Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Interdiction de l’école à la maison : un sénateur se justifie 1/2

Le sénateur UMP de l'Indre, Louis Pinton, est co-signataire de la proposition de loi d'Hugues Portelli visant à interdire l'école à la maison, sauf en cas de maladie ou de handicap grave de l'enfant. Interpellé par une lectrice du Salon beige, voici les principales lignes de sa réponse :

"L’intention centrale de ce texte est de contrer certaines dérives communautaristes et intégristes inquiétantes et leurs effets néfastes pour les enfants qui y sont soumis sous couvert d’instruction à domicile. (…)

Je suis très attaché au rôle premier d’instruction de l’école de la République. L’école dispense à nos enfants les savoirs de base indispensables qui les accompagneront leur vie durant comme un de leurs biens les plus précieux.
 
Je suis attaché à son rôle de socialisation des enfants qui lui sont confiés. Ce terme n’a aucune connotation politique, il signifie simplement que l’école constitue pour nos enfants le lieu privilégié de l’apprentissage de la vie en société.
 
Je suis attaché au rôle éminent de l’école en matière d’éducation, aux côtés des parents et de la famille et en complémentarité avec eux. L’école ne fait pas que dispenser des savoirs. Elle apprend aussi à nos enfants à devenir des citoyens.
 
La plupart de vos messages affirment que les « compétences sociales et civiques », point 6 du socle commun de connaissances et de compétences, peuvent être inculquées à domicile. Si la PPL vient en discussion devant le Sénat et que les parents concernés prouvent, lors des auditions, que cette dimension essentielle ne fait pas défaut dans l’enseignement à domicile qu’ils dispensent, je ferai partie des parlementaires qui en tiendront compte.
 
Enfin, je suis attaché à la laïcité de notre République et donc à la neutralité religieuse, politique et philosophique de l’école publique. Certains parents peuvent estimer en conscience que le respect d’un ou plusieurs de ces aspects de la neutralité n’est plus garanti par l’école publique ; il leur reste alors le choix de la scolarisation dans le privé, confessionnel ou non, à mes yeux parfaitement estimable."
Une chronique d'Anne Coffinier, parue le mois dernier sur Boulevard Voltaire, répond quasiment point par point à cet argumentaire fallacieux : voir le post suivant.
 
Vous pouvez répondre à Louis Pinton à l'adresse suivante : [email protected] ou écrire ou téléphoner au groupe UMP du Sénat ici.

Partager cet article

8 commentaires

  1. “Enfin, je suis attaché à la laïcité de notre République et donc à la neutralité religieuse, politique et philosophique de l’école publique. ” De qui se moque-t-il ???

  2. “Je suis très attaché au rôle premier d’instruction de l’école de la République.”
    La question est bien là !
    Pour certains l’instruction n’est que l’un des rôles de l’école.
    Pour d’autres l’instruction est le seul rôle de l’école.
    C’est le débat Education Nationale Vs Instruction Publique.

  3. L’éducation nationale est bien sûr totalement exempte de “dérives inquiétantes”.

  4. Il existe “certaines dérives communautaristes et intégristes inquiétantes et leurs effets néfastes pour les enfants…” (sic)
    Je passe sur la réalité des soit disant dérives…
    Il y a des dérives DONC ON INTERDIT L’ÉCOLE A LA MAISON.
    A aucun moment les sénateurs ne se sont dit “nous sommes des bons à rien et des incapables, nous offrons une instruction d’un niveau tellement bas, il y a tellement d’idéologie inculquée, que les familles préfèrent retirer leurs enfants.”
    Ils n’ont même pas songé à se remettre en question,
    à démissionner définitivement de tout mandat
    ou à quitter la politique…
    NON ! ILS INTERDISENT D’ÉCHAPPER A LEUR INCOMPÉTENCE !
    Pourtant il est évident que si l’école faisait son travail correctement et que les enfants étaient [instruits] et non endoctrinés,
    PERSONNE NE RETIRERAIT SON ENFANT.
    Merci aux dits sénateurs et consorts de cesser de prendre les français et les parents d’élèves pour des imbéciles.

  5. Ainsi parlait Pintontoustra.

  6. Tout ça c’est du bidon car les inspecteurs académiques ont ordre de contrôler dans le détail les fameuses dérives sectaires et ils font chaque année un rapport au Ministre. Or il n’y a aucune dérive.
    C’est juste pour faire plonger de force dans la fange les petits enfants car les FM ont décidé que tout ce qui se passe dans le slip des gens est de leur ressort (c’est vrai; il n’y a pas plus urgent comme problème dans le monde …) et qu’il faut pourrir les jeunes intelligences avec des fantasmes psy qui ne sont pas de leur âge et surtout qui je l’espère ne le seront jamais vu que c’est une anomalie de libido par rapport aux gènes qui eux sont normaux.

  7. La dernière phrase du sénateur UMP de l’Indre, Louis Pinton donne le ton de cette décision :
    vous pouvez ne pas accepter l’enseignement fait par l’école publique, MAIS nous ne voulons pas que vous fassiez vous-même l’enseignement de vos enfants ! Envoyez-les à l’école, quelle qu’elle soit.
    Je ne suis pas sûr du tout que l’enseignement fait dans des écoles confessionnelles convienne lorsque des parents auront fait revenir leurs enfants dans ces écoles, il trouvera à redire et demandera que se soit l’école publique qui soit obligatoire, du faux derche du plus bel effet ! !

  8. Ouais c’est ça et moi je suis la reine d’Angleterre!!!! Ca ouvre les frontières et ça fait rentrer les musulmans à pleines portes et ça ose venir dire que ça combat l’enseignement de l’Islam à domicile????
    UMPS un seul programme: FRANC-MACONNERIE

Publier une réponse