Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Eugénisme

Jacques Testart : avec la PMA, les êtres humains sont sélectionnés comme des bovins

Le "père" du premier "bébé-éprouvette" est "athée et de gauche". Il le rappelle fort opportunément dans son interview parue dans le JDD d'hier. Si cela l'empêche de développer une pensée totalement cohérente, Jacques Testart ne reste pas moins l'un des principaux scientifiques à mettre régulièrement en garde contre les dérives eugénistes qui découlent des progrès techniques, et notamment de sa propre découverte. Quelques extraits :

  • La fécondation in vitro :

"Presque un tiers des FIV sont pratiquées sans indications médicales et sont donc abusives. À condition d'attendre un peu, beaucoup de couples pourraient fabriquer un enfant dans leur lit. (…) Les FIV coûtent cher car les labos qui commercialisent les hormones de synthèse injectées aux femmes pour booster l'ovulation les facturent à un prix exorbitant pour notre Sécu surendettée."

  • L'insémination artificielle :

"Au-delà de la détresse de ces enfants sans origine, la médicalisation de l'insémination artificielle a ouvert la porte à l'eugénisme. Cet "appariement des couples reproducteurs", selon les mots de ses promoteurs, rappelle la sélection pratiquée sur les bovins. Dans le secret, sur des critères non transparents, les médecins choisissent le donneur qui convient pour chaque receveuse avec une obsession de la qualité de l'enfant qui rappelle l'eugénisme, une vieille pulsion humaine. Il ne s'agit pas d'une politique d'État, mais d'un eugénisme mou et démocratique, sans souffrance."

  • Le diagnostic préimplantatoire

"Un jour, vos petits seront choisis pour éviter la myopie", ai-je écrit en 1986 alors que la génétique était balbutiante. La réalité a dépassé mes craintes. Au Royaume-Uni, on peut faire un DPI sur un embryon conçu par FIV pour éviter le strabisme, aux États-Unis pour choisir le sexe de son futur enfant. (…) [En France], on peut désormais éliminer non seulement des embryons porteurs du gène de telle pathologie mais aussi ceux avec des risques statistiques de cancer. Or nous portons tous des facteurs de risque pour plusieurs maladies graves."

  • L'eugénisme ou le clonage social

"Je suis de gauche et athée. L'embryon n'est pas ma préoccupation. Ce qui m'inquiète, c'est la fabrication à venir d'un enfant sur mesure. Avec de possibles dégâts psychologiques. Comment le meilleur des bébés, bientôt choisi grâce à des calculs de probabilité complexes, pourrait-il ne pas avoir mention très bien au bac ? Plus grave, tous les enfants vont finir par se ressembler puisque leurs génomes seront de plus en plus normalisés. C'est du clonage social. On s'oriente vers une perte de diversité qui peut s'avérer dangereuse à très long terme. Comme l'a montré Darwin, l'espèce ne survit que par la diversité, car il y a toujours des individus capables de résister à un sort malheureux. De plus, certaines pathologies qu'on élimine sont couplées à des gènes de résistance à d'autres maladies. En voulant se prémunir de tout, on va au-devant de catastrophes. Surtout si ce tri est pratiqué à grande échelle quand on disposera d'ovules en abondance."

  • Les risques à venir

"Les travaux sur les cellules souches reprogrammées permettent de prévoir la création prochaine d'ovules par centaines à partir de cellules de peau. Avec la fin de la pénurie d'ovules, le coût des FIV baissera et leur nombre augmentera. Surtout, il n'y aura plus d'épreuves médicales pénibles pour limiter l'accès à la FIV et au DPI. En prime, les femmes pourront se faire stériliser pour s'affranchir de la contraception… Au moment voulu, il leur suffira de commander au laboratoire un enfant, et pourquoi pas sur mesure, après sélection par les biogénéticiens. Les bébés fabriqués dans des lits seront moins nombreux que ceux issus des éprouvettes."

Partager cet article

11 commentaires

  1. Je ne comprends pas cette obsession récurrente de la “dérive eugéniste”.
    Jacques Testard est-il inconscient?
    Je ne pense pas.
    Stupide? Certainement pas non plus!
    Alors?
    Il est bien évident que lorsqu’on a commencé à rendre possible la conception artificielle, (par lui par exemple!) la question de la sélection de l’embryon allait évidemment se poser!
    Quel parent allait vouloir un enfant “tordu” ou “idiot” ou dont la santé présente un risque, s’il pouvait faire autrement…A moins d’avoir une éthique religieuse qui se perd…
    Et c’est bien là que nous en sommes!
    Mais la faute à qui???
    A certains chercheurs (comme lui) qui auraient du se poser déjà la question depuis longtemps avant de lancer des procès de cet ordre!

  2. On les regarde faire façon vache qui regarde passer le train ?
    Ou on les met définitivement hors d’état de nuire ?

  3. oui mais l’urgence c’est le rechauffement de la planète et le tournant enegetique.

  4. Je profite de cet article du Pr J Testard pour poser une question. Quelqu’un du corps médical pourra peut être répondre.
    Ne croyez-vous pas qu’il existe un lien objectif entre les traitements de stimulation ovarienne anti-stérilité et les cancers massifs ovaires-utérus-péritoine (avec parfois évolution vers le sein) quelques dix ans plus tard?
    J’ai rencontré en service d’oncologie et dans mon entourage plusieurs femmes dans ce cas.
    [D’après mes recherches, plusieurs études établissant un lien entre cancer et stimulation ovarienne dans les années 90 ont été critiquées, notamment parce que l’infertilité elle-même est facteur de risque. Une étude de 2011, ne comportant pas ce biais semble-t-il, établit quant à elle un lien entre stimulation et tumeurs : http://lci.tf1.fr/science/sante/la-stimulation-ovarienne-accroitrait-le-risque-de-tumeurs-6795957.html
    L.T.]

  5. “Je crois qu’il est temps de leur remettre les idées en place” :
    http://dessins.de.konk.free.fr/laxisme_divin/mondeinverti.jpg

  6. Cela rappelle les inventeurs de la bombe atomique regrettant l’usage qui en a été fait….

  7. C’est le triomphe du néolithique : l’espèce humaine est devenue un produit agricole.

  8. Avez-vous vu Bienvenue à Gattaca? De la science fiction bien actuelle…

  9. Il faut être juste. Jacques Testart a été le premier, dès les années 80, a prendre du recul devant les dérives prévisibles de ces pratiques. Il avait dénoncé, demandé un moratoire, au point de devenir Personna non grata dans son milieu. Si quelqu’un mérite des volées de bois vert, ce n’est pas lui.
    Par ailleurs, les personnes qui peuvent se reproduire naturellement, généralement de hasard, n’ont aucun droit à juger de la souffrance de ceux qui ne le peuvent pas.
    Grattez un Catho, vous trouvez vite un Inquisiteur ou, pire encore, une grenouille de bénitier. Mademoiselle Lelongbec, si dévote et si cancaneuse et méchante…

  10. Y’a des gens très cyniques qui pensent que les humains ne sont qu’un vulgaire bétail à exploiter comme des animaux, à jeter comme des kleenex usagés, à trafiquer leurs gènes pour en faire de serviles larbins des tous pourris comme dans le livre “le meilleur des mondes” !

  11. “L’embryon, n’est pas ma préoccupation”, dit Jacques Testard. c’est bien tout le problème!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services