J-12 : le Brexit donné à 55% dans un nouveau sondage

Un nouveau sondage donne le Brexit en tête à moins de deux semaines du référendum :

"À deux semaines du scrutin, l'écart semble se creuser entre les opposants et les défenseurs du Brexit. Selon un sondage ORB pour le quotidien The Independent publié vendredi 10 juin, 55 % des Britanniques affirment qu'ils voteront pour une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, contre 45% qui se disent pour un maintien.

Cette avance de dix points du camp du "Leave" est la plus marquée depuis le début de cette série de sondages il y a un an, observe le journal, qui précise que les partisans du Brexit ont accru leur avance de quatre points depuis le dernier sondage en avril. Il y a un an, le camp du maintien ("Remain") était en avance de dix points.

L'enquête a été menée en ligne auprès de 2 000 personnes les 8 et 9 juin et il n'était pas possible de cocher la case "ne se prononce pas".

D'autres sondages publiés cette semaine ont conclu à des résultats plus serrés. Selon la moyenne des sondages établie par le site WhatUKThinks, les partisans d'un maintien dans l'UE et les défenseurs d'un Brexit sont au coude-à-coude à 50 %."

Si les prises de position "catastrophistes" sont très médiatisées, comme l'appel de 13 prix Nobel pour le maintien au sein de l'UE, des voix du monde civil et économique se font entendre également pour le Brexit comme l'homme d'affaires britannique James Dyson, célèbre pour ses aspirateurs sans sac :

"Interrogé par le "Daily Telegraph", James Dyson juge que la Grande-Bretagne a plus à gagner qu'à perdre en sortant de l'UE.

"Nous créerons plus de richesses et d'emplois en étant en dehors de l'UE qu'en étant à l'intérieur, et nous serons maîtres de notre destin. Et la maîtrise est, je pense, la chose la plus importante dans la vie comme dans les affaires", dit-il.

James Dyson balaie en outre les mises en garde quant aux conséquences commerciales d'une sortie de l'UE. "Quand le camp du maintien nous dit que personne ne commercera avec nous si nous quittons l'UE, désolé mais ce sont des foutaises absolues", réplique-t-il.

"Si, comme le laisse entendre (le Premier ministre) David Cameron, ils nous imposent des tarifs douaniers de 10%, nous ferons la même chose en retour (…) De toute façon, l'UE commettrait un suicide commercial si elle imposait des tarifs douaniers car nous importons 100 milliards de livres et nous ne lui en exportons que 10 milliards."

Laisser un commentaire