Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Imbroglio sur l’apprentissage de la lecture

Le Figaro fait état de la fronde des instituteurs contre le ministre de l’éducation nationale à propos des méthodes globales et semi-globales que ce dernier souhaiterait supprimer. Comme nous l’avions écrit en juillet, le docteur Ghislaine Wettstein-Badour n’est pas de cet avis. En effet, l’arrêté signé le 24 mars 2006 par le ministre déclare exactement l’inverse :

"«Pour ce faire (déchiffrer), on utilise deux types d’approches complémentaires : analyse de mots entiers en unités plus petites référées à des connaissances déjà acquises, synthèse à partir de leurs constituants, de syllabes ou de mots réels ou inventés». Cette phrase [de l’arrêté], d’une part, décrit parfaitement les méthodes globales ou apparentées utilisées actuellement qu’elle pérennise donc, mais, d’autre part, elle interdit les méthodes alphabétiques. En effet, celles-ci partent de l’apprentissage des graphèmes pour les combiner entre eux et jamais des mots entiers ; elles ne peuvent donc pas répondre à cette exigence de complémentarité et sont donc exclues des approches citées dans cet arrêté qui a force de loi."

C’est pourquoi, dans un entretien au Figaro, le docteur Wettstein-Badour estime que le ministre a été très mal informé et que les instituteurs ne vont pas changer leurs méthodes d’apprentissage de la lecture. Dans une lettre ouverte aux parents elle juge que :

"Cette situation ubuesque va mettre les parents au cœur d’une désinformation massive. Elle est savamment orchestrée et vous en serez victime dès le début de septembre. Les différents protagonistes de cette lamentable situation se recrutent à plusieurs niveaux. Au premier rang d’entre eux vient le ministre qui a adressé aux maîtres, ainsi qu’à tous les députés et sénateurs, une «brochure publicitaire  grand public» qui devrait être également remise aux parents lors des réunions de classes de rentrée et dans laquelle il affirme que les méthodes qu’il appelle «syllabiques» seront proposées dès cette année aux élèves de CP. Curieusement, – se serait-il aperçu de son erreur ? – il a omis, dans ce document, de faire référence à la phrase-clé de son arrêté qui réduit à rien son initiative. […] En second lieu, les chercheurs en pédagogie ont, dès décembre 2005, multiplié les interventions pour déclarer haut et fort que les pédagogies actuelles, rebaptisées «intégratives» pour leur donner une apparence de nouveauté et bannir le mot «semi-global», sont celles qui conviennent le mieux aux besoins de l’ensemble des enfants. […] Enfin, les éditeurs, directement tributaires des choix des pédagogues, lorsqu’ils présentent sur leur site Internet leurs méthodes d’apprentissage de la lecture commencent leur exposé par ces mots : «cette méthode n’est pas globale». Pourtant, il suffit de consulter ces ouvrages pour constater qu’ils répondent à tous les critères des «méthodes globales ou apparentées»."

Michel Janva

Partager cet article

6 commentaires

  1. La méthode dite syllabique oblige à l’enfant à analyser ce qu’il lit et par là-même à comprendre vraiment ce qu’il lit.
    Ainsi ceux qui soutiennent la méthode globale et ses dérivées (basées sur la reconnaissance et non sur l’analyse) préparent en réalité les enfants et donc la génération de demain à ne pas analyser ce qu’ils lisent. Cela conduit à faire des citoyens bien dociles à qui on peut faire passer n’importe quoi faute d’esprit critique…
    Bien à vous tous.

  2. Le rapport de Madame Wettstein-Badour était très clair : les instituteurs ne lisaient pas les circulaires ministérielles et ne changeraient donc rien à la rentrée.
    Nous en avons une preuve flagrante : la rentrée partielle s’est faite hier dans certaines écoles : pas un mot sur la méthode de lecture qui aurait pourtant dû soulever à nouveau l’animosité, les esprits étant remontés médiatiquement. Au contraire, silence radio…
    Il n’y a donc rien de changé. Circulez !

  3. Entièrement d’accord avec VD. Il s’agit là d’une entreprise de grande ampleur pour faire des futurs citoyens français des moutons à qui on pourra faire tout avaler sans résistance.
    La réduction du vocabulaire usuel à quelques centaines de mots à l’entrée en 6e participe à la même volonté d’annihilation de la critique chez les jeunes.

  4. La désinformation au service de l’inculture!!!
    Quel beau programme que l'”éducation dite nationale” propose à nos enfants!!!
    Parents, choisissons nos écoles, c’est là notre devoir, donc notre liberté!!

  5. si les intentions du ministre étaient sincères cela prouverait (est-ce vraiment nécessaire ?) que son ministère est parfaitement bien noyauté par une clique de décérébreurs.

  6. C’est un véritable génocide organisé depuis la dernière guerre.
    Génocide par atrophie cérébrale, culturelle, etc..Il n’y a à attendre les résultats, ils sont bien là .Un seul remède :la liberté d’enseignement à tous les niveaux et que le meilleur gagne !!
    Vive la bonne vieille “méthode Boscher” !en vente chez les bons libraires, les plus intéressés à ce que les gens sachent lire !!

Publier une réponse