Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Pro-vie

“Je suis devenue mère après un viol. Ma famille m’a rejetée”

Témoignage à faire connaître :

"Elle n'a pas choisi la façon dont elle a été conçue, elle n'a pas choisi l'identité de son père. Comme moi, elle est la victime de la violence d'un autre, et elle va en souffrir toute sa vie. [Les féministes] oublient ce qu'il arrive quand on ne peut pas ou qu'on ne veut pas avorter à la suite d'un viol. Nous sommes réduites au silence par la honte et nous sommes stigmatisées. Un jour, je devrai dire la vérité à ma fille. La vérité débute et se termine par 'ce n'est pas de ta faute'. La seule chose que j'espère, c'est qu'un jour je serai capable de dire la même chose me concernant, et d'y croire."

Partager cet article

9 commentaires

  1. Cet enfant a une mère qui l’aime plus que tout et qui veut que son enfant vive. Bravo et merci madame pour votre temoignage d’ amour maternel.

  2. Respect. Je pense que cela aidera cette petite fille qui sentira qu’à travers le tragique de son histoire elle a été pleinement aimée par sa maman. Elle y puisera force et courage. On ne peut pas en dire autant des “féministes professionnelles” qui, en ne promouvant que l’avortement, alimentent une forme de violence.

  3. Il est difficile de comprendre qu’il y ait de plus en plus de viols en France alors qu’il y a la “parité”. Est-ce la parité qu’un homme puisse dominer à ce point une femme ?
    Etre en nombre aux conseils d’administration est-il plus important que de ne pas subir ces humiliations parfois suivies de conséquences terribles ?

  4. Moi aussi, si j’avais été violée et que de ce rapport non voulu j’eus conçu un enfant, je l’aurais gardé, et je l’aurais aimé pleinement, je l’aurais fait baptiser dès la naissance et il aurait été enfant de Dieu et non d’un infâme. J’ai un principe : « La vie est sacrée », et par le Décalogue, Dieu m’interdit de tuer l’innocent. C’est au père à payer pour son crime, pas à l’enfant. Toutes mes félicitations à ces mères qui gardent leur enfant en pareil cas. Honte à ceux qui les incriminent, car elles sont des victimes, et toute victime est respectable !

  5. Très beau Dominique de rappeler cela : c’est avant tout un enfant de Dieu !

  6. Une femme digne et grande devant Dieu, qui est le Père des tous et de toutes sans distinction.
    L’avortement est un crime, le refus d’avorter dans ce cas est un acte d’Amour immense.

  7. Bravo à cette merveilleuse maman! Qu’elle et sa petite fille soient bénies et que l’Esprit-Saint les rende heureuse et fortes.

  8. Oups, j’ai oublié un “s” à heureuse dans mon post précédent! Pourriez-vous corriger merci. Bien amicalement!

  9. Si certains veulent avoir un aperçu un peu plus large, vous trouverez une traduction (peut-être pas très bonne mais qui a le mérite d’exister) sur mon blog : http://lacorbeilleapapier.hautetfort.com/archive/2015/05/05/j-eleve-la-fille-de-l-homme-qui-m-a-violee-5616464.html

Publier une réponse