonne facon aussi de rester qqn de “modéré”.

    Ces gens ne seront jamais convaincus par un jf poisson, un gentil minable à leurs yeux.

    Je peux comprendre qu’il soit difficile d’accepter que ses idées, de “modérées” deviennent “extrêmes”: voir et dire la vérité, et la chercher, demande du courage et du temps.

    Mais ce qui m’attriste, c’est de constater que les questions morales seront pr ces personnes tjs secondaires par rapport à la finance ou au désir d’ordre. Oui, cela est triste. Donc un texte comme celui-ci? Ils diront “et alors? Cela s’est tjs passé comme ça ce n’est pas important”. Ah si des personnes moralement respectées comme des prêtres ou des évêques s’élevaient contre ce mensonge et cette corruption… cela pourrait faire changer les choses.

    • Tout à fait d’accord. J’ai aussi dans mon entourage des gens qui raisonnent (si l’on peut dire..;) comme ça et ça m’horripile! Je crois que ces gens-là ne se réveilleront que quand ils seront personnellement menacés dans leur intégrité physique ou dans leur portefeuille… et ça va venir…

    • Ce que vous décrivez de ces milieux est proprement effrayant, mais ce n’est guère surprenant… Cela donnerait presque l’envie de passer chez Mélenchon avec armes et bagages…
      Cependant, il faut raison garder, mais ce qui me fait de le plus de peine, c’est qu’un tel niveau d’aveuglement et de manque de discernement va les conduire à leur perte… Hors, quand le torrent de la colère populaire emportera tout, j’aimerais sincèrement pouvoir sauver au moins une partie de cette bourgeoisie catholique, on aura besoin de ces cadres pour reconstruire le pays… Seulement, on ne sauvera pas les gens malgré eux, et il leur reste peu de temps pour sortir de leur torpeur et y voir clair, sinon…

    • Oui, la cathobobologie est une plaie, et ce n’est pas l’Eglise, paralysée par ses pédophiles infiltrés depuis les années 60, qui va l’ouvrir sur les questions morales.

      Mais je n’en suis même pas à ce niveau d’exigence, je considère le peuple français global début 2017, donc grosso modo le même qu’aujourd’hui, et je ne comprends pas ce phénomène d’hypnose qui a donné ce chiffre incroyable de 24%.
      Le jaune fluo a peut-être un pouvoir anti-hypnotique.

      • Vous ne comprenez pas parce qu’à mon avis il ne les a jamais eu ces 24% !
        Ils ont simplement truqués les élections et pas seulement en empêchant des dizaines de millier de personnes de voter ou par les classiques irrégularités mais à grand échelle.
        Comment je le sais ?
        Parce que suite à l’élection de Macron il n’y a eu nulle part de liesse populaire, aucun klaxon, pas de champagne, rien ! Nada ! Alors ils étaient ou les soit disant électeurs ?

  5. Et tout ce petit (au sens péjoratif) monde pretend donner des leçons au reste de la planète, en commençant par la Russie et Mr Trump.
    Ils ne doivent pas connaître le mot “pudeur”, sauf peut-être écrit “pue d’or”…
    Et quiconque ose les critiquer est un factieux, une chemise brune, un insurrectionnel, bientôt un terroriste qui pourra être arrêté et embastillé sir un claquement de doigts de JUPITER, validé par une lettre de cachet de Casse ta mère ou de Belle ou bête…

  6. J’ai téléchargé le livre à partir du lien indiqué. J’en ai déjà lu les 3/4, et les faits énoncés sont plus que largement suffisants pour faire jouer les mesures prévues par l’article 68 de la Constitution de la République.
    Hélas, la palette de godillots qui tient lieu de députés “En Marche” bloquera le quorum requis pour valider cette procédure.
    Il ne restera alors à la plèbe, de plus en plus provoquée par JUPITER et ses séides, à passer un marché avec Kiloutou ou Manitou pour disposer d’un maximum d’engins de levage pouvant faire office de béliers. Ça nous rappellera la grande époque de l’attaque des châteaux-forts qui se terminait généralement par la prise du donjon et l’exécution des derniers défenseurs et du seigneur du château.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services