Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Pro-vie

“Je n’ai rencontré aucune femme qui regrette d’avoir gardé son enfant”

Tribune publiée dans le quotidien belge Le Soir du porte-parole de la Marche pour la vie de Bruxelles (cliquer sur les images pour les agrandir) :

S1 
S2

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

15 commentaires

  1. Posé, factuel. Bravo!

  2. Excellent!

  3. Magnifique ! Alors pourquoi le CCFD, protégé par l’épiscopat, soutient-il des associations pro-avortement en Amérique latine ?

  4. Bel article.
    Attention quand même: * NON * le corps d’une femme ou d’un homme ne lui appartient pas.
    Mon corps est moi. Je suis mon corps. Je ne m’appartient pas. Pour qu’il y ait appartenance, il faut deux entités distinctes: le propriétaire et l’objet de sa possession.
    Et non mon corps n’appartient pas à mon âme, je ne suis pas âme, ni corps, je suis un homme, dont l’âme et le corps sont deux aspects de cette seule et même réalité: homme.
    Cette schizophrénie séparant l’âme du corps est une maladie mentale catastrophique.

  5. Rien à dire !

  6. A l’attention de “roro” mais pas seulement
    La logique du “oui mais non”
    “Oui le corps de la femme lui appartient, mais non l’enfant qui grandit en elle n’est pas son corps, il en est l’hôte)
    (deuxième extrait, cinquième colonne)
    Quand on doit faire de la pédagogie, on est amené à ne pas arriver tout de suite à la précision finale; on commence par une approche … approchante. Mais on ne sacrifie rien d’essentiel.
    C’est comme cela que j’interprète ce passage: acceptons (provisoirement, sous bénéfice d’inventaire, remis à un peu plus tard) votre revendication “mon corps m’appartient”: vous n’avez jamais revendiqué “j’ai droit de vie et de mort sur mes enfants” (ça viendra peut-être, mais pour le moment, on n’en est pas là), or cet enfant “potentiel” ce n’est pas vous, donc ne débordez pas en invoquant le slogan “mon corps m’appartient”.
    C’est de l’argumentation pas à pas.

  7. Excellent article ! Cet Anthony Burckhart (porte-parole de la MPLV de Bruxelles) se distingue à nouveau par la dignité de ses propos autant que par le bien-fondé de son raisonnement.
    Pour info, cet article était en réalité un “droit de réponse” à une carte-blanche du très death-minded “Centre d’Action Laïque” qui faisait intentionnellement l’amalgame entre la MPLV et des homophobes et défenseurs de la pédophilie des prêtres (plusieurs affaires de pédophilie dans le clergé ayant été révélées dernièrement en Belgique).

  8. @ roro
    La chose est aujourd’hui devenue (c’est-à-dire depuis Descartes en première analyse) complexe… par un excès de simplification : corps d’une part et un drôle de fatras, âme-esprit (ou que sais-je encore ?) d’autre part.
    Mais la tradition grecque (la latine et l’hébraïque également) peuvent nous guider :
    – Sôma = Psykhè (lat. : Corpus = Anima, soit ce qui ‘anime’, cette âme qui est mouvement) ;
    – Pneuma (lat. Spiritus, en lien avec le Souffle) ;
    – Noûs (lat. Mens, l’Intellect supérieur).
    [Je fais grâce de l’hébreu, qui n’apporte guère plus, aux lecteurs du S.B]
    Mais qui dit que nous avons perdu ces notions ?
    Avec la formule liturgique : “[…] l’existence, la croissance et l’Être”, on chauffe !
    Là où on brûle, c’est avec l’autre progression, si bien placée au cours du Divin Sacrifice :”Par Lui, avec Lui et en Lui…”
    Qui parlait de dictature de l’ignorance, déjà ?
    Il est manifestement possible de s’en libérer… avec Son soutien.

  9. Très beau texte qui ne s’enferme pas sur des principes abstraits et se termine sur un appel.
    Malheureusement, l’actualité nous fournit un exemple de femme qui regrette d’avoir eu des enfants. L’actrice Anémone a déclaré dans une interview “Je n’aurais pas eu d’enfants, j’aurais été beaucoup plus heureuse, beaucoup plus heureuse… »
    http://www.voici.fr/potins-people/les-potins-du-jour/anemone-l-actrice-regrette-d-avoir-eu-des-enfants-402288
    Nos “élites” médiatiques n’ont plus de limites et j’excuse le peuple qui ne fait en général que les imiter.

  10. Très bon article, cependant, il est vrai que l’homme voulu par Dieu et pour Dieu, qui n’a pas demandé à vivre n’est pas propriétaire de son être (corps et âme). On le comprend surtout en méditant ce fait : nous n’avons pas demandé à vivre, quelqu’un, nous a voulu pour Lui et pour ses semblables.
    S’il n’est pas “propriétaire” de lui-même, il l’est encore moins des autres.

  11. à CB
    Sans vouloir transformer les commentaires en discussions personnelles (quoique nous sommes dans un Salon ;o), on peut y aller “en douceur” sans pour autant sacrifier aux erreurs monumentales du temps, surtout dans le titre de l’article !
    Ne sous-estimons pas l’erreur, elle est plus que lourde, c’est une pierre angulaire de la culture de mort : suicide, euthanasie, sexualité “mécanique”…

  12. Heu, mal rédigé : Quelqu’un nous a voulu pour Lui. Il nous a voulu aussi pour nos semblables.
    L’homme est un être “pour”.

  13. La “technologie” favorise l’avortement des filles, mais que font les féministes ?
    The abortion of female fetuses has increased as medical technology has made it easier to detect the sex of an unborn child. If it is a girl, families often pressure the pregnant woman to abort. Sex determination tests are illegal in India, but ultrasound and in vitro fertilization centers often bypass the law, and medical terminations of pregnancy are easily obtained.
    http://www.nytimes.com/2011/04/13/world/asia/13iht-letter13.html?_r=1&ref=global-home

  14. Non, le corps de la femme ne lui appartient pas!

  15. à BetShems
    Je le savais bien que Descartes n’était pas le premier à avoir fichu le bazar entre anima, spiritus & mens :
    Au cours du 8ème concile de Constantinople (869) à été décrétée la suppression de l’esprit dans le 11ème canon, l’âme comportant désormais une partie spirituelle. C’est de cette époque que date la confusion entre âme et esprit… vision dualiste où le corps s’oppose à l’âme / l’esprit. Ce canon précise : “Anathème à quiconque soutient qu’il y a deux âmes dans l’homme”. (Wikipedia)
    Aïe ! Les choses commencent à sentir le vinaigre pour moi…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services