Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France

Jean-François Copé dénonce la pression du ramadan

Jean-François Copé a déclenché une petite polémique pour avoir osé déclaré lors d'un
meeting à Draguignan :

«Il est des quartiers où je peux comprendre l'exaspération de
certains de nos compatriotes, père ou mère de famille rentrant du
travail le soir, apprenant que leur fils s'est fait arracher son pain au
chocolat par des voyous qui lui expliquent qu'on ne mange pas pendant
le ramadan
».

«Il y a des familles de France qui vivent en silence leur souffrance
et à qui personne ne parle jamais autrement qu'en les stigmatisant et en
les traitant de tous les noms au point qu'ils sont obligés de baisser
la tête et de partir s'il le peuvent le plus loin possible alors qu'ils
sont citoyens de la République française».

Aux "polémistes" : faut-il dénoncer le propos de Copé ou la réalité de ces faits ?

Partager cet article

28 commentaires

  1. Cela dit ce n’est que de la parlote… à vrai dire, les autorités laissent faire les trafics pour avoir la paix sociale dans les quartiers…

  2. Copé vient de se faire opérer de la cataracte.

  3. En tout cas c’est bien dit. La critique de ceux qui “ne parlent jamais autrement qu’en stigmatisant” est particulièrement valable pour de nombreux chrétiens qui prétendent toujours se soucier des gens qui souffrent mais qui, suite à des média comme la Croix, font preuve d’une indifférence hypocrite face aux malheureux français confrontés tous les jours aux violences et non-respect de leur mode de vie dans les “quartiers”. Voilà nos nouveaux pharisens!

  4. @ jla
    Bien vu, permettez que je “diffuse” cette excellente remarque !

  5. Le 2 avril 2004, Jean-Marie Le Pen a été condamné pour provocation à la haine raciale à 10.000 € d’amende, et à verser 5.000 € à la LDH et à la Licra pour avoir dit cela.
    Inutile d’ajouter que M. Copé-collé ne risque rien.

  6. on voit que Copé a pris Buisson comme conseiller et nous la joue Pasqua Pandraud tendance De villiers pour attraper les mouches

  7. Jean-François Copé est l’homme d’un Système qui a favorisé l’entrée sur le territoire français d’1 million (200 000 par an) d’immigrés (en provenance du monde islamique pour la plupart) durant le qinquennat Sarkozy.
    Cet homme est-il encore crédible ?

  8. Copé, c’est beau comme du Chirac !
    http://www.youtube.com/watch?v=RBBksJsKaIo
    Vidéo de Jacques Chirac sur le bruit et l’odeur des immigrés…
    On connait la suite et la folie anti FN du deuxième tour de 2002.
    La vérité simple est que Sarkozy a compris qu’il peut revenir SI, sous pression de sa base, il fait le jeu ou s’allie avec la droite nationaliste – souverainiste – patriote, donc “Copiè” veut le doubler sur sa droite… A moins que Copé fasse le boy de Sarkozy.
    J’en arrive néanmoins à penser que même les élites soi disant républicaines ont compris que les choses seront très bientôt irrécupérables. Mais ce n’est que mon avis de ce jour.

  9. @ Bernard Mitjaville.
    Merci d’avoir formulé bien clairement ce que beaucoup ressentaient confusément.
    Il s’agit bien d’un nouveau pharisaïsme. C’est ce qui m’embarasse tant avec ces chrétiens si “charitables”, qui sont souvent donnés pour être la référence. C’est un étalage hypocrite de piété, de dévotion, de vertu. C’est de la dévotion envers l’homme et le respect humain, de la piété envers les idéologies. Il ne m’a jamais semblé que les communautés les plus traditionalistes tombaient dans ces travers idéologiques, contrairement à ce qu’on entend couramment. Je me souviens notamment d’une homélie prononcée le jour de Notre-Dame des 7 Douleurs. Le prêtre avait commencé par dire que le chiffre 7 signifiait en quelque sorte l’infini. Et que si les douleurs de la Vierge Marie ne pouvaient être réduites au nombre de 7, l’Eglise avait voulu isoler 7 d’entre elles. Il les a alors énumérées avec une grande simplicité. Dans sa simplicité, son exposé dénotait cependant une compréhension approdondie de chacun de ces douloureux épisodes. Il y avait là une vraie charité, et elle a résonné dans le coeur de chacun d’entre nous. Et chacun est sorti meilleur de cette messe. Plus disponible et plus courageux pour affronter les épreuves. Au delà des sept douleurs : la perte de cet enfant que Dieu lui avait confié, son probable sentiment de culpabilité pendant les trois jours où elle le chercha, le traitement infamant de la Croix et des huées, réservé à cet enfant, qu’elle avait vu grandir, en découvrant tous les jours les merveilles de son Coeur et sa charité, etc… le prêtre a voulu nous montrer qu’il en existait tant d’autres. Il a énuméré deux autres douleurs qui avaient pu être celles de la bienheureuse Vierge Marie : parmi elles, le fait de voir son fils continuellement contré par les pharisiens, qui s’acharnaient à vouloir le mettre à mal.

  10. Copé ? J’ose espérer que son racisme assumé n’en fera pas un candidat digne de recevoir le vote catholique. Le jour où vous lirez UNE ligne de moi à voter pour lui, même contre un fils de François Hollande, vous pourrez dire et écrire “Ce type a tourné sa veste”. Confier la France à Copé, c’est pour moi comme livrer mes enfants à un détraqué. Même quiproquo.

  11. Si ça se trouve, c’est son propre fiston qui s’est fait piquer son pain choco !

  12. Cela me rappelle Chirac: les odeurs et le bruit et il a bel et bien laissé tomber les pauvres personnes après les élections .Coppé le fourbe nous ressort la même partition.Il prend les français pour des abrutis.C’est un individu qui roule comme Hollande et les autres pour l’oligarchie sioniste.Rien à attendre de cette clique, que du malheur pour les catholiques français et partout dans le monde.

  13. Bien envoyé…même si c’est pour de mauvaises raisons. Intéressant de voir que ces olibrius sans vergogne sont désormais obligés de reprendre le discours du FN s’ils veulent être crédibles.

  14. @ l,
    dans ma paroisse, le prêtre considère que les pharisiens sont ceux, comme moi, qui ne veulent pas défendre les Roms et tous les sans-papiers parce que Jésus a dit d’accuellir l’étranger. Chacun voit le pharisaïsme à sa manière; La Croix est un journal de gauche, tout simplement.

  15. Pourquoi certaines personnes ne peuvent-elles dire la vérité que lorsque ces déclarations peuvent leur apporter des électeurs?
    Biais pitoyable, à la racine de ladite démocratie républicaine…

  16. Moi je défends Copé. Il a une telle tête de faux témoin et de faux jeton que ses discours prennent le visage de la sincérité. Je m’explique, il a l’air de dire je n’en crois rien, je ne vous demande pas de me croire, et si vous vous laissez prendre, tant pis pour vous.
    On ne peut pas être aussi sincère.
    Sarkozy était le véritable bonimenteur. Il mentait avec aplomb.C’est que ses paroles comme ses attitudes avaient l’aspect de la sincérité.
    Je suis certain qu’il aurait été capable de vendre des frigos aux esquimaux, ce qui n’est certainement pas le cas de Copé.

  17. à L. Effectivment, c’est beaucoup plus facile de faire comprendre cette situation à quelqu’un qui reconnait simplement que la situation des français vivants dans des zones sensibles ne le touche pas vraiment parce qu’il a la chance de vivre ailleurs qu’à quelqu’un qui cache cette indifférence sous de beaux sentiments comme la tolérance, l’ouverture aux autres, l’antiracisme.
    C’est un peu le même phénomène qui fait que Jésus avait beaucoup plus de mal à toucher le coeur des pharisiens, des religieux de son temps, que celui des pécheurs ordinaires.

  18. @ becassine,
    aujourd’hui, ce qu’il y a de mieux à faire pour l’étranger, ce n’est pas de l’inviter à rester dans notre pays. Notre pays coule. En partie en raison de l’arrivée massive d’étrangers, étrangers à la France ou à son héritage.
    C’est dans leurs pays qu’il faut aider les étrangers. Aujourd’hui, on ne peut faire autrement. Ou devenir saint ici, et multiplier les pains.
    Anecdotique : Un avion qui arrivait à Charles de Gaulle en soirée a déposé ses touristes, en provenance d’un pays ou le niveau de vie est moindre. A bord, certains s’étaient fendus à grand frais de l’achat d’une bouteille d’eau pour leurs enfants.
    Voulant prendre le RER pour gagner Paris, ils ont d’abord pris une navette. Je ne sais pas par quel miracle ils se sont dirigés, ne parlant pas un mot de Français et rien n’étant expliqué, à aucun moment. Cette navette les a mené vers un terminal disposant d’une gare RER. Cette gare était fermée. Il n’y avait pas non plus de Roissybus, ni de bus Air France. Finalement quelqu’un a ouvert un portillon, et les gens se sont engouffrés en suivant ceux qui étaient en tête. Pour aller où ? Vers un quelquechose-val. Mais ce dernier ne les a menés que quelques centaines de mètres plus loin, où les attendaient des bus. Après s’être fait copieusement houspiller, les voyageurs, ont du laisser leur bagages en soute et partir en direction… de la gare d’Aulnay-sous-bois. Ce trajet représente habituellement 10mn en bus, mais ce soir là, nous avons gagné Aulnay en 45 mn. Nous avons pris l’autoroute dans un sens, puis dans l’autre. Dans la nuit noire, nous avions perdu tous repères, mais l’insigne au néon coquines.com nous permit de nous orienter lorsque nous l’avons croisée dans un sens puis dans l’autre. Après avoir tourné et viré, nous arrivons à Aulnay, ou nous prenons le RER B, je crois. Il est 00h50 lorsque nous arrivons à gare du Nord. Les correspondances ne fonctionnent plus, et tous ces touristes étrangers sont laissés dans la nature sans aucun dédommagement, sans aucune explication, en aucune manière, à aucun moment. Leurs enfants tombant de fatigue, leur voyage pour lequel ils avaient tant investi, saccagé dès l’arrivée.
    Un Antillais excédé, mes autres compagnons d’infortune ayant été prodigieusement patients, m’a raconté que depuis qu’il y avait des travaux sur la ligne (car c’était donc ça le problème) c’était chaque soir particulièrement rocambolesque. Il avait du prendre le bus de nuit pour rentrer un soir de l’aéroport. Ce dernier s’était arrêté pendant 20mn en pleine nuit sans informer personne qu’il avait un timing à respecter, le chauffeur était descendu plaisanter avec des personnes sur le trottoir, sans se soucier de ses voyageurs. Lorsque ce monsieur antillais a voulu savoir ce qu’il se passait à la fin, le chauffeur l’a insulté. Il se trouvait dans le bus avec des Coréens qui ne comprenant absolument rien à ce qui se passait, et étaient au bord des larmes. Il n’avait pu parvenir à son domicile qu’à 2h du matin.
    Pour lui, le problème vient de l’affluence massive d’étrangers qui n’ont aucune intention de s’intégrer à une “unité”, une “identité”, appelez-le comme vous voulez, française. Chacun veut prendre et ne rien donner, détruire au besoin, être payé à ne rien faire, faire payer aux autres ses déconvenues. Et voilà le résultat.
    Notre pays coule. je le redis. Cet homme m’a dit qu’avant la France faisait rêver et que certains voulaient s’y intégrer. Aujourd’hui, la France ne fait plus rêver.
    L’accueil de l’étranger peut nuire à l’accueil de l’étranger même.
    Ce qui est arrivé cette nuit là est invraisemblable.
    La France commence à ne plus ressembler à rien. La France a besoin d’aide.

  19. Mais qui parle de confier la France à Copé ?
    [Personne. Moi je me réjouis qu’il enfonce un coin dans le politiquement correct. Certains voient des consignes de vote partout. MJ]

  20. @ bernard Mitjavile,
    oui, mais dans tout cela, je suis un peu perdue moi. Si Jésus était sur la terre, qui seraient les pharisiens pour Lui? Copé ou le journal La Croix ou moi qui ne veut pas défendre les Roms et les autres sans-papiers? On est toujours le pharisien de quelqu’un.

  21. Entièrement d’accord avec JF Copé. Je parle en tant que française de souche…C’est une armée de démons qui est lachée en France et je ne voudrais pas être à leur place quand ils se présenteront devant le Dieu Suprême et Maitre de toute la création.

  22. A becassine. Il ne faut pas tout mélanger. Copé n’est pas un pharisien mais un politique qui cherche à se faire élire, ce qui ne l’empêche pas de dire parfois des choses justes, vous, je ne connais pas vos motivations mais je ne vois pas le rapport entre le pharisaïsme et la défense des sans papiers. Ce que je reproche aux catholiques lisant la Croix (j’en connais un certain nombre), c’est de refuser depuis des décennies au nom de bons sentiments de voir les conséquences d’une immigration massive sur la France, ce que Eric Zemmour appelle “l’ensauvagement de certaines banlieues” et toujours au nom de bons sentiments de compâtir avec ce que subissent des milliers de français au contact direct avec cet ensauvagement alors qu’ils prétendent être à l’écoute de toutes les souffrances du monde. C’est ce mélange de bonne conscience, d’hypocrisie et d’indifférence qui est condamnable. Les évangiles sont clairs, Jésus condamne non les pécheurs mais les “pharisiens hypocrites” qui se donnent bonne conscience en refusant de regarder en face leur péché.

  23. Pour avoir vécu 10 ans dans un “quartier” pourtant pas spécialement défavorisé mais qui s’est fortement diversivié au fil des ans, je peux assurer que cette situation n’est pas nouvelle.
    Pendant 2 ans, tous les soirs, en rentrant de la fac, ma fille s’est fait traitée de p… Nous en étions arrivées à réduire nos sorties. Nous avons regardé nos pieds pendant trop longtemps. Et nous sommes parties. Nous, nous avons eu la chance de pouvoir le faire mais combien restent, à rentrer chez eux en regardant leurs chaussures. Surtout des personnes âgées avec de petites retraites ou des femmes seules avec enfant.
    L’UMP vient de découvrir l’eau chaude et le fil à couper le beurre.
    Que ne les ont-ils découverts plus tôt, quand ils étaient aux affaires !
    L’UMP se “droitisera” jusqu’aux prochaines élections puis retrouvera sa politique gauchisante. Je n’ai plus aucune confiance en ces gens qui tant de fois nous ont trahis.

  24. L’ambition de Mr Coppé lui fait découvrir que la vie dans certains quartiers est devenue impossible pour les français non musulmans. Il faut que Mr Coppé arréte de nous prendre pour des idiots, nous ne sommes pas dupes.Contrairement à ce que penseait le Général De Gaulle les français n’ont pas la mémoire courte.

  25. C’est agaçant à la longue: pour une fois qu’un politique ‘mainstream’ dénonce une réalité malheureusement occultée par le politiquement correct, la majorité des commentateurs ici (et sur fdesouche) ne trouvent rien de mieux que de cracher dans la soupe et de l’insulter (je parle de Copé, avec le couplet sur l’UMP et Sarkozy). Un peu de bon sens! Copé est un politicien, il est normal qu’il agisse en fonction de stratégies électorales, c’est même la clef du système! L’idée ascendante de démocratie, où la base s’impose aux élus! Ou alors sinon, on se débrouille avec les bonnes consciences humanistes de l’UMP style Chirac, Fillon (?), NKM ou Jouanno, qui vont rester dans les plates-bandes autorisées par la gauche et qui préfèrent perdre plutôt que d’écouter la base et se rapprocher un tant soit peu des militants sur le terrain beaucoup plus droitards que leurs représentants.
    Le combat que nous menons est un combat des idées, un combat culturel contre une hégémonie idéologique marxisante imposée depuis des décennies à la Gramsci. Ensuite, c’est un combat politique. Mais c’est le combat des mots qui est primordiale, car la phase politique en découle naturellement. Or, beaucoup des réactions fonctionnent à l’envers: ‘Bouh Copé est insincère et il a piqué des idées à MLP bouh Copé collé’. C’est un raisonnement mal appréhendé: il faut comprendre tout le contraire: ‘Il est réjouissant de voir que la droite traditionnelle reprenne des thèmes naguère portés par notre seule mouvance, c’est une victoire des idées, car le discours est la clef du reste’. Après, ce qui suit, c’est de la petite cuisine politicienne.
    J’avoue que le côté pleurnichard de certains commentateurs m’attriste, non que je méprise ces personnes bien au contraire, mais parce que je crois qu’elles n’ont pas encore compris à quel point les pas sémantiques sont importants, au-delà des rapports de force des partis. Même sur les termes et les sujets traités, on va bien plus loin qu’en 2007, aujourd’hui, on place dans le débat des problématiques qui n’étaient même pas envisageables 10 ans plus tôt. Souvenez-vous du temps où l’on se choquait pour un ‘sauvageon’, où l’on se scandalisait d’un ‘racaille’, où l’on se pâmait de ces débats sur le (sentiment d’) insécurité! Aujourd’hui, même si les indignés professionnels continuent avec acharnement à fliquer la pensée (mais comprennent les voyous), ils sont vite dépassés, aujourd’hui avec l’évocation du ‘racisme anti-blanc’, de la pression sociale sur ceux qui ne font pas le Ramadan, et la prise en compte des populations vraiment stigmatisées (c’est à dire celle qu’on peut se permettre de charger avec l’assentiment des bonnes consciences). Aujourd’hui, on entre dans une autre ère, on impose ses débats, on décrit la réalité avec un burin et sans complexes, on s’amuse presque à horrifier la gauche qui ne trouve que la force de nier et de s’indigner un peu plus, en devenant toutefois toujours plus inaudible.
    Et puis c’est une conséquence agréable de l’arrivée de la droite dans l’opposition (que certains ultras avaient appelé de leur veux, avec les mêmes arguments contre l’UMP, je rappelle).
    Enfin, tout ce qui va dans notre sens est bon à prendre. Apprenons à être plus pragmatique et cessons de souffrir du syndrome du Comte de Chambord qu’a bien décrit Pierre Cormary. Apprenons aussi à nous défaire du piège de Mitterrand qu’a si bien expliqué Yvan Blot pour diviser durablement la droite. J’appelle à l’autocritique des deux côtés, mais aussi à un pardon réciproque, au-delà de tous les griefs légitimes que nous avons à formuler, notamment les courageux militants FN, traînés dans la boue par une gauche hargneuse et lâchement secondée par une fausse droite molle (et c’est là que nous voyons que le chiraquisme a fait beaucoup plus de mal que le sarkozysme).
    Enfin, je trouve réjouissant que Michel Janva, dont j’admire énormément le travail, ait lui compris l’enjeu et se désole du réflexe critique qui nous empêche de voir lorsque quelque chose va dans notre sens.
    J’ajoute une dernière comparaison avec un pays voisin, la Belgique, où le discours est aseptisé à l’extrême, où le parti ‘à droite’ est l’équivalent du MoDem chez nous (même principe, mêmes couleurs, mêmes slogans), où ce même parti peut se vanter d’avoir été le premier à avoir fait élire une voilée au Parlement, où les braves gens et les jeunes de souche n’ont même pas l’outil de la parole pour s’approprier ces processus, où le racolage ethnique est le point commun à tous les partis; là, on voit l’intérêt d’un certain discours. Ces pauvres gens qui ne peuvent même pas mettre des mots sur les maux de leur pays, voilà l’horreur. Ce ne sont pas les calculs politiciens. Je peux en témoigner sur place.
    En union de prière avec tous les lecteurs de ce blog et avec tous ceux qui m’ont lu (nonobstant les fautes d’orthographe dues à l’heure tardive…)

  26. Merci à L et à Bernard mitjaville de m’avoir répondu avec précision, je vois les choses comme vous mais je voulais simplement exprimer mon désarroi parce que je vis dans une paroisse dirigée par un prêtre de gauche qui s’entoure d’une équipe de gauche et que je passe pour une “intégriste”, une raciste et une fasciste depuis que j’ai dit que je n’étais pas d’accord avec leurs cercles de silence pour soutenir les sans-papiers.

  27. À Anna:
    Oh que si les Français ont la mémoire courte !
    À tel point qu’ils sont capable de re-voter Mitterand et, quelques années plus tard, de voter Hollande. Si ce n’est pas de la mémoire courte, ça !
    Et je ne parle pas de l’ostracisme imbécile – au mieux craintif – envers le FN alors que depuis Giscard les UDF-RPR-UMP ne cessent de détruire, et violemment, la France.
    Oh que si, les Français ont la mémoire courte…

  28. Pourquoi Copé n’a rien dit avant et pourquoi la droite n’a rien fait avant ?
    Mais tout simplement parceque toute la gauche et les bisounours de tous poils leur seraient tombés sur le dos comme la misère sur le pauvre. Souvenez vous de l’expulsion des Roms l’an dernier : nous étions revenus aux jours les plus sombres de notre histoire. Valls fait la même chose ; c’est une oeuvre de salut public.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services