Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Jean-Paul Brighelli rappelle que Giscard fut le premier fossoyeur de l’école

Jean-Paul Brighelli rappelle que Giscard fut le premier fossoyeur de l’école

Jean-Paul Brighelli, enseignant et essayiste, revient dans Marianne sur les conséquences pour l’Éducation nationale des réformes de Giscard :

[…] Giscard a pris pour ministre de l’Éducation René Haby. C’était l’ancien DGESCO (direction générale de l’enseignement scolaire) des années 1960 — il faisait partie de cette bande de libéraux atlantistes et pan-européanistes qui comme Giscard lui-même ont miné la politique gaullienne — et fait échouer le référendum de 1969. Le DGESCO, c’est le bras armé du ministre de l’Éducation — surtout quand le ministre n’y connaît rien, comme Pierre Sudreau, nommé rue de Grenelle en 1962. C’est durant ces années-là que René Haby commence à s’illustrer, en décidant, via une pseudo-commission, que le français étudié en classe serait dorénavant celui qui se parle, et non celui qui s’écrit. Le modernisme est plein de ces sortes de pièges. Il fallait pourtant être sérieusement crétin pour ignorer que le français, justement, est par essence une langue écrite — « le bon usage écrivait Vaugelas, est la langue qui se parle dans la plus saine partie de la Cour, conformément à la façon d’écrire de la plus saine partie des auteurs du temps ». Le français est une langue difficile : supprimez-en la difficulté, les règles complexes, les niveaux de langue, et vous aurez le baragouin actuel. De cette décision fondatrice de René Haby résultent les désordres linguistiques contemporains — et la promotion d’Aya Nakamura en ambassadrice du beau style…

C’est donc cet honnête destructeur de la maison France que Giscard choisit comme ministre de l’Éducation à son entrée en fonction. Et Haby ne chôme pas : le 11 juillet 1975 (les mauvais coups législatifs se portent toujours pendant l’été), il décrète le « collège unique ».

Petit rappel pour ceux qui n’y étaient pas. Dès la fin du Primaire, vous étiez distribués en diverses sections — depuis les CCPN où étaient casés les élèves en grande difficulté, les CPA qui orientaient précocement vers les métiers manuels, les collèges à filière courte et sans latin, les lycées enfin. C’est cette distinction, qui faisait sens, pédagogiquement parlant — d’autant que des passerelles existaient qui permettaient de passer dans une filière ou une autre —, que Haby fait sauter.

Au grand dam des syndicats de l’époque. La toute-puissante Fédération de l’Éducation Nationale se dresse sur ses ergots. Il y a dans ses rangs essentiellement des gens de gauche ; mais formés dans les années 1940-1950, ils savent bien qu’un brassage général descendra impitoyablement le niveau, puisque les professeurs seront forcés de s’aligner, en classe, sur les plus faibles.

Cela ne suffisait pas à nos mondialistes libéraux. Au mois d’avril suivant, ils décrètent le regroupement familial : les immigrés qui travaillaient en France depuis les années 1960 ont donc le droit de faire entrer en masse leurs familles restées de l’autre côté de la Méditerranée — l’Algérie principalement.

La combinaison soudaine de ces deux phénomènes, en irriguant le champ scolaire avec des gosses qui parlaient un français très approximatif, et en les mêlant à des petits Français de niveaux fort hétérogènes, a donné le désastre que l’on sait.

Les pédagogistes, cantonnés jusqu’alors dans des revues confidentielles, se sont sentis pousser des ailes. Justifiés. Ils ont imposé peu à peu des méthodes « démocratiques » d’apprentissage du lire / écrire. Fin du B-A-BA, et irruption des méthodes semi-globales. À proprement parler, il s’agit de la méthode idéo-visuelle : un arbre, le mot arbre, et le tour est joué. Fin de la discrimination orthographique et des liens syntaxiques. Ce qui donne aujourd’hui de jolies phrases du genre « les arbres, il les plantes ». Il les plantes vertes, sans doute.

La loi Jospin, qui est le début officiel de l’apocalypse scolaire, est sortie en 1989 de ces bonnes mauvaises intentions — quand les pédagogistes sont enfin entrés au ministère et ont conseillé Jospin. Cette loi (promulguée elle aussi en juillet) est le dernier clou du cercueil ouvert par le tandem Haby / Giscard.

Quand je pense que ce dernier a été admis à l’Académie française, temple de la défense du bon français, pour l’ensemble de son œuvre — dont je ne dirai pas ce que je pense, parce que je n’ai jamais eu le fantasme, moi, de coucher avec Lady Di…

Giscard, c’est le libéralisme appuyé, au niveau scolaire, sur les libertaires qui voulaient « une société sans école ». Ma foi, ils y sont parvenus : ce qui reste d’école n’est plus qu’une garderie nationale, et seuls les élèves issus des classes les plus huppées s’en sortent. Parce que grâce au collège unique, au regroupement familial, à René Haby et à Giscard d’Estaing, quand vous êtes né dans la rue, désormais, vous y restez.

En plus de quatre décennies de lucidité privée et parfois publique (ses regrets sur le regroupement familial), VGE n’a rien réussi à réparer des dégâts qu’il a causés en quelques années.

Partager cet article

10 commentaires

  1. Auparavant, il y eut comme fossoyeurs Guermeur et Michel Debré, qui en concoctant le contrat avec les écoles catholiques et autres confessions sous apparence de fausse charité en prenant en charge les salaires des profs et depenses d’enseignement générera les attaques répétées contre la Famille.
    La Méthode a fait les preuves de son efficacité démoniaque.
    Par les changements réguliers des méthodes d’enseignement obligatoires
    D’abord instauration de la méthode globale dans l’apprentissage de la lecture puis l’introduction de l’abstrait dans les mathematiques au primaire par  » les maths modernes »
    Puis les changements tous les 10 ans puis tous les 5 ans (changement brusques de méthodes d’enseignement a chaque nouvelle génération , Histoire des civilisations enseignée sans chronologie, sans bon sens aussi sans tenir compte des mentalités des peuples et époques et jugees arbitrairement a l’aulne des mentalités actuelles.
    Qui genererent toutes une fracture de comprehension entre parents et enfants, les parents ne pouvant que tres difficilement transmettre leurs savoirs concrets et efficaces et plus simples et plus rapides aux enfantd qui pris en etau entre leurs professeurs et leurs parents , ne parvenant pas a savoir qui avait raison finirent par se taire et ne plus pour un grand nombre ne sachant où etait l’autorité du savoir se désintéressèrent de l’enseignement et se retrouvèrent en grand nombre en situation d’echec.
    La supression du certificat d’études et la prolongation de scolarité jusqu’à 16 ans donnant un coup de grace a l’enseignement ratique primaire qui debouchait pour les manuels a la mise en apprentissage immediat de ceux qui avaient obtenu le certificat d’etudes chez un patron maitre d’apprentissage .
    (Au lieu de prendre la direction vertueuse de la formation continue professionnelle de remise a niveau annuelle en fonction des avancees techiques necessaires a l’exercice des professions exercees.
    Des milliers de jeunes ados de 14 a 16 ans possedant l’intelligence de la main furent sacrifies par ces mesures idiotes, l’âge de 16 ans correspondant a l’âge de tentation liberale de toute contrainte empêcha des apprentissages de l’autorité patronale vertueuse a respecter par ceux ci de se faire harmonieusement
    Tout cela fut accéléré par le président Valery Giscard d’Estaing et ses successeurs, certes mais on oublie un grand responsable qui est Charles de Gaulle dont Michel Debré etait le 1er ministre. Charles de Gaulle obnubilé par « la grandeur de la France  » n’a pas vu ce danger sous apparence de Bien, il n’a pas réalisé que dans Sa 5e Constiution la Republique Francaise avait conservé l’article de la 1e constitution de la Republique Française inchangé indiquant que l’enfant appartenait a l’Etat et que les parents n’en etaient que les tuteurs, il n’a pas réalisé qu’en acceptant et accélérant la séparation de l’Algerie de la France, c’est tout le tissu industriel et agricole tres important de l’Algerie qui irait a vau-l’ eau, mettant des milliers d’algériens au chomage et les incitant a envahir la France comme émigrés clandestins pour chercher ce travail qu’ils n’avaient plus apres le depart de tous ceux qui leur permettaient d’en avoir chez eux.
    Pour guerir il faut accepter d’aller chercher les causes d’une maladie a sa source y compris en ce qui concerne les maladies civilisationnelles.
    Bien sur la cause premiere de tous nos maux est la doctrine du libéralisme qu’il soit sociétal, économique, médical, , psychique ou spirituel. Sachant que le premier liberal fut…..Satan qui à la question de l’Ange St Michel « Qui est Dieu » repondit « Non Serviam »
    Il tenta Adam et Eve en leur proposant « Vous serz comme des Dieux » et le poison du Liberalisme est entré dans leur intelligence. Puis transmis congenitalement sous 7 differentes formes avec milliers de variantes a leur des cendance. Ce qu’on apelle le péché originel.
    Le Verbe de Dieu s’incarna pour repondre dans Son acceptation de son sacrifice; »Mon Pere qu’il me soit fait selon Votre Volonté et non la Mienne » ayant auparavant enseigné a ses disciples  » Cherchez le Royaume de Dieu et sa Justice et le reste vous sera donne de surcroit. »
    Ceci résume la Bonne Voie que nous devons tous prendre a quelque niveau social où nous nous trouvons.
    Roi, clercs de l’Eglise, membres du gouvernement, chefs d’entreprises, chefs de famille, épouses, employés et enfants chacun cherchant la Volonté de Dieu pour lui lui-même pour sublimer ses talents recus et les mettre au service du bien commun de facon subsidiaire, pour l’adoration de Dieu et l’Amour de son prochain,, Si tous s’y emploient la Société ira beaucoup mieux.
    Les periodes fastes de la France ont toujours été les conséquences plus ou moins importantes a posterioi des comportements fideles vertueux des ses peuples et de leur Roi.au regard de Dieu et non des hommes.

  2. C’est malheureusement vrai, je l’ai vécu comme chef de famille impuissant à arrêter l’avance de ce modernisme. Quel gâchis!

  3. Et en plus du reste (avortement, « amélioration » du divorce, regroupement familial, droit de vote à 18 ans, Europe à marche forcée etc.) ne pas oublier le numerus clausus…

  4. Magnifique diagnostic dont on peut constater les ravages de la réalité qu’il décrit quand sur un blog où les internautes vous demandent, après avoir envoyé une photo d’un artefact dont ils cherchent à savoir ce dont il s’agit :  » quand pensez-vous ?  » Les élèves ou étudiants, même deux ans après le bac, sont incapables de vous donner les différentes fonctions d’un mot dans une phrase (sujet, verbe, complément, etc.)
    J’ai eu la chance de faire 7 ans de latin et 4 ans de grec et même si je n’ai pas été en tête de classe dans ces matières il en est resté l’essentiel pour maîtriser correctement la langue française.
    Sans autre commentaire…

  5. C’est lui aussi qui déroula le tapis rouge à Mitterrand ce qui permis la ruine de la France
    Mais il serait plus simple de parler de ce que VGE n’a pas détruit…

  6. C’est aussi lui qui a instauré le numérus clausus en médecine en croyant que la baisse d’offre allait baisser la demande de soins. On connait les conséquences avec la désertification médicale et l’arrivée de « diplômés » étrangers qui utilisent les aides de l’Etat pour des installations rurales et taillent la route au bout de 4 ans.

  7. Grace à Haby on a inauguré la fabrique à cancres, collège unique alors que dans les classes de CCPN (si je me souviens bien) les élèves qui avaient du mal avec les matières littéraires pouvaient exercer leur habileté dans le maniement des outils, on a supprimé les cours ménagers, c’était dévalorisant pour les femmes sans doute sauf qu’elle savaient cuisiner, coudre tricoter etc (ah oui j’oubliais c’est vieux jeu). On a créé une société déconnecté du réel mais là est bien le travail de sape de la FM etc etc etc Et quand on voit que tous les charlots qui viennent sur les plateaux télé nous vante sa grande intelligence, je regrette, instruit oui, intelligent peut-être mais où était le bon sens là-dedans?

  8. Vge est associé au modernisme , qui donne l image d une France tournant le dos à la Libération , ainsi qu’à un monde chretien , terme creux qui englobe tout le relachement moral , spirituel et intellectuel , terme qui ne supporte aucune critique car synonyme d avancée sans possibilité de revenir en arriére , partant du faux principe ou du sophisme bien connu que tout ce qui represente une  » avancée » , une  » amélioration » est bon pour le futur ; on en voit les avantages à courte vue sans jamais envisager les inconvénients , surtout quand tout ceci fait parti d un plan occulte et bien masqué de destruction de la France.

  9. Il restera dans l’histoire comme un des fossoyeurs de la France.

  10. Dans l’histoire oui. Mais hélas pas dans la mémoire.

Publier une réponse