Jean-Vincent Placé découvre le quotidien des Français

De Francis Bergeron dans Présent à propos de l'élu EELV Jean-Vincent Placé, agressé à Paris et à qui a été volé sa carte bleue, son téléphone portable et une montre, estimée à la coquette somme de 7 000 euros

8940-chard"Jean-Vincent Placé est écologiste et sénateur. Il a été un éphémère secrétaire d’Etat chargé de la réforme de l’Etat, à la toute fin de l’ère Hollande. Il n’a jamais rien réformé du tout, bien évidemment. En particulier il n’a rien réformé dans le sens de la sécurité des Français, face au terrorisme comme face à la petite délinquance.

« Cette agression me fait réfléchir à arrêter la politique », vient-il de déclarer. Est-ce parce qu’il réalise soudain que ses engagements politiques et ses convictions allaient à l’encontre des réalités ? Est-ce la publicité ainsi faite sur le fait que cet homme de la gauche de la gauche, se balade avec, au poignet, un bijou dont la valeur représente six mois de salaires d’un smicard ?

Placé a eu une dent cassée. Il s’en sort bien. Que les Français en rient, c’est un peu logique. Il n’en aurait pas été de même, bien entendu, si le sénateur écologiste avait été grièvement blessé.

Mais nos compatriotes sont des gens qui aiment Guignol, qui aiment que le gendarme soit rossé à coups de bâton. M. Placé est l’un de ces gendarmes de la pensée qui ne pensent qu’à nous punir à longueur d’année. Il est logique que Guignol soit applaudi, même si on peut supposer que ces trois guignols-là avaient de très sales têtes."

Laisser un commentaire