Inculte Franz-Olivier Giesbert

Dans Le Point, Franz-Olivier Giesbert mélange :

"Benoît XVI aura au moins réussi sa sortie.
En démissionnant, ce pape conservateur a paradoxalement révolutionné
l'Église et fait sauter le tabou de l'infaillibilité pontificale.
Respect."

On ne voit pas bien le rapport entre la renonciation de Benoît XVI et l'infaillibilité pontificale, laquelle, selon le Concile Vatican II (Lumen Gentium n°25), est définie ainsi :

"Cette infaillibilité, dont le divin Rédempteur a voulu pourvoir son Eglise pour définir la doctrine concernant la foi et les moeurs, s'étend aussi loin que le dépôt lui-même de la Révélation divine à conserver saintement et à exposer fidèlement. De cette infaillibilité le Pontife romain, chef du Collège des évêques, jouit du fait même de sa charge quand, en tant que pasteur et docteur suprême de tous les fidèles et chargé de confirmer ses frères dans la foi (Cf Luc 23,32) il proclame un point de doctrine touchant la foi et les moeurs".

23 réflexions au sujet de « Inculte Franz-Olivier Giesbert »

  1. Daquin

    Giesbert invente, parfois…
    Ou use d’arguments vaseux.
    On fait du sarcasme (voir l’émission où il était si grinçant avec Millet disant que, simplement, il était étrange d’être dans une station de métro le seul blanc)

  2. Exupéry

    Ce journaliste chrétien à le tord de se prendre pour un intellectuel donneur de leçons. Il a l’habitude, faute d’arguments valables, de croire y suppléer par une véhémence à la Chesterton, mais il n’est pas Chesterton!

  3. Exupéry

    Désolé pour ma faute tordue !
    Ce journaliste chrétien à le tort de se prendre pour un intellectuel donneur de leçons. Il a l’habitude, faute d’arguments valables, de croire y suppléer par une véhémence à la Chesterton, mais il n’est pas Chesterton!

  4. Clovis

    Voilà bien un exemple parfait du “concile des medias” décrié par BenoîtXVI dans son récent discours aux prêtres du diocèse de Rome, Voir le texte dans le SB un peu plus loin. Le mal qui a été fait par ce “concile virtuel” est incalculable, notamment dans la liturgie!

  5. Soleo23

    Que pèse la plume d’un Giesbert ? Combien peut paraitre dérisoire sa réaction, face à l’enthousiasme éclatant pour nos merveilleux papes, d’une jeunesse à l’âme pure et au coeur généreux ? Figure paternelle s’il en fut, d’instinct, cette jeunesse ne s’y est pas trompée, reconnaissant en eux toute la richesse de l’appel de Dieu, de l’enseignement de l’Eglise. Cette toute-puissance surnaturelle gêne évidemment ceux qui ne peuvent ou ne veulent s’ouvrir à elle. D’où cette haine farouche pour ce qui les dépasse et leur fait inconsciemment ressentir une impression de domination, contre laquelle ils se sentent impuissants, désarmés, vides.

  6. Yves L.

    L’important n’est pas en gras « en tant que pasteur et docteur suprême de tous les fidèles » or Benoit XVI ne sera plus le pasteur et docteur suprême même s’il venait à s’exprimer sur la doctrine, les moeurs et la foi.

  7. Monique T.

    Comment F. O. Giesbert ose-t-il faire paraître un article aussi lamentable? A sa place, j’aurais honte. Il invente ce qu’il veut (la tiare, les voix en faveur du cardinal Martini)et accumule les clichés répétés en boucle sur Benoît XVI (qu’il insulte carrément) et sur l’Eglise. Sa citation de Julien Green n’a aucune pertinence pour les catholiques de France, aujourd’hui.Un tout petit journaliste ne devrait pas essayer de parler d’un grand Pape!

  8. chouan 12

    et dire que ce journaleux se prétend catho, il est vrai que par les temps qui courent, comme on dit dans la piétaille, le bas peuple(comme ils nous traitent ces intellos) “si tous les c…. volaient, 98% des journaleux seraient chef d’escadrille!”

  9. Laetitia de M

    Au rayon inculture, on peut lire dans Paris Match, sous la plume de Caroline Pigozzi, reconnue comme spécialiste du Vatican : “Benoît XVI, issu de l’Eglise du silence, était moins armé pour le combat quotidien que son prédécesseur, Jean-Paul II”
    Quand on sait que l’Eglise du silence est précisément l’Eglise cachée dans les régimes communistes, telle que JPII l’a vécue…

  10. Roque

    Oui Caroline Pogizzi je ne la connaissais pas. Je viens d’entendre pour la première fois cette “spécialiste ” du Vatican. Sommaire et péremptoire analysant tout en terme de conservatième ou progressisme … on peut être à peu près certain qu’on est dans le discours médiatique à côté de la réalité vaticane, à côté de la réalité religieuse ou de la foi.
    D’ou les médias peuvent-ils tirer sans discontinuer de tels butoirs, des journalistes dits “religieux” dans un déni aussi poussé de leur prétendue spécialité. Elle me fait penser à Stéphanie Lebars pour la virulence.

Laisser un commentaire