Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Jacques Bompard demande à tous les maires de France de se mobiliser

Le député-maire d'Orange Jacques Bompard a adressé le 20 septembre 2012 une lettre à tous les
maires de France
. Jacques Bompard regrette que le
gouvernement n’organise pas de référendum
sur la question. Il demande à tous les maires de France de se
mobiliser, notamment auprès de leurs députés et sénateurs, afin que soit
inscrite dans la loi une clause de conscience. Les maires ou leurs
adjoints qui ne souhaitent pas célébrer de mariage homosexuel
doivent pouvoir invoquer cette clause de conscience. Dans cette lettre, Jacques Bompard écrit aussi :

B"Cette loi n'est
pas une loi parmi d'autres
. Il ne s'agit pas de changer les règles de
l'urbanisme ou d'ajouter une taxe supplémentaire. C'est une loi qui touche à la
structure même de notre société, en même temps qu'à la conscience de chacun
. À
ce titre, il n'est pas admissible qu'un élu se trouve privé de cette liberté
primordiale. Je propose donc d'introduire, dans cette loi, un article
instituant un droit au retrait, en vertu d'une clause de conscience, pour les
maires et les adjoints aux maires qui le souhaiteraient.

Afin
de favoriser le vote de cet article de loi, je crois important que tous les
maires se mobilisent et sensibilisent les parlementaires de leur
circonscription à ce droit au retrait.
C'est la raison pour laquelle je vous
adresse ce courriel en vous demandant de ne pas attendre que la loi soit votée
pour vous préoccuper de ses conséquences directes pour nous les maires, nos
adjoints et l'ensemble de nos conseillers municipaux.

Il ne s'agit pas,
ici, d'entrer dans le débat de fond sur le mariage civil des homosexuels. Il
s'agit de garantir un équilibre entre, d'un côté, ce que cette loi va
promouvoir sur le plan moral et, d'un autre, la liberté de conscience de chaque
citoyen et donc de chaque élu."

Partager cet article

15 commentaires

  1. Mais pourvu qu’ils ne mettent pas cette clause de conscience!
    S’ils ne la mettent pas, alors de nombreux élus vont se battre contre ce projet de loi mortifère! Alors que s’ils mettent en place cette clause, la plupart des élus diront “bon, après tout, si moi on ne m’oblige à aller à l’encontre de mes croyances, je ne vois pas pourquoi j’interdirais les autres d’aller dans le sens de leur désir.”!!
    Une fois cette loi passée, il suffira alors d’attendre 5 ou 10 ans pour que cette clause parte.
    Ne demandez pas cette clause, battez vous contre cette loi suicidaire, et si elle passe, alors il sera temps de se battre pour la liberté de choix!

  2. @Altaica : oui, je pense comme vous que c’est déjà s’avouer battu que de demander la clause de conscience ; c’est comme dire “si vous nous faites prisonniers, vous nous traiterez bien ? ” à nos ennemis

  3. Il ne fallait pas légaliser l’avortement en 1975.
    C’est le péché originel, qui a mis la France à bas moralement.
    Depuis, toutes les palinodies des pouvoirs publics ne sont que la conséquence de la perte de repères de la société française (PACS, dénaturation du mariage, fausse morale républicaine à l’école, quasi-suppression des majorations de retraite des pères de famille, droits acquis sans devoirs dans le domaine social…) et j’en oublie.
    A vue humaine, le chemin à parcourir pour remettre la France à l’endroit (et au travail) est long, mais pas insurmontable.

  4. @lama12
    Avortement = péché originel ?
    Pas si sûr.
    Ce fut une très nette aggravation, c’est certain, mais enfin, le droit au divorce (avec remariage ensuite) était déjà une grave atteinte à la famille (et aux droits des enfants).
    A partir du moment où un homme et une femme s’engagent VOLONTAIREMENT pour toute la vie, de quel droit les autoriser à poser un deuxième engagement de ce genre s’ils ont déjà violé le premier ???
    Que la loi se soit soucié d’autoriser la séparation et de protéger l’épouse en cas de difficulté grave, c’est une chose, mais elle n’aurait jamais dû autoriser le divorce proprement dit, avec remariage.
    Cette loi Naquet (1884) était déjà une grave atteinte au droit familial.
    S’il faut chercher un péché originel, dans ce domaine, il est là.
    Mais il faut peut-être remonter plus loin : à la déchristianisation de notre société.
    Le péché originel de la France, c’est certainement son refus du Christ-Roi – alors qu’elle était née sur les fonds baptismaux.

  5. @ Jef
    Bravo : le divorce a cassé le lien entre engagement et durée, et la responsabilité de l’engagement de chacun.
    Si le conjoint peut être rejeté définitivement, à plus forte raison l’enfant non né. Et de là découle ensuite l’idée du désir personnel comme règle de vie : si le désir se porte sur une personne de même sexe, il est logique que l’union en découle, tout comme la ”parentalité”.
    Car si des parents biologiques peuvent tuer ou faire tuer leur enfant avant la naissance, un homosexuel peut bien ”avoir des enfants” : l’enfant comme personne est plus négligeable que l’idée que chacun s’en fait.

  6. se battre pour l’objection de conscience, c’est déjà une capitulation
    il faut d’abord empêcher le vote de ce texte de loi
    il faut organiser des manifestations de grande ampleur

  7. Bien sûr il faut se mobiliser…Mais au cas où le “mariage” gay est légalisé,la clause de conscience serait une bonne chose entre autre!De ce fait l’initiative de Bompard n’est pas sotte!
    Toutes les initiatives sont donc bonnes!!!

  8. Ce n’est pas capituler ou abandonner le combat que de demander une telle clause de conscience. Au contraire, c’est un autre aspect qui va avec le combat contre le “mariage” homosexuel.
    L’un n’empêche pas l’autre. Jacques Bompard a donc raison d’appuyer sur ce point là, comme il aura raison de voter contre la loi, quand celle-ci sera soumise au vote des parlementaires.

  9. @ dragases
    AH NON !!! Ah non, car justement les députés PS qui rechignaient à suivre l’ordre du parti, finiront par dire oui s’il y a l’objection de conscience, façon Ponce Pilate. Tandis que si c’est “sans filet”, ils y réfléchiront à deux fois. Je crois que justement Taubira, dans la précipitation, a fait une erreur stratégique en disant “pas de quartier”, les maires vont être encore plus sur la défensive !

  10. Je me demande si la meilleure initiative ne serait pas, pour les maires pas d’accord avec cette loi inique, de dire simplement :NON, nous refuserons de procéder à ces mariages. Sans condition, sans clause supplémentaire quelconque. Cela aurait plus de force pour défendre le Bien commun, car c’est de cela dont il s’agit. Une clause de conscience donnerait en quelque sorte la faculté d’agir comme Ponce Pilate.

  11. comme Altaica, ID, breve :
    le premier pas est d’empecher cette loi de passer
    demander la ‘clause de conscience’, c’est deja accepter cette loi
    pour sur !! il ne va pas faire bon d’etre maire, si la loi passe… ils vont devoir lutter ferme… on va voir les courageux et les poltrons….

  12. @ Jef
    Bien vu. Je ne vois même pas pourquoi on parle maintenant de “dénaturation” du mariage, puisque le mariage civil n’est pas un vrai mariage. Un moindre mal est un mal tout de même, et ce n’est pas le mal que nous devons vouloir, mais le bien.
    …”fonds baptismaux” ? J’aurais plutôt écrit : FONTS baptismaux, avec un t.

  13. Je ne trouve pas que ce soit une reddition sans conditions que de demander cette clause de conscience ou un droit de retrait.

  14. Je voudrais juste savoir si cette loi inclus une clause précisant la manière dont les enseignants devront exclure des ateliers de colliers de nouilles, dessins ou autres oeuvres, les élèves de maternelle, à l’occasion de la fête des mères (ou des pères selon le cas)… On ne peut assimiler parent inexistant et décédé !

  15. Vive la France catholique!!!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]