Immigration : générosité de la France pour le logement et la santé mais faiblesse pour l'intégration

Lundi 3 décembre, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié une vaste enquête comparative qui évalue "l'intégration" des immigrés et de leurs enfants dans l'ensemble de ses 34 pays membres.

  • Revenus : la France compte parmi les pays où le taux d'immigrés au sein des ménages les plus pauvres est le plus élevé : 27,8 %, soit 7 à 12 points de plus que dans la plupart des autres Etats de l'OCDE. Le taux de pauvreté des ménages immigrés en France est 4,5 fois supérieur à celui des natifs.
  • Education : les immigrés en France ont des résultats scolaires moins bons que la moyenne : de l'ordre de 20 points de moins dans l'échelle PISA, l'étude qui mesure chaque année les performances des différents systèmes éducatifs des pays de l'OCDE.
  • Insertion sur le marché du travail : la France est systématiquement en dessous de la moyenne des pays de l'OCDE, où le chômage des immigrés est en moyenne 1,5 fois plus élevé que celui des natifs. Environ 14,5% des immigrés sont au chômage alors que la moyenne OCDE est à 11,8%.
  • Logement : moins de 10 % des ménages immigrés vivent dans un appartement très petit.
  • Santé : l'accès aux soins est légèrement meilleur que la moyenne. Environ 6 % des immigrés, en France, ont signalé qu'ils avaient renoncé à se faire soigner faute d'argent.

La France est l'un des pays de l'OCDE qui a le plus fort pourcentage d'immigrés avec un faible niveau d'éducation : 23 %, qui n'est pas compensé par un plus fort taux d'immigrés qualifiés : de l'ordre de 25 %.
Ce dernier constat s'explique par la faiblesse de l'immigration de travail en France, puisque seulement 14 % des immigrés sont entrés sur le territoire à ce titre.

3 réflexions au sujet de « Immigration : générosité de la France pour le logement et la santé mais faiblesse pour l'intégration »

Laisser un commentaire