Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Isabelle de Gaulmyn salue l’action de Civitas….

...à sa manière : de façon réductrice, mensongère et hostile mais en posant de bonnes questions :

" Conséquence pour le moins inattendue des récentes polémiques autour des pièces de théâtre (Golgota picnic ou Sur le concept du visage de Dieu), la stupéfiante ascension de Civitas dans les médias. En quelques semaines, ce modeste institut (…) s’est imposé sur la scène médiatique comme l’un des porte-parole du monde catholique. Son secrétaire général, Alain Escada, est de tous les plateaux de télévision et émissions de radios (…)

Une importance médiatique sans rapport avec son poids réel, Civitas ne rassemblant qu’une poignée de catholiques intégristes d’extrême droite. Mais une poignée qui est parvenue à monopoliser le débat sur la place du catholicisme dans la société, à contraindre les responsables de l’Eglise à réagir, donnant le ton et le rythme des interventions.

Pour autant, faut-il se résigner à l’absence de la scène médiatique des sensibilités catholiques majoritaires ? Dans ces cas précis, les évêques ont bien parlé. Mais ils l’ont fait après, en réaction à Civitas. Doit-on leur demander de se positionner à priori sur tout sujet sensible qui risque de poser problème, que ce soit le « gender », les expositions de piss christ, ou les représentations de Golgota picnic, sous prétexte de ne pas laisser un boulevard aux extrêmes ? Et d’ailleurs, est-ce bien leur rôle ? L’habitude, dans l’Eglise, s’est de se tourner vers l’évêque, dans l’attente d’une parole forte. Pendant ce temps, les laïcs chrétiens, qu’ils soient hommes de culture, intellectuels, hommes politiques ou philosophes, responsables d’association sont restés bien silencieux… Un silence dans lequel les adeptes de Civitas se sont engouffrés, avec succès."

Partager cet article

11 commentaires

  1. “L’habitude, dans l’Eglise, c’est de se tourner vers l’évêque, dans l’attente d’une parole forte.”
    Madame de Gaulmyn, à l’époque vous auriez certainement pu dire cela à une Jeanne d’Arc ou une Catherine de Sienne.
    Il est vrai qu’Alain Escada n’est pas une femme…

  2. Analyse personnelle de l’article;
    ” Conséquence pour le moins inattendue des récentes polémiques autour des pièces de théâtre (Golgota picnic ou Sur le concept du visage de Dieu), la stupéfiante ascension de Civitas dans les médias. En quelques semaines, ce modeste institut (…) s’est imposé sur la scène médiatique comme l’un des porte-parole du monde catholique.”
    Il faut donc qu’on parle de vous dans les médias pour que votre propos prenne de l’importance?
    Drôle de conception de la vérité.
    “Une importance médiatique sans rapport avec son poids réel, Civitas ne rassemblant qu’une poignée de catholiques intégristes d’extrême droite. Mais une poignée qui est parvenue à monopoliser le débat sur la place du catholicisme dans la société, à contraindre les responsables de l’Eglise à réagir, donnant le ton et le rythme des interventions.”
    Combien rassemblent les groupuscules modernistes qui font la pluie et le beau temps dans les épiscopats?
    Quand c’est bien-pensant, les pressions et les méthodes sont acceptables, au service de “l’Eglise en marche”.
    Sinon, c’est “une poignée d’intégristes” qui “monopolise” le débat et “contraint” les responsables de l’Eglise à réagir.
    C’est vrai que depuis quelques décennies ce monopole est réservé à l’aile moderniste dont madame Gaulwyn fait partie.
    C’est dur la démocratie, Isabelle!
    “Pour autant, faut-il se résigner à l’absence de la scène médiatique des sensibilités catholiques majoritaires ?”
    Elle veut certainement parler de ceux qu’elle et son journal refusent de respecter, les catholiques fidèles à la doctrine catholique qui sont la véritable majorité.
    Sinon, la majorité acquise par la ruse et la diffamation ne peut être digne de catholiques.
    “Dans ces cas précis, les évêques ont bien parlé. Mais ils l’ont fait après, en réaction à Civitas. Doit-on leur demander de se positionner à priori sur tout sujet sensible qui risque de poser problème, que ce soit le « gender », les expositions de piss christ, ou les représentations de Golgota picnic, sous prétexte de ne pas laisser un boulevard aux extrêmes ? Et d’ailleurs, est-ce bien leur rôle ? L’habitude, dans l’Eglise, s’est de se tourner vers l’évêque, dans l’attente d’une parole forte.”
    Et voilà qu’elle rappelle les consignes du parti à ceux qui les auraient égarées. Il y a du kagébiste clérical chez cette femme.
    “Pendant ce temps, les laïcs chrétiens, qu’ils soient hommes de culture, intellectuels, hommes politiques ou philosophes, responsables d’association sont restés bien silencieux… Un silence dans lequel les adeptes de Civitas se sont engouffrés, avec succès.””
    Elle veut sûrement parler du silence de l’épiscopat et de la presse catholique sur la culture de mort, la liberté scolaire vendue à l’Etat pour des avantages fiscaux, la liberté religieuse soumise au laïcisme avec la bénédiction de cette presse.
    S’il faut des réactions viriles pour effrayer les commissaires politiques de l”‘Eglise qui est en France”, alors, merci Civitas!
    Ceci dit, personne n’est obligé de lire la prose de la Croix.
    Il ne faut pas les laisser croire ce faisant qu’ils sont encore catholiques.

  3. @ Robert
    Certes cet article était très critique et injuste quant au catholicisme qualifié d’intégrisme, sur Civitas, et pas entièrement inexact cependant concernant sa dépendance totale de la Fraternité St Pie X.
    Encore ne soulignait-il pas le côté bizarre d’un Institut catholique français préparant les prochaines élections locales à venir en France ayant à sa tête un libraire belge habitant et travaillant à Bruxelles : comme si aucun cadre catholique français proche de la Fraternité St Pie X ne pouvait présider Civitas !
    Mais cet article est finalement bien plus dur sur le catholicisme français : où sont les GUILLEBAUD, et autres ”penseurs catholiques autorisés nous dit-il ? Et le fait de souligner que la Commission épiscopale a ”suivi” Civitas est en soi, dans LA CROIX, une claque formidable au catholicisme institutionnel et mondain.
    LA CROIX n’est pas PRESENT, mais ce type d’articles eut été impossible il y a deux ans encore : sa rédaction est traversée par le doute sur la voie à suivre. Le Mur de Berlin du progressisme catholique est en train de tomber.

  4. J’avais un ami étudiant en journalisme et catholique qui croyait être en accord avec ses valeurs en faisant un CDD d’été à La Croix.
    Quelle ne fut pas sa surprise quand il a réalisé que la grande majorité des journalistes « assomptionnistes » ne sont pas catholiques ! Je ne suis pas sûr que les catholiques soient au courant de ce fait.

  5. Je suis membre de Civitas, j’aime mes voisins et j’aide, comme je le peux,les plus pauvres, je déteste le armes à feu…et la violence, avec tous mes gros défauts j’essaie de vivre selon a loi de Dieu, étant tout à fait imparfaite! je ne suis pas aisée financièrement, donc je me pose la question: suis-je d’extrème droite?

  6. Effectivement, laissons tomber tous les termes qui ne font que révéler le prisme idéologique à travers lequel “La Croix” juge l’actualité (quiconque préfère l’affirmation tranquille de la foi au fumeux dialogue est un « intégriste » ; quiconque résiste à la dictature molle du politiquement correct est d’« extrême droite » ; quiconque n’est pas progressiste est une « poignée » groupusculaire, etc.).
    Ne considérons que l’incroyable aveu : les catholiques conciliaires sont devenus INCAPABLES de s’opposer fermement et directement aux diverses menées antichrétiennes. Ils ne savent plus que « dialoguer ». Leurs seuls ennemis, ce sont les méchants intégristes (« pas de dialogue avec les ennemis du dialogue »). Aussi, le seul motif qui leur reste de s’opposer aux menées antichrétiennes, c’est … de ne pas laisser le terrain libre aux vilains zintégistes !
    Car relisez, relisez ! Voyez la SEULE chose qui chagrine notre journaliste. Non pas que le silence des évêques et des intellectuels puisse laisser le terrain libre aux ennemis du christianisme ! Non, pas du tout : cela elle s’en moque. Le problème, le seul et le vrai problème, c’est que cela laisse le champ libre aux horribles zintégristes. Et ça, c’est grave !…
    Autrement dit, pour “La Croix”, le seul ennemi reste toujours le frère catholique qui persiste (le malheureux obstiné !) à ne pas vouloir adapter sa foi au goût du jour, et à refuser l’idéologie officielle.
    On n’est pas sorti de l’auberge…

  7. Cette chère Isabelle qui doit porter comme une croix le prénom d’une Reine que l’Eglise devra bien béatifier un jour ou l’autre va avoir une immense tristesse en découvrant la dimension internationale prise par CIVITAS … grâce à un incroyable scoop livré par FDESOUCHE !
    El Satan s’est-il pris les pieds dans le tapis de prière franco-algérien de l’Etre Suprême ?
    http://cril17.fr/

  8. Voici le commentaire que j’ai posté à l’intention de Mme de Gaulmyn :
    “Le problème n’est pas là et vous le savez bien, Mme de Gaulmyn. Il ne s’agit pas ici de Civitas en tant que tel, mais bien du fait que ce petit institut a été le seul, à un moment, à oser clamer son indignation face à des « spectacles » qui blessent profondément la sensibilité des chrétiens, alors que ceux dont c’était le permier devoir ont gardé un silence honteux. Si les évêques et les organes de presse dits catholiques, comme le vôtre, avaient fait leur travail et accompli leur devoir, personne ne parlerait de Civitas.”

  9. D’après la dame de La Croix, je suis un catholique intégriste. Je ne le savais pas, aussi je la remercie de m’en informer.
    Je ne connaissais même pas Civitas et depuis un mois je m’y intéresse. Est-ce chagrinant ? Quelqu’un dit que Civitas est lié à la FSPX. C’est un péché ? Combien d’innocents ont-ils massacrés, combien de monuments détruit, etc.
    Qu’est-ce qui chagrine cette charmante dame ?

  10. Ce qui chagrine cette dame c’est que la FSSPX est vraiment chrétienne, c’est à dire qu’elle refuse toute loi anti-chrétienne, je connais bien ces gens, j’en ai dans ma famille: trés riches, des enfants dans le vent (concubinage) ils vont à la messe vite fait à St Philippe du Roule, ils sont tranquilles avec les conciliaires, ils iront tous au paradis! Pourquoi voulez-vous qu’ils adhèrent à une foi exigente, leur demandant de s’oublier, de se priver et (au lieu de solidarité!) de s’occuper des pauvres qui sont sue leur chemin: c’est à dire de pratiquer la charité. Et de prier pour la conversion de leur progéniture!

  11. PG,
    Je ne suis nullement dupe de Civitas, et surtout de son leader. qui fait sa propagande politique pour les municipales et la FSSPX contre les accords avec Rome.
    Mais l’un n’empêche pas l’autre et leur action donne mauvaise conscience à certains.
    N’oubliez pas tout de même, quand à l’article de madame Gaulmyn, que les élections approchent à grand pas et que l’électorat catholique se disperse dangereusement.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services