Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Inviteront-ils des prêtres pour leur parler de la mort ?

Le salon de la mort est une nouvelle invention de notre génération déjantée. Il ouvrira ses portes au public les 8, 9 et 10 avril 2011 et deviendra le premier rendez-vous au monde consacré à la mort sous tous ses aspects : médicaux, économiques, juridiques, culturels, philosophiques…
Religieux ?

A l’origine de ce projet, deux grands professionnels de l’organisation des salons : Jean Pierre Jouët et Jessie Westenholz, les créateurs de l'immonde FIAC, du Salon du Livre, de Marjolaine, du Salon Nautique, …, qui entendent désormais faire tomber les tabous sur la fin de vie (sic).

Ils lancent aujourd’hui un appel à tous les professionnels des métiers liés à la mort, mais aussi aux associations, aux organismes officiels et institutionnels, tous ceux qui participent à la préparation de la mort et à la solution des problèmes qu’elle impose sont invités à présenter leur candidature.
Même les prêtres, confrontés plus que beaucoup aux décès ? Parmi les associations participantes, on trouve étrangement l'Alliance pour les droits de la vie. Contactée par nos soins, l'ADV nous signale découvrir cette participation et n'avoir aucun lien avec ce salon.

Partager cet article

6 commentaires

  1. “La mort n’est pas un terminus,c’est une correspondance”

  2. C’est facile autant qu’imbécile de pondre un “Disneymortland” quand on est dans la vie active en pleine force de l’âge. Quand la mort les concernera de plus près de part l’âge ou la malchance, il feront peut-être moins les malins…

  3. Bonjour,
    Je sui allée sur le site de ce salon et
    très franchement, je ne comprends pas votre indignation :
    Pas de morbidité malsaine mais volonté (sans doute entachée de mercantilisme) de replacer la mort à sa juste place.
    nous, catholiques, sommes les premiers à regretter que la mort ne fasse plus partie naturellement de la vie et qu’elle soit séquestrée comme tabou au fond des angoisses que chacun, plus ou moins, ressent à son sujet : pourquoi ? comment ? et après ?
    Je ne vois pas ce que ce salon a de scandaleux à aborder l’aspect médical, culturel, juridique, inévitables après la mort.
    Souhaitons et espérons que l’Église catholique puisse y avoir un espace de Parole et peut-être puisse faire lever l’Espérance dans le cœur de quelques uns…
    Soyons vigilant pour que cet évennement ne soit pas une vitrine pour prôner l’euthanasie par exemple…

  4. Le Salon Nautique a été crée en 1926 d’après Wikipédia…
    Et il y a une messe pendant le salon tous les ans à la demandes des fondateurs quand ils ont confié / revendu le Salon à un organisateur professionnel (du moins, c’est ce qui se dit dans les couloirs du salon).
    Donc votre informatin est étrange pour cette partie là au moins.

  5. Je ne sais pas si pendant le salon nautique il y a des messes. Mais ce que j’ai vu lors de montage de stands de salons de ce type, il y a deux, trois ans, c’est deux, trois musulmans chargés des travaux préliminaires à l’ouverture du salon, des musulmans particulièrement pieux je suppose, car ils mettaient leur tapis de prière dans un coin et faisaient leurs prières. Je ne rappelle plus si c’était pendant la pose repas. Mais bon cela m’avait interpellé car c’était la première fois que j’assistais à cela dans ce type de lieu, et j’avais du presque les enjamber pour passer.
    REMPLACE MSG QUI PRECEDE -FAUTE DE FRAPPE

  6. Je trouve au contraire que ce salon est une bonne chose. La mort étant le sujet tabou par excellence, elle ne fait plus partie intégrante de nos vies, y compris dans la cellule familiale.
    C’est en donnant un sens à sa mort que l’on constate que sa vie a besoin de sens.
    J’adhère complètement à la réintégration de la mort dans notre culture pour la simple raison qu’elle est à mon sens le meilleur moyen d’évangélisation à travers le prisme du salut et de l’immortalité de l’âme.

Publier une réponse