Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Contradiction au MNR sur un point non négociable

Isabelle Laraque, secrétaire générale adjointe du MNR, livre une bien étrange réponse au sujet de l'affaire de l'avortement de Recife :

Laraque " (…) dans cette triste affaire où un conflit de la conscience ne peut que se manifester, l’Église semble avoir tranché rapidement. La morale chrétienne nous commande d’être charitable, d’aimer notre prochain. Dans le cas présent, où est le prochain ? Est-ce la fillette de neuf ans, ou les fœtus des deux jumeaux ? La raison devrait cependant dissiper cette hésitation en incitant à privilégier la mère, personne réelle et non virtuelle car qu’est ce qui garantie que la grossesse sera menée à terme et que les deux fœtus ne seront pas morts-nés ? Or dans le cas présent la situation impose un sacrifice. Qui doit-on sacrifier ? (…) L’interdire (l’avortement thérapeutique, NDPC) revient à instrumentaliser la mère et à la réduire à un ventre en la cantonnant dans son rôle de génitrice, enfin à nier sa douleur physique et morale (…)"

Tout d'abord, cette déclaration contredit la charte fondatrice du MNR ("la vie et la dignité doivent être respectées, de la conception à la mort naturelle") et s'oppose à la proposition 558 de son programme ("Inscrire dans la constitution le principe du respect de la vie, principe relevant du domaine du sacré").

L'Eglise n'a rien tranché rapidement. Comme vient de le confirmer la conférence des évêques de France, l'archevêque n'a excommunié personne mais il a rappelé que ce type d'acte (l'avortement) ouvre à de telles possibilités (l'excommunication latae sententiae), en accord avec ce que prévoit le Droit canonique.

Ensuite, nous rappellerons que l'Eglise ne considère par les foetus comme des êtres virtuels mais bien comme des personnes humaines. C'est pourquoi elle s'oppose également aux expérimentations sur l'embryon. En l'occurence, il n'y a pas à se poser la question de savoir qui était le prochain. Le prochain, dans ce cas précis, c'étaient trois personnes : la mère et les deux jumeaux. Et aucune loi divine n'impose ni sacrifice ni choix. Moralement, il n'est jamais licite de supprimer la vie d'un innocent pour sauver une autre vie. On ne peut invoquer dans ce cas le moindre mal car le bien était possible : tenter de mener la grossesse à terme d’autant plus que, contrairement à ce qui a été écrit, la vie de cette jeune fille n’était pas menacée. En outre, aucune grossesse n'est jamais assurée d'aller à terme…

Enfin, reprocher "l'instrumentalisation de la mère" ou de pas tenir compte de "la douleur physique et morale" de la mère sont des arguments qui ont été largement utilisés dans les années 70 pour obtenir la légalisation de l'avortement et qui sont aujourd'hui repris pour tenter de légaliser l'euthanasie (en remplaçant le mot "mère" par "malade en fin de vie").

Nous avons connu le MNR mieux inspiré (ici ou ici).

Philippe Carhon

 

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

9 commentaires

  1. [Merci à Berg pour la coquille]

  2. Isabelle Laraque n’est pas le MNR à elle toute seule, et heureusement au vu de ces déclarations scandaleuses. Il faut en appeler à Annick Martin, secrétaire générale du MNR, pour clarifier la situation : soit Mme Laraque revient sur sa position pour être en conformité avec le programme et les points fondamentaux du MNR, soit elle quitte ce parti dans lequel elle ne peut honnêtement se reconnaître.
    J’invite les liseurs du SB à envoyer des courriels de protestation à la Secretaire nationale via le site du MNR où l’on peut envoyer des messages. Nous ne devons pas laisser passer cela.
    [Les prises de position sur le même site encore plus favorables à l’avortement de Robert Spieler et de Jean-François Touzé montrent que la Droite Nationale n’est pas unanime sur le problème du respect de la Vie. Et pourtant, beaucoup de reproches ont été faits à Marine Le Pen sur ce sujet…
    Philippe Carhon]

  3. Qu’elle soit MNR ou pas importe finalement peu; cette dame n’est tout simplement pas catholique, ni de près ni de loin.

  4. Olivier M ! Qu’est ce qui vous autorise à décider, à trancher que Mme X ou Mr Y ne sont pas “catholiques” ? Seriez vous, par hasard, le Pape en personne ?
    Qui donc a dit: ” 1 Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés.
    2 Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.”
    Relisez la vie de Savonarole. Des Arribiati et des Piagnoni, quel clan choisir ? Avec Borgia ? De près ou de loin ?
    [Ce qui est sûr., c’est que les arguments utilisés par Isabelle Laraque sont en totale contradiction avec le magistère de l’Eglise catholique. Ensuite savoir si elle est catholique est un autre problème…
    Dire d’une personne qu’elle n’est pas catholique n’est pas un jugement. C’est une constation, une déduction logique…
    PC]

  5. Isabelle Laraque a le mérite de la franchise: la doctrine du MNR ne revendique ni la source d’inspiration chrétienne, ni les voix de même souche.
    Un appoint pour monsieur Juppé ou notre champion-national-du Lundi-de-Pentecôte,les disciples du faux-parents, etc, etc, que du beau monde!

  6. Les propos de Mme LARRAQUE ne sont pas conformes à la loi naturelle que défend l’Eglise, comme ceux de R. SPIELER et de J-F TOUZE.
    Mais de plus ils sont contraires à toute logique puisqu’ils mêlent des considérations de santé (d’ailleurs fausses par manque d’information sans doute) à des opinions subjectives et de l’ordre du sentiment personnel, voire du sentimentalisme.
    Appliquée à la peine de mort ou à l’immigration ou à l’islam ou à la délinquance, cette méthode de raisonnement conduirait à tous les laxismes.

  7. à PC,
    Justement, notre intransigeance à l’égard des errements idéologiques de Marine Le Pen doit être aussi ferme avec les autres personnalités de la droite nationale.

  8. @ Solange
    En effet, chacun doit observer et objecter. Mais par exemple votre mot ”errements idéologiques” est déjà de l’ordre de la polémique : il sous-entend la divagation et l’absence de principes. Or, pour un débat serein et constructif, les erreurs et approximations doivent être analysées, et démontrées, mais sans que cela ne tourne à la condamnation des personnes, à la suspicion perpétuelle et au dénigrement systématique. On peut dire et contredire sans médire.
    De plus en France, il y a peu de catholiques en tant que tels et le revendiquant dans les partis politiques : effet du laïcisme de la France, mais aussi d’une forme de moralisme théorisant qui semble justifier souvent chez les catholiques le fait de ne jamais s’engager en politique. D’où très fréquemment leur marginalité en politique, alors qu’ils sont souvent très présents dans l’associatif, le caritatif et la défense de la Vie, etc….
    Les responsables politiques subissent souvent des pressions contradictoires, et les éclairer à la lumière des vérités humaines, sociales et morales que propose l’Eglise est plus utile que de les agresser méchamment : nous sommes tous perfectibles.

  9. Au moins, Robert Spieler est logique avec lui-même. Il ne s’est jamais revendiqué comme catholique fervent, même s’il défend souvent le rôle de l’Eglise dans l’histoire de notre civilisation.
    Il est normal que les catholiques s’offusquent mais, cette dame (Mme Laraque) défend une position qui est souvent partagée, en secret, par de nombreux croyants. Ceux qui connaissent l’Amérique latine savent que là bas, les choses ne sont pas comme ici.
    [C’est bien pour cette raison qu’il était plus important de réagir aux propos d’Isabelle Laraque qu’à ceux de Robert Spieler.
    Que certains croyants partagent cette opinion est une raison encore plus forte pour nous de réagir. Lorsque les catholiques s’égarent par compassion, pitié ou désinformation, il est du devoir de tout catholique de rappeler à temps et à contre-temps le Magistère de l’Eglise catholique.
    PC]

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services