Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Jean Quatremer et la liberté d’expression à sens unique

Jean Quatremer, journaliste à Libération et auteur d'un blog européiste, vient de vivre l'expérience du "retour de boomerang" ou de "l'arroseur arrosé" au choix.

Acte I. Le 6 mars dernier, Jean Quatremer développe sur Arte une "déontologie" plutôt originale et pas du tout Charlie sur la façon de traiter le FN :

"Le FN est un parti fasciste qui n’est pas républicain (…)  A Libération, nous n’allons jamais interviewer de responsables du Front National parce qu’on considère que ce sont des menteurs (…) J’ai un exemple en tête, la Belgique, où pendant 25 ans il y a eu un cordon sanitaire autour du Vlaams Belang. On les a isolés, pas d’invitations dans les médias et personne n’a fait alliance avec eux."

Acte II. Le 11 mars, Jean Quatremer essaye en vain d'interroger Marine Le Pen et Florian Philippot sur l'affaire des attachés parlementaires européens et s'étonne de ne pas obtenir de réponse :

"L’ambiance est tendue. Les dirigeants du FN poursuivent leur chemin. Les gardes du corps m’empêchent de les approcher (juste en faisant écran), mais je ne lâche pas (…) J’avise Bruno Gollnisch, que je connais depuis longtemps, et lui demande : « comment peut-on nous reprocher de ne pas faire notre travail tout en refusant de répondre à nos questions ? » « Moi, je parle aux gens qui ne nous aiment pas, mais qui sont corrects. Je vous parle ». On en viendrait presque à regretter la vieille garde frontiste…"

Tendant ainsi le bâton pour se faire battre, Jean Quatremer devrait au moins apprécier l'humour de Marine Le Pen :

Image2

Partager cet article

11 commentaires

  1. Que ce monsieur sèche ses larmes. Car les effusions lacrymales ce sera, pour eux, après après leur défaite aux élections départementales… quand d’autres auront des larmes de joie.

  2. Non il n’appréciera pas, parce qu’il ne comprendra pas.
    Il n’y a pour lui aucune contradiction.
    Pour lui comme pour énormément de gens de nos jours, une chose peut être vraie à un moment donné et fausse au moment suivant, selon différents paramètres que chacun est libre de définir. Chacun sa vérité, et à chaque moment de chacun, sa vérité.
    Le réel et la logique n’ont aucune prise sur eux, puisqu’eux mêmes ont leur propre réel et leur propre logique, malléable selon leurs souhaits du moment.
    C’est triste mais il n’y a pas de possibilité d’échange, de dialogue, voire même de simple conversation.
    Seul un événement personnel très grave et très choquant peut les en sortir, au prix fort. Une sorte de réveil extrêmement violent.
    Faut-il le leur souhaiter ?

  3. Jean Quatremer est un ancien militant d’extrême gauche : dixit lui-même chez Elisabeth Quin (Arte)

  4. ce monsieur n’a certainement pas le sens de l’humour.

  5. Si Jean Quatremar(igots) voulait vraiment éviter d’interviewer tous les menteurs en politique, il y a longtemps qu’il serait au chômage !

  6. Le cordon sanitaire autour du Vlaams Belang en Belgique n’a pu se faire que par l’immense pleutrerie des politiciens belges, grands défenseurs de la liberté d’expression en d’autres circonstances, qui se sont consensuellement abaissés à cet manoeuvre extraordinairement anti-démocratique.
    Qu’un tel cordon n’ai pas pu se faire en France autour du FN est tout à l’honneur des politiciens français même si la tentation est dû être forte pour certains.
    Faut dire qu’en matière de soft-totalitarisme, de moins en moins soft en fait, la Belgique en connait un rayon.

  7. “On” a isolé le Vlaams Belang ? Qui, ça, on ? Jean Quatremer se prend pour le roi des Belges ?
    Et depuis quand la déontologie des journalistes leur interdit-elle d’interviewer les menteurs ? Si l’on appliquait cette règle, il ne resterait plus grand’monde à interviewer… Beaucoup de journalistes, en particulier, ne pourraient plus donner d’interviews à leurs confrères.

  8. L’arrogance de ces petits roquets n’a d’égale que l’intensité de la claque qu’ils vont ramasser aux prochaines élections.

  9. Il convient en retour de blacklister les pseudos journalistes (mais vrais militants politiques) accompagnateurs des femens ou crachant sur LMPT.

  10. Jean Quatremer pourra témoigner que Marine le Pen était à Bruxelles ce jour là, ainsi que ses assistants….

  11. très juste attitude!!!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services