Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

Journée internationale des femmes : Emmanuelle Ménard rend hommage à Jacquette de Bachelier

Journée internationale des femmes : Emmanuelle Ménard rend hommage à Jacquette de Bachelier

Communiqué du député Ménard :

Pourquoi rendre hommage à une femme née au XVIe siècle à l’occasion de la journée internationale qui leur est consacrée, chaque année, le 8 mars ? Pourquoi l’avoir choisie alors que l’actualité nous offre de multiples exemples de femmes méritant mille fois qu’on salue leurs combats ? Pourquoi aller chercher dans un lointain passé ce dont le présent regorge ?

Tout simplement pour réaffirmer que le combat des femmes ne date pas d’hier, qu’il compte des figures emblématiques, des héros depuis longtemps. Que des femmes ont su dire non aux mariages arrangés, aux rôles imposés, aux soumissions obligatoires depuis des siècles. Et qu’à ce titre, la Biterroise Jacquette de Bachelier est un modèle, un exemple.

Jacquette de Bachelier ? Née en 1559 dans une famille fortunée de la ville, menant une vie très mondaine, promise à un seigneur du Biterrois, Jacquette refuse ce mariage et, à 25 ans, prend l’habit de Saint-François pour mener une vie de solitude et de pénitence dans une petite maison dans l’actuel quartier Saint-Jacques.

Mais ce n’est pas seulement cette force de caractère qu’Emmanuelle Ménard veut mettre en avant. Jacquette de Bachelier, c’est aussi le courage incarné, le dévouement aux autres, l’abnégation faite femme : lors de la peste de 1629 qui ravage la ville, elle redonne courage aux Biterrois accablés, porte secours aux malades au péril de sa vie. Elle est même laissée pour morte alors qu’elle n’est qu’évanouie, à bout de force. Elle se serait relevée seule de la charrette sur laquelle on emportait les morts !

Reconnue par tous pour sa sagesse, elle est régulièrement consultée par les magistrats de la ville et quelques grands seigneurs, comme le Duc de Montmorency.

A sa mort, en 1635, Jacquette de Bachelier est inhumée dans l’église des capucins. Après avoir été déplacé dans l’église Saint-Jacques, le corps de Jacquette de Bachelier repose depuis 1964 dans l’église Sainte-Famille.

Madame le député se rendra ce vendredi 8 mars à 16h45 en l’église Sainte-Famille pour honorer sa mémoire. Et, à travers elle, ce courage, cette opiniâtreté, cette abnégation dont tant de femmes ont fait et font toujours preuve dans leur vie. Béziers peut être fière de cette femme d’exception.

Partager cet article

10 commentaires

  1. Ca nous change des louanges des gardes chiourmes de la pensée unique qui nous bassiner avec mme Veil celle de l’avortement bien sur, pas la philosophe catho ou avec toutes les égéries de la ripoublik

    • Bien d’accord avec vous Gaudete.

      Mais vous êtes bien prompt à donner à Simone Weil l’étiquette catho. Elle l’était certes de coeur et en cela elle est pour moi un vrai modèle, mais elle a toujours refusé de se faire baptiser pour des raisons exposées dans son admirable lettre à un religieux ( c’est le père Perrin, dominicain de Marseille) qui commence par “quand je lis le Nouveau Testament, les mystiques, la liturgie, quand je vois célébrer la messe, je sens avec une espèce de certitude que cette foi est la mienne……” et se termine par “Combien notre vie changerait si on voyait que la géométrie grecque et la foi chrétienne ont jailli de la même source!”. Entre les deux il y a un exposé en 35 points.

      • Divers sites précisent que cette lettre aurait été écrite en 1942, au père COUTURIER ?
        Si vous avez un lien vers cette lettre , merci .

        • C’est exact. Je pensais à une autre lettre adressée, celle-ci au père Perrin dont le style témoigne avec beaucoup de délicatesse de la grande amitié qui la liait à lui, dans laquelle elle s’excuse presque de ne pas demander le baptême. Ma source pour la lettre à un religieux est: “” Lettre à un religieux” Editions Gallimard 1951, collection Livre de vie pour la reproduction photographique de 1999.

      • la vache, pas baptisée… en enfer donc, quel nouvelle pour moi !!….. et on la prend comme modèle ? maintenant c’est sans moi (commentaire ironique… quoique…..)

  2. une dame du 16 è siècle…
    qui serait horrifiée de voir ce qu’il en est des femmes d’aujourd’hui encagées dans des burqas (en europe de l’ouest)

  3. A quand une journée internationale des hommes ?

    Ah oui c’est vrai les hommes n’ont pas ce droit….

    égalité….. égalité……

  4. Sainte Geneviève, Saint Clotilde, Sainte Radégonde Sainte Jeanne d’Arc et toutes les saintes (et je passe les femmes franques non chrétiennes qui avaient beaucoup de pouvoir et d’influence), Blanche de Castille, Catherine et Marie de Médicis, Anne d’Autriche, la liste est longue et très incomplète de ces femmes qui vécurent “aux temps obscurs” selon la propagande révolutionnaire. Depuis la révolution, combien de femmes ont dirigé la France? Combien ont eu une influence sur les peuples de France comme Geneviève, Clotilde ou Jeanne d’Arc?
    C’est la révolution qui a rabaissé la femme et non la Chrétienté qui l’a au contraire sublimé à l’image de Marie.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services