Bannière Salon Beige

Partager cet article

Immigration

Jean Madiran sur les “zones de non-droit”

…dans Présent de demain :

Le Président de la République et son premier ministre réagissent aux émeutes comme s’il s’agissait d’un trouble accidentel. D’une même voix, ils proclament l’un et l’autre :

"Il ne peut y avoir, il n’y aura pas de zone de non-droit en France."

Dérisoire.

Il y en a depuis plus de vingt ans.

Depuis plus de vingt années, dans les banlieues "sensibles", se sont installées, fortifiées, retranchées des zones d’AUTONOMIE ethnique, religieuse, juridique, économique, avec une AUTONOMIE FINANCIERE assurée souvent par le racket et les réseaux de la drogue.

Ces AUTONOMIES agissent en tant que telles. Elles ont leurs "représentants" et "médiateurs" qui entendent "négocier" avec l’Etat, en faisant valeur leurs "exigences". Par exemple : écarter le ministre de l’intérieur qui "n’est pas un interlocuteur."

HV

Partager cet article

3 commentaires

  1. A propos de Vladimir VOLKOFF, et de ces émeutes, je songe à son excellent roman “le bouclage”, qui décrit une situation de moins en moins irréelle malheureusement… Je me pose deux questions :
    1) le policier qui parle de guerre civile pose un problème intéressant, car en cas de rupture durable de continuité territoriale en terme d’autorité de l’Etat, c’est le droit international qui s’applique et non plus le droit national : que se passe t-il si ces “jeunes” s’arment et s’organisent à peine plus, sur plusieurs départements ? déjà 7 jours…
    2) certains “spécialistes” d’Al Quaeda pensent que les différentes cellules communiquent par gestes symboliques ; par exemple la destruction des bouddhas géants préfiguraient la chute des twin towers. ces émeutes pourraient-elles être une sorte de message ? et en ce cas qu’annonceraient-elles ?

  2. Mais oui… c’est sans doute Al-Qaïda est derrière les émeutes de Clichy! Vous avez le droit d’avoir les opinions politiques que vous voulez, mais évitez ce genre de considérations paranoïaques infondées

  3. Pour répondre à Alexandre : je ne pense pas être paranoïaque, et je n’affirme pas qu’al qaeda est derrière ces émeutes, évidemment. mais en recoupant différentes informations répandues aux heures de grandes écoutes, je me pose en effet des questions. je trouve qu’il y a beaucoup d’agitation en ce moment, chez nous et à l’autre bout du monde. beaucoup de groupes d’intérêts se manifestent. Et le choix semble restreint : être alarmiste ou “s’en foutre”. je ne fustige pas ces jeunes, car j’entends trop de gens autour de moi prôner “la révolution”, mais laquelle ?. eux la font, dans une certaine mesure, et je ne suis pas sûr qu’ils en sortiront gagnant. nos politiques y voient déjà un créneau à récupérer au dire des médias. peut être ce phénomène intéresse t-il d’autres “prédateurs” ?

Publier une réponse