Jacob William Rees-Mogg : le conservatisme est fondamentalement moral

Jacob William Rees-Mogg, homme politique britannique, est membre conservateur du parlement du Royaume-Uni. Catholique,père de 6 enfants, il est fermement opposé à la dénaturation du mariage. Avec son flegme et une excentricité toute britannique, il est l'étoile montant du parti conservateur. On parle de lui comme possible premier ministre. Voici la traduction de ce qu'il a déclaré début octobre :

Images"Nous devons tout d'abord définir ce que nous entendons par la morale. Parce-que nous ne disons pas que la finalité de l'économie de marché est bonne en elle même. Notre point de départ est que la fin ne justifie pas les moyens parce que la morale exige que les moyens soient moraux tout comme la fin. Bon, le fait que l'économie de marché ait amélioré de façon phénoménale la vie d'un milliard de gens en particulier depuis les années 1980 n'est pas en soi un argument moral en faveur de l'économie de marché mais c'est néanmoins un argument rassurant n'est-il pas? Le fait est que le nombre de gens vivant avec 1 dollar ou moins par jour sont un milliard moins nombreux sur terre aujourd'hui, ils étaient un peu plus de 50% en 1980, ils sont aujourd'hui moins de 20 % grâce à l'ouverture de la Chine et de l'Inde, une transformation en profondeur de la vie d'un très grand nombre, mais nous ne permettrons pas que la fin justifie les moyens car ce n'est pas une méthode suffisante pour justifier la moralité de l'économie de marché.

Nous devons aller plus loin, nous devons aller jusqu'au paradis terrestre. Pourquoi ? Parce-que le jardin d'Eden c'était un monde parfait. Il y avait à manger, il y avait à boire, tout allait bien, il y a un manque de connaissance, mais avant tout, il y avait aussi la liberté de choisir et dès lors que vous laissez les gens exercer le droit de choisir, il s'ensuit que les gens voudront aussi l'économie de marché. Donc la moralité trouve sa source dans la liberté de choisir, parce que la seule manière d'empêcher l'exercice du libre choix est la coercition oppressive. Il vaut la peine de le redire, si vous regarder la Corée du Nord, la liberté de choix est restreinte par la volonté d'établir un Etat-paradis, comme les gens là-bas sont incités à le croire. Mais dans cet Etat-paradis, même si vous pouvez restreindre la liberté d'un grand nombre, il n'en reste pas moins qu'un certain nombre devra décider comment et par qui cette liberté sera exercée de façon à ce qu'ils puissent maintenir cette liberté. Donc dans un système qui ne permet pas l'économie de marché, vous retirez la liberté non pas à tout le monde mais à tout ceux que vous contrôlez. Les socialistes imaginent bien sûr que ce seront eux qui contrôleront, voilà pourquoi ils apprécient assez bien ce système.

Donc à première vue, cela semble être assez satisfaisant n'est ce pas de constater que la fin semble être bonne, ceci renvoie au raisonnement de Margaret Thatcher selon lequel vous n'enrichissez pas les pauvres en rendant les riches moins riches, non, vous ne rendrez tout le monde plus riche qu'en cuisant des gâteaux plus grands, tout le monde aura dès lors une tranche plus grande même si cela représente pas un plus grand pourcentage, ce qui n'importe pas puisqu'il importe que chacun puisse obtenir une part plus décente.

Nous voyons ici que ce système peut fonctionner mais attention, il faut pour cela aussi intégrer la nature humaine. Je pense qu'intervient ici la moralité et pourquoi le conservatisme est fondamentalement moral. Voyez-vous, je pense que le conservatisme appréhende la nature humaine telle qu'elle est et non pas telle qu'on espérerait qu'elle soit, à l'image du jardin d'Eden. Ceci est important car en tant que conservateurs, ce que nous essayons de faire est de laisser les gens mener leur vie comme ils l'entendent sans empiéter sur la vie des autres, nous essayons de leur laisser un maximum de liberté d'exercer le libre choix qu'ils possèdent en tant qu'êtres humains. Vous pouvez dire, si vous êtes religieux, que ceci est un don de Dieu, celui de pouvoir faire des choix pour et par eux-mêmes. Si vous n`êtes pas religieux, vous pourrez dire qu'il s'agit là d'une part innée de l'être humain, cette possibilité de faire des choix et la liberté de vouloir faire des choix. A ce moment là vous découvrez qu'en faisant ces choix, ceux-ci peuvent bénéficier également au plus grand nombre.

Bon, donc, quels sont les deux commandements qui constituent le fondement de la morale: tu aimeras ton Dieu et tu aimeras ton prochain comme toi-même. L'intéressant ici, dès lors que l'on parle de l'économie de marché, c'est que vous pouvez laissez Dieu en dehors de tout cela. Ne vous en faites pas: je ne vous ferai pas de sermon, je ne fais que souligner l'aspect moral de la chose, lequel est évidemment soutenu par nos traditions religieuses en notre pays dans lequel l'Eglise est une institution légalement établie et reconnue. Exprimer l'amour du prochain et faire ceci parce que votre prochain vous rendra la pareille est une chose parfaitement raisonnable. Vous pouvez d'ailleurs continuer d'exprimer l'amour du prochain même dans les cas où il n'y a pas de réciprocité parce que vous avez la libre disposition de cette possibilité alors que dans un régime totalitaire, vous n'avez pas la possibilité de faire ces choses pour votre prochain parce que cela est décidé par quelqu'un d'autre, cette liberté de choix vous est enlevée. Ceci est crucial, la moralité ne peut pas être applicable lorsqu'on est forcé d'agir dans un sens ou dans l'autre.

L'économie de marché est une affaire qui consiste à faire quelque chose de bon pour les autres même si cette intention spécifique n'est pas nécessairement votre motivation première. Adam Smith le boulanger faisait du pain non parce que les gens à qui ce pain était destiné étaient des gens sympathiques mais parce qu'il voulait améliorer sa vie et pour cela s'attachait à cuire le meilleur pain possible. Donc, il aime son prochain parce que cela lui permet de faire un gain et cela est évidemment parfaitement acceptable. Vous voyez que ce faisant, notre vie s'améliore et permet à un milliard d'individus de sortir de la pauvreté. Donc je pense que tout ceci est dans le droit fil d'une bien réelle éthique morale chrétienne laquelle vous incite à faire le bien, vous incite à contribuer à améliorer le sort de votre prochain, ce faisant, cela vous aide vous-même également et in fine, solidifie la société dans son ensemble alors que le socialisme mène à la Corée du Nord. Partout dans le monde où le socialisme est pratiqué cela provoque plus de contrôles en tout genre, car à la vérité, dès que vous dîtes aux gens que le travail ne s'améliorera pas, leur ardeur au travail diminuera et vous aller devoir être présent avec un fouet pour les faire travailler. Voilà le monde tel qu'il est, voilà la nature humaine telle qu'elle est et si cela n'est pas le sens de la moralité alors je ne sais pas ce que c'est."

Laisser un commentaire