Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / Pays : Angleterre

“Je prie pour vous” c’est de l’intimidation

Victoria Wasteney, ergothérapeute, a été accusée d'intimidation après avoir donné à une collègue musulman un livre sur une femme musulmane qui s'est convertie au christianisme, l'avoir invitée à l'église et lui avoir dit qu'elle priait pour elle.

Elle a été suspendue pendant neuf mois. Elle conteste en justice cette sanction.

Partager cet article

19 commentaires

  1. C’est un compliment, car ça prouve que sa prière donne du fruit

  2. Et ceux qui invitent nos enfants à faire le Djihad en Syrie ou ailleurs, ils sont accusés de quoi ? De faire voyager nos enfants ? De leur proposer le bonheur ? D’esprit d’ouverture ?

  3. Depuis que donner des chaussons et une image de la Vierge à une femme enceinte est un “acte d’intimidation” “d’une violence inouïe” qui soumet la victime à une “pression morale et psychologique” intense, je ne m’étonne plus de rien…
    Source : http://fikmonskov.wordpress.com/2013/09/16/le-planning-familial-sengage-contre-le-laxisme-judiciaire/

  4. ça démontre que la liberté de conscience
    n’existe PLUS……

  5. ça paraît proprement délirant !

  6. Un peu de mesure. Rappelons, pour commencer, que l’accusée (V. Vasteney) travaille, comme salariée, dans un hôpital public, en Angleterre.
    Et que si elle a fait l’objet de mesures disciplinaires – par son employeur – c’est parce qu’il y a eu des plaintes (sans qu’on sache précisément, de qui : il n’est nullement obligatoire que cela vienne de la collègue musulmane) pour non seulement intimidation mais surtout harcèlement.
    Comme l’explique bien l’article, la collègue en question était nouvelle et dans un service géré par V. Vasteney.
    Lors d’une conversation banale, la première évoque sa foi musulmane, V. Vasteney la sienne, catholique. (Chrétienne en tout cas)
    Par la suite – et c’est, ce me semble, ce qui explique les notions de harcèlement et intimidation retenus contre l’accusée – V. Vasteney a invité sa collègue à des événements prévus dans son église (1). Plus tard, elle lui offre comme livre (pendant sa convalescence) un ouvrage qui traite de l’évangélisation d’une personne musulmane (2) et quelque temps plus tard, sur son lien professionnel, elle se met à prier devant sa collègue (3).
    C’est ce cheminement et le fait que cela se passe sur le lieu professionnel (tant les invitations que la prière) qui explique ces accusations de harcèlement et d’intimation (ici validée parce que V.Vasteney est la supérieure hiérarchique de sa collègue musulmane)
    L’accusée a donc fait preuve ici d’un manque de professionnalisme évident. En tant que supérieure hiérarchique de ladite collègue, elle ne pouvait ignorer que les liens de subordination existants entre elle et sa collègue, le fait que celle-ci soit nouvelle dans le service, ne pouvait que susciter des doutes sur sa conduite.
    S’il est évident que V. Vasteney, n’a pas cherché à “endoctriner” sa collègue, sa conduite (invitation anodine, cadeau, cérémonial via la prière) était, elle, suspecte. Il n’est donc guère surprenant que ses supérieurs hiérarchiques aient décidé d’intenter contre elle des mesures disciplinaires.
    @ logorrhée : ils sont généralement accusés d’endoctrinement sur mineurs (loi 2001) ou d’incitation au terrorisme (loi 2004 notamment)
    Les sanctions prévues sont : la privation du passeport (si leur concours est avéré), le gel de leurs avoirs, l’expulsion des étrangers s’ils sont impliqués dans de tels mouvements “intégristes”, la déchéance de la nationalité française (si la personne possède une autre nationalité)
    Le problème c’est que, bien souvent, les jeunes gens sont endoctrinés via Internet ou par des réseaux qui peuvent facilement s’affranchir du droit français ou international.
    @ Fikmonskov
    Ce n’est pas tant le fait de donner des chaussons d’enfant et une image de la Vierge, qui explique l’amende portée contre M. Dor, c’est le fait d’avoir débarqué dans un service (planning familial) – en récidivant du reste – pour faire changer d’avis une femme désireuse d’avorter.
    L’impact psychologique a été jugé “inouïe” par ladite femme, parce que (très probablement) elle considère que la loi l’autorisant à un tel geste, un militant anti-avortement peu faire connaître son avis en dehors du bâtiment, et non chercher à la faire changer d’avis (autrement dit l’intimider) en pénétrant dans des locaux où sa présence est illicite.

  7. Il faut le comprendre: nous sommes entrés en guerre.
    La France n’est pas en reste, avec le lobby mondialiste Franc-Maçon mondialistes aux commandes de notre pays (UMP autant que PS).
    La lutte du mondialisme contre le catholicisme est millénaire et inégale, mais le Pays réel est encore suffisamment vaillant pour entrer en Résistance Nationale.

  8. Ils ont raison sans le savoir …. la prière est une arme absolue !

  9. Sans vouloir me faire l’avocat du diable, il convient, peut-être, de préciser que les faits se déroulent au Royaume-Uni.
    Un pays qui n’est pas à une contradiction près.
    Un pays qui permet à son souverain de créer une religion pour satisfaire ses caprices. Un pays habitué aux prises de positions équivoques. Un pays membre de l’U.E. (Union Européenne) sans vraiment l’être. Un pays qui roule à gauche et mène une politique de “droite” libérale.
    Enfin, c’est un pays, lequel, lorsque ses intérêts se trouveront menacés saura faire preuve de la plus grande perfidie pour les rétablir.
    En fait, ce n’est pas un pays islamophile mais un pays anti-chrétien.

  10. En plus elle est jolie Victoria!Ce qui veut aussi dire que c’est par la beauté que la Foi passe aussi.

  11. @logorrhée
    tts! tts! tts!
    vous ne comprenez vraiment rien. C’est une invitation à la lumière et à l’avenir, la preuve c’est notre 1er sinistre qui le dit :
    “l’islam est une religion de tolérance, de respect, une religion de lumière et d’avenir, à mille lieues de ceux qui en détournent et en salissent le message”

  12. @Seb
    Des plaintes ne sont pas des preuves. Des intimidations, encore moins des invitations, ne sont pas du harcèlement. J’ai déjà vu des musulmans prier, sans pour autant me sentir harcelé.
    On n’intente pas contre quelqu’un des mesures disciplinaires pour une attitude suspecte.
    “le fait que celle-ci soit nouvelle dans le service, ne pouvait que susciter des doutes sur sa conduite” : peu clair pour moi.
    De la conduite de laquelle des 2 parlez-vous ?
    Bref, Dieu merci, je suis sans emploi, il y a longtemps que j’aurais été suspendu pour harcèlement, avec des ‘autorités’ telles que celles de Mme Vasteney, et des raisonnements tels que les vôtres.
    Je ne vous accuse de rien, vous n’êtes pas sa supérieure, mais vous faites partie de la trop grande partie des gens qui ‘marchent’ sans preuve au moindre argument faisant appel au bon sentiment, qui envahit maintenant partout les sentences de nos medias et de nos politiques, et qui cachent en fait la plus lâche des – pardonnez-moi – dhimmitudes

  13. @perche no :
    Je suis d’accord que des plaintes ne sont pas des preuves. Et qu’une invitation n’est pas, en elle-même, un harcèlement.
    Mais de même que caresser la joue d’un(e) subordonné(e) une fois peut être un geste accidentel, la constance d’un tel geste le rend beaucoup plus harcelant. Il semble (c’est ce que rapporte l’article) que V. Vasteney ait invité à plusieurs reprises sa collègue à venir la voir dans un cadre religieux.
    Là encore, si on prend le harcèlement sexuel, c’est comme si un(e) supérieur(e) hiérarchique invitait son (sa) subordonné(e) à diner toutes les semaines – en dehors des heures de boulot – alors même que ledit(e) subordonné(e) n’a pas donné suite à ces invitations. La constance de l’invitation prend donc un caractère harcelant…Même si est insuffisant pour parler de harcèlement sexuel.
    En fait, pris les uns séparément des autres, tous les éléments ne sont pas harcelants. Mais mis bout à bout, si.

  14. Les musulmans jouent souvent un double jeu, défendant la liberté religieuse et son expression quand cela les arrange et s’offusquant quand on utilise cette liberté pour promouvoir le christianisme.
    Imaginons une situation;
    “Victoria Wasteney, ergothérapeute, a été accusée d’intimidation après avoir donné à une collègue chrétienne un livre sur une femme chrétienne qui s’est convertie à l’islam, l’avoir invitée à lla mosquée et lui avoir dit qu’elle priait pour elle.

  15. @ seb…
    Merci pour ces précisions qui expliquent bien comment la justice raisonne…
    Et comment en “tirant les faits” on peut les faire rentrer dans des mises en accusations (Pas d’intimidation pour cette femme qui elle aussi à une fonction “dominante” lorsqu’elle abreuve de lettres un jeune garçon même pas pré-pubère par exemple)
    La question est de savoir combien de “harcèlement catholique” sous le mode d’intimidation (Elle a menacée sa collègue de la virer si elle ne se convertissait pas ?)qui sont condamnés en justice ou diffamés dans les médias …
    Pour combien d’endoctrinement pour mineurs condamnant en justice des musulmans radicaux recruteurs d’éléments pour leur guerre dite de religion, à risque mortel? (Vous même dites qu’internet n’a pas de visage…La belle affaire ! Vivement qu’on puisse écouter et pister mieux les gens du net comme on espionne nos anciens présidents, l’efficacité laisse à désirer!)
    Pour combien de familles musulmans “vengeant” leur honneur si un de leur membre devient catholique ? (Les associations les accueillant pour les protéger de leurs proches en savent quelque chose dont Eleutheros, dont on parle beaucoup moins que LGBT…).Pas de résonance médiatique; sauf pour la jeune fille au visage brûlée à l’acide mais là pas question de religion mal vécue mais juste de machisme…
    Un catho, on vous l’aurait dit !
    Pas moins de trois magazines ont parlé de Jennifer sous le choc de ce jeune homosexuel qui se serait précipité dans un refuge pour fuir l’opprobre de ses parents, ce qui l’aurait conduit au suicide…Nulle défaite amoureuse sous-jacente?
    Certains ont dit que ses parents voulaient l’exorciser. Nul interrogatoire de ses parents…
    Rien sur ces parents qui font exécuter par un fils aîné une sœur qui ne veut pas épouser l’homme qu’on lui a destiné ou qui veut un homme sans religion . Rien sur ces parents qui menacent en France de mort ce fils converti au catholicisme…
    Et quand un livre sort sur le sujet la seule pub est sur KTO…
    Dans la situation une : L’on craint l’appel à la haine contre des musulmans,dans la seconde : On fustige une religion catholique soit disant archaïque et intolérante …
    Jusqu’à un François Hollande qui ôte le portrait de l’abbé Pierre quand il se rend à Emmaüs et oublie de nous dire que les associations bénévoles et altruistes proches des plus démunis sont à plus de 70% le fait de catho qui ne la ramènent pas ! (et n’ont pas attendus Coluche!)
    C’est cela qui est écœurant, non ce que la Loi édicte car en général sur le papier elle est assez égalitaire à en faire de la “différencophobie ” mais ce que les juges retiennent et la publicité qui en est faite par les médias ou pas…
    Cela finit par participer de la montée du rejet des “chouchous favorisés” qui à l’instar d’Agnan, le chouchou de la Maîtresse d’un petit chef d’oeuvre, se retrouvent au mieux isolés et jalousés et au pire haïs…
    Contre productif ! A moins de vouloir faire monter le FN pour espérer gagner un second tour…Mais un jour le Fn gagnera dés le premier tour…et là…il sera quoi ? inconstitutionnel ?

  16. @ Perché no :
    –Le premier lien fait référence à une opération promotionnelle de Carrefour, mettant en scène une fête religieuse, en l’espèce, ici, le ramadan. Ce n’est pas la première fois qu’une fête religieuse (ou païenne) est récupérée à des fins commerciales.
    Dans les années 90, la Confédération française de la boucherie a lancé (avec succès) son “veau de la Pentecôte”, une opération qui faisait déjà suite à la “dinde de Noël”, vantée (elle) par les éleveurs Américains, soucieux de faire connaître en France, une volaille qui n’était pas encore une star culinaire ! (On lui préférait alors le chapon !)
    –le deuxième lien concerne l’affaire Christine T, dont le verdict devrait être prononcé la première semaine d’août. Malheureusement, l’article de Riposte Laïque se concentre surtout sur les déclarations du Procureur, alors que les jugements prononcés sont beaucoup plus éclairants.
    Ainsi, en 2008, Brigitte Bardot fut elle condamnée – pour la cinquième fois – pour incitation à la haine raciale. Elle avait, en effet, déclaré, dans une lettre publiée dans la presse, qu’il fallait étourdir les animaux consommés pendant l’une des grandes fêtes de l’Islam car “il y en a marre d’être mené par le bout du nez par toute cette population qui détruit notre pays”.
    Une communauté de personne étant désignée ici comme “détruisant notre pays”, l’infraction pénale a donc été validée par les juges. Et comme Mme Bardot n’en était pas à son premier coup, elle fut sanctionnée sévèrement.
    A contrario, en 2002, l’écrivain Michel
    Houellebecq fut relaxé du chef d’accusation d’incitation à la haine religieuse. Il avait déclaré, lors d’une interview, que l’Islam était la « religion la plus con ».
    Les juges ont, en effet, estimé que dire que “l’islam est la religion la plus con” ne “revenait nullement à affirmer ni à sous
    -entendre que tous les musulmans devraient être ainsi qualifiés.”
    Mme Christine T ayant dit que “l’Islam est une saloperie”, elle me semble donc être ici dans le cas numéro 2.
    Ce, d’autant plus que la France, notamment à l’ONU – mais pas seulement elle, les pays de l’Union Européenne en règle générale – a toujours refusé de donner suite aux demandes de l’OCI, qui depuis 99 essaye de faire valider une résolution qui lutterait contre le “dénigrement des religions”.
    Notre représentant à l’ONU a notamment fait savoir (en 2009) que “le concept de diffamation des religions n’a pas sa place dans une enceinte de protection et de promotion des droits de l’Homme et qu’il faut protéger les droits des individus dans l’exercice de leur liberté de religion ou de conviction, et non les religions en tant que telles.”
    En revanche, il est probable que Mme Christine T soit sanctionnée sur un autre chef d’accusation : “l’interdiction de tout appel à la haine religieuse qui constitue une incitation à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence”.
    Celle-ci ayant crânement fait savoir qu’elle était fière de servir la “cause de la haine de l’Islam”, il est probable que son appel à “la discrimination ou à la violence” envers une religion et donc ses croyants, soit lui sanctionné.
    –le troisième lien, est un classique appel à l’unité autour de la République, un de ces discours que les politiques affectionnent beaucoup, car ils leur donnent l’impression qu’ils ne sont pas tout à fait dépourvus de combativité.

  17. @ Robert :
    Il me semble que ce “double jeu” est plutôt partagé par les croyants :
    –Certains catholiques s’offusquent ainsi de voir des enseignes mettre en avant le ramadan, tout en trouvant parfaitement normal (en revanche) que les mêmes enseignes fassent la promotion du “veau de la pentecôte”, des “œufs de Pâques” ou de la “dinde de Noël”.
    –Certains catholiques sont aussi les premiers à s’émouvoir que des “musulmans” fassent valoir leur religion dans une enceinte publique (en refusant d’être soigné par une femme par ex) mais trouvent, en revanche, parfaitement normal de s’introduire illégalement dans des centres dédiés aux femmes désireuses d’avorter.
    Alors double jeu, peut être pas, mais incohérences, c’est certain.
    Si l’on prend le cas de Christine T, la même incohérence est aussi de mise. On prêche la tolérance pour sa propre religion “sauver la minorité chrétienne en Orient”) mais on refuse de respecter celle d’autrui (“l’Islam est une saloperie”)
    Heureusement qu’il y a (au sein de l’Église notamment, mais pas que) des personnes qui cherchent la voie de la tolérance, qui est la seule qui puisse nous mener à bon port. Je dis bien de la tolérance, pas de la naïveté.
    Pour revenir à votre exemple, si la démonstration du harcèlement était faite (autrement dit, si on était exactement dans la même situation sur le plan des faits), il n’y a aucune raison pour que la sanction disciplinaire ait été autre. Le droit, en Angleterre, n’est pas encore à géométrie variable.
    @ logorrhée :
    Dans le cas du jeune garçon, la juge a expliqué qu’elle ne pouvait pas ouvrir d’enquête car elle n’a pas suffisamment d’éléments pour çà. Seul le témoignage de l’enfant serait de nature à lui permettre de faire avancer le dossier.
    Un juge n’est pas tout puissant. Surtout, il ne peut pas se substituer au Législateur.
    En l’espèce, le Législateur ne considère pas que des déclarations d’amour ou des propositions indécentes soient puissent, en tant que telles, être analysées comme étant nécessairement du harcèlement sexuel.
    C’est pourquoi, en 2004, un employeur a été relaxé, bien qu’il :
    -ait envoyé à l’une de ses employées : des poèmes et des mots d’amour
    -ait pris quelques libertés envers elle (toucher de ses épaules et de ses mains)
    -ait fait à celle-ci une déclaration d’amour
    -ait offert à cette dernière des cadeaux
    -ait fait savoir combien elle lui manquait pendant ses absences
    -ait posé sur son pare-brise une revue pornographique avec la mention “bientôt nous” ?
    Pour que l’infraction harcèlement sexuel soit reconnu, de tels faits sont insuffisants. Il est, en effet, nécessaire que le rapport d’autorité soit effectivement mis en œuvre afin d’obtenir de la victime des actes sexuels comme par exemple, un acte de rétrogradation ou au contraire une promesse d’avancement.
    Si les pratiques reprochées s’arrêtent à une tentative de séduction, même insistante, sans mettre en œuvre de menaces ou de pressions, les juges ne retiendront pas l’infraction de harcèlement sexuel. D’où le verdict de la juge.
    Pour que l’éducatrice risque quelque chose, il faudrait que l’enfant révèle (sans y être poussé) qu’il a été contraint de l’embrasser ou d’accepter ses baisers, sous peine (par ex) d’une mauvaise note en classe.
    Le Législateur ayant créé l’infraction en pensant à des adultes, il n’est pas loisible au juge de passer outre les conditions prévues par la loi.
    Les Français – probablement parce qu’ils sont amateurs de séries TV américaines – croient souvent à tort que les lois françaises sont plus “protectrices” envers les victimes de tels agissements, qu’elles ne le sont dans la réalité.
    Notre Législateur a probablement voulu s’assurer que notre droit ne tomberait pas dans une dérive “à l’américaine” où même un regard insistant peut vous entraîner devant les tribunaux. Compte tenu de la grande tolérance historique des Français, envers la “science du toucher”, cela n’a rien d’étonnant, mais cela peut mener (comme on le voit) à des situations peu compréhensibles pour les justiciables !
    Pour le reste…Je suis d’accord que le traitement médiatique est plutôt partial. Je ne parle même pas de la partialité des politiques, qui est tout aussi inexcusable.
    A titre personnel, je pense que le problème vient de ce que nous sommes un des seuls pays d’Europe où les partis se disant “chrétiens” ou défenseurs de valeurs “judéo-chrétiennes”, dans leur intitulé en tout cas, ne montent pas au front quand la communauté chrétienne est attaquée.
    Et pourquoi ne le font ils pas ? Parce que les représentants chrétiens (catholiques pour l’essentiel) militent en leur faveur, sans rien exiger en échange. Ce qui n’est évidemment pas le cas des représentants des musulmans ou des juifs (pour ne mentionner qu’eux) qui ont parfaitement compris que pour être entendus, il fallait monnayer leur appui politique.

  18. Seb : deux petits détails que vous semblez ignorer. Premièrement, la foi catholique est la seule vraie et a donc une supériorité objective sur toutes les autres religions (ce qui n’est pas nécessairement le cas des individus qui y adhèrent, attention). S’il fallait promouvoir une religion, ce serait la catholique. Vous pouvez donc dormir la conscience tranquille de ce point de vue là.
    Vous me direz que les fidèles des autres religions ont, à tort, la même position. Objection retenue pour des raisons pragmatiques puisque ce qui compte, c’est le salut des âmes et il faut prendre celles-ci dans le sens du poil. D’où le deuxième détail : la France est, historiquement du moins, un pays catholique. Que nos traditions, nos fêtes, nos habitudes, nos expressions populaires, etc. s’y réfèrent est donc normal et doit même être encouragé. A l’inverse, les nouveaux arrivants doivent accepter cet état de fait. Personne n’est obligé de venir en France et, une fois en France, personne n’est obligé de faire le ramadan. Assumer pleinement notre catholicité est indispensable pour défendre nos valeurs et assimiler à la grande nation française les valeureuses personnes d’origine musulmane. Le jour où les personnes originaires d’Afrique du Nord s’appelleront Jean-Paul ou Monique et se feront baptiser, le problème de l’immigration aura disparu !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]