Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Interdiction du culte public jusqu’au 2 juin ? des évêques refusent de capituler

Interdiction du culte public jusqu’au 2 juin ? des évêques refusent de capituler

Mgr Rougé, évêque de Nanterre, dénonce le tropisme anticlérical et anticatholique au sein du gouvernement :

Mgr Aillet, évêque de Bayonne :

Mgr Ginoux, évêque de Montauban :

Mgr Le Gall, archevêque de Toulouse :

Ma crainte pour l’avenir est simple. Devant le caractère inacceptable de cette attente sacramentelle qui n’en finit pas pour les fidèles, des célébrations clandestines vont se mettre en place ! Le résultat sera pire finalement. Les pouvoirs publics vont essayer de les interdire, mais on passera outre en certains lieux. Il aurait mieux valu autoriser le culte public progressivement et calmement, en nombre limité, comme nous l’avions proposé au gouvernement. Nous n’avons pas été entendus. Cette interdiction prolongée du culte va entamer gravement notre confiance en ceux qui nous dirigent. »

L’évêque de Grenoble propose que dans les départements peu impactés par le virus, ce qui est le cas de l’Isère, « des prêtres puissent avoir la possibilité de célébrer la messe à domicile ».

Mgr Aumônier, évêque de Versailles :

Je me donne quelques jours pour réfléchir aux mesures à prendre dans les Yvelines et faire face, avec vigueur et créativité, au nouveau contexte ainsi créé.

Partager cet article

25 commentaires

  1. Après le 2 juin ?! Une façon, bien vue, qu’aura le gouvernement, à la solde des loges, de se vanter d’avoir privé les catholiques de célébrer, de manière sacramentelle, leurs fêtes essentielles : Semaine Sainte, Pâques, Ascension, Pentecôte. Gageons que cette date du 2 juin n’est pas choisie au hasard.

  2. Il n’est pas nouveau que les chrétiens soient méprisés, moqués, tournés en dérisions. Cela n’a pas commencé avec Messieurs Macron et Philippe. Non cela a commencé il y a bientôt 2000 ans lorsque Pilate, représentant de l’empereur, devant le cas de Jésus « s’en est lavé les mains ». Il y a peu, en 2013, le CESE , pour ne pas dire le gouvernement de l’époque, lorsqu’il a mis purement et simplement à la poubelle une pétition de 700 000 signatures a fait de même. Pareil pour Napoleon lors de la soit disant « négociation » du concordat qui a finalement imposé ses propres conditions (Il a même été jusqu’à emprisonner le Pape !) La loi de 1905, après que le Pape Léon XIII eut demandé aux royalistes donc catholiques le Ralliement à la république, fut un camouflet envers les catholiques. Et combien d’autres faits de ce genre tout au long des 2000 ans d’histoire de la chrétienté dans le monde ?
    Ne nous faisons pas d’illusions, ça ne s’arrêtera pas le 2 juin 2020. Le Christ nous a prévenu dés le départ et a vécu ce mépris, cette dérision pendant la passion jusqu’à la mort sur la croix.
    Mais c’est vrai, c’est difficile à avaler et rien ne nous empêche de nous enfoncer dans la prière et de demander malgré tout la justice.
    Le mal, quel qu’il soit, c’est le péché des hommes, le notre.
    Si nous voulons avoir une chance d’être défendu ce n’est pas la démocratie ( le gouvernement émanent du peuple, de l’homme) qui changera les choses, mais seulement lorsque nous aurons compris que Celui qui gouverne le monde, dont notre pays, c’est Dieu et c’est la loi de Dieu qui doit nous gouverner par l’intermédiaire d’un homme qui se soumettra et soumettra son peuple au droit de Dieu tel que ce le fut en France pendant 1000 ans. La séparation de l’Eglise et de l’Etat ne peut que mener au rejet de Dieu et du devoir que nous avons envers Lui.

  3. Si tous les fidèles étaient des pratiquants réguliers, si donc l’assistance était quasi constante, les zozos (pour autorités) n’auraient pas la mauvaise excuse de la sur-fréquentation lors de nos grandes fêtes pour maintenir un confinement spirituel injustifiable.
    Les optimistes se consoleront en remerciant les zozos pour leur prudence.
    Les réalistes pourront enfin envisager des messes en plein air, hors les murs des lieux de culte concernés par les directives…

  4. Ce virus aura au moins permis de réveiller un tant soit peu les catholiques qui ont, rappelons nous, voté macron en masse malgré l’évidence de ses choix : GPA, PMA, théorie du genre, etc.

  5. Il ne faut pas reprocher aux évêques d’avoir pris des précautions dès le 17 mars 2020.
    1°) L’opinion publique aurait accusé “la religion” de propager le virus, comme cela a été le cas en corée ou en Alsace avec des cultes de plusieurs milliers de personnes.

    2°) Les catholiques en général, et nos prêtres en particulier, sont malheureusement une population vieillissante. donc susceptible d’être fragile devant cette maladie. Nous sommes de moins en moins nombreux; Pas la peine d’accélérer dans ce sens.

    3°) On pouvait espérer que des moyens efficaces seraient mis en œuvre pour lutter contre la maladie. Cela aurait permis de reprendre nos messes rapidement. On sait ce qu’il en est advenu.

    Mais maintenant que l’anti-christianisme de ce gouvernement meurtrier est avéré, et cohérent avec sa culture de mort, la révolte devient légitime.

  6. Par contre, se réunir pour des messes clandestines ou pas, légales ou pas, sans prendre de précautions sanitaires, en disant “Dieu va nous protéger, Dieu y pourvoira”, c’est contraindre Dieu, c’est le mettre à notre service pour nous éviter quelques efforts responsables.
    Ce n’est pas très catholique.

    • Personne n’a parlé de ne pas prendre de précautions. C’est plutôt l’inverse qui est dit mais cela n’empêche pas d’assister aux messes une fois ces précautions prises. Des bénévoles sont prêts à faire respecter ces règles à l’entrée des églises. A noter que pendant la période des attentats, des bénévoles assuraient la sécurité hors et dans les murs des églises. Donc c’est très faisable!!!!

  7. Cette interdiction est d’autant plus insupportable que l’épidémie est quasiment terminée et devrait s’éteindre complètement vers mi-mai.

  8. Enfin, le mot “anticlérical” pour qualifier ce gouvernement (et les précédents) est lâché par la commission des évêques de France… Il aura fallu attendre des années…. Merci Mgr d’avoir rappelé cette évidence.

    En espérant que cela mette aussi un peu de plomb dans la tête de nombre de cathos, dit de gauche, qui ne cessent de se coucher devant le pouvoir temporel…

    Bien sût que le gouvernement se réjouit d’avoir pu empêcher l’Eucharistie pascale, et de continuer à bloquer la liberté de culte, sous couvert d’excuses sanitaires…. Rappelons que dans certains départements il y a moins de 1 000 cas, et parfois, 0, il est donc parfaitement possible d’autoriser le culte dans plus de 90% des départements. Mais non, le pari est fait d’essouffler l’Eglise catholique, et de perdre les catéchumènes qui se seront lassés après 3 mois d’absence total de contact avec la vie paroissiale. Je ne donnerai pas ici de nom et des sources, mais, ce pari existe bel et bien au sein de l’exécutif, et Mgr Rougé à des informations fiables…

    Devrons-nous nous envisager des messes en secret comme en 1793 ?

  9. J’ai été moi aussi ulcéré de la désinvolture avec laquelle le PM a traité la question.
    Toutes religions confondues il l’a fait en quelques secondes en fin de discours ; zut j’allais oublier le sujet, je dois me rattraper !
    Monseigneur Rougé a été aumônier du monde politique, ce qui donne à penser qu’il y a encore quelques relations. Les fera-t-il jouer ?

  10. La réaction de ces évêques est un grand encouragement pour tous les catholiques qu’ils soient ou non tentés de contourner les diktats officiels par des célébrations clandestines ou en plein air. Merci et soutien total.

  11. Ne jamais oublier que le vote c’est de “choisir” entre une dizaine de frères trois points qui feront ce qu’on leur a dit de faire en loges.

  12. Il serait temps que les évêques se réveillent!
    Ce sont eux qui ont devancé les mesures de confinement avant l’annonce officielle!

    • Pouvons-nous faire confiance à la CEF ? Ses positions sont toujours alambiquées, faux-cul en quelque sorte.
      NNombre de nos évêques sont couchés devant le pouvoir.
      Oui, il serait temps qu’ils se réveillent. Est-ce possible ?

  13. Margot: Il me semble que oui cette fois-ci.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services