Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Russie

Imaginez Nicolas Sarkozy rendre les biens de l’Eglise

De Pierre-Alexandre Bouclay dans le dernier numéro de l'Homme nouveau :

H "Imaginez la France faire repentance… « Ce n’est pas très dur, direz-vous, ni très nouveau, ni très amusant ». Mais imaginez Nicolas Sarkozy organisant, en grande pompe, une conférence de presse à l’Élysée pour annoncer que la République a décidé de réparer les injustices passées ; que, dans un délai de deux ans, les clés des grands palaces républicains seront officiellement remises à leurs légitimes propriétaires ; que les anciens monastères transformés en musées, en écoles laïques, en prisons, seront rendus au clergé ; que les vignobles de Champagne ou de Bourgogne seront restitués aux bénédictins et aux cisterciens qui les ont mis en valeur durant des siècles, avant de s’en faire spolier par la République, en 1791 ? Votre réponse fusera : «Vous rêvez, mon pauvre ami. Il faudrait pour cela un sens de l’équité, une grandeur qui manque à nos petits dirigeants, une volonté de réconciliation hors d’âge et, pour tout dire, une vitalité qui n’est plus de ce temps.»

Et pourtant, ce qui paraît impossible à Paris est en train de s’accomplir à Moscou. La Russie possède visiblement l’énergie, la confiance en l’avenir et des dirigeants suffisamment forts pour organiser une véritable contre-révolution qui, là-bas, prend des airs de réconciliation générale. La preuve ? Ce chantier fantastique, qu’aucun dirigeant français n’oserait seulement envisager, les Russes sont en train de le réaliser – au moment même où vous lisez ces lignes ! Le 19 novembre 2010, par 345 voix contre 42, le Parlement russe a tourné une grande page de l’Histoire du pays en votant la restitution des biens du clergé spoliés par l’Union soviétique. Depuis le 1er janvier 2011, les autorités fédérales, régionales et municipales ont deux ans pour rendre les biens ayant appartenu à l’Église avant 1917."

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

16 commentaires

  1. Je ne vois pas très bien comment l’église de France pourrait gérer les églises et batiments si l’Etat lui rendait.
    Ce serait le cadeau empoisonné que d’ailleurs il pourrait faire.
    [Il y a des communautés qui cherchent des bâtiments. On peut aussi imaginer des écoles privées, qui n’auraient qu’à financer l’entretien et non plus la location… L’Eglise pourrait également louer des biens, comme elle le fait parfois pour avoir une source de revenu complémentaire. MJ]

  2. La restitution des biens nationaux ne peut pas se faire en France. D’ailleurs, le pape lui-même y a renoncé, cela faisait partie des préalables de la Convention passée entre le Saint Siège et la République française en 1801.
    Et en ce qui concerne 1905, c’est le pape lui-même (saint Pie X) qui a réfusé la privatisation des églises (et du mobilier). C’est ce refus qui est à l’origine de la nationalisation des biens, et du fait que la majeure part des œuvres d’art se sont retrouvées dans les musées.
    Si le pape avait accepté la constitution des “cultuelles”, l’Eglise de France serait devenue propriétaire de tous ces biens, ce qui représenterait le plus grand trésor privé du monde (excepté peut-être celui du Vatican, mais celui-ci n’est pas vraiement privé).

  3. Bien mal acquis ne profite jamais:Mais voilà pourquoi la république va si mal!Eureka.

  4. Comment s’appelle la revente de biens volés ? Quels sont les titres de propriété de l’Etat en dehors de la confiscation des biens des émigrés et de la nationalisation des biens du Clergé ? Et il parle de vendre !!!

  5. @ Anard : entre nous, ce n’est pas la république qui a spolié l’Eglise en 1790 … C’est un décret de la Convention, signé et promulgué par Louis XVI roi des Français !

  6. Si on commençait déjà a supprimer les discriminations dont est victime l’Eglise comme l’interdictions de posséder des biens de rapport ce ne serait pas mal . Pour le reste c’est vrai que lors du Concordat de 1801 le pape à renoncé mais il y avait une compatiassion : l’Etat

  7. @ François :
    1) l’Etat n’a pas spolié que les bâtiments, il a aussi volé toutes les œuvres d’art ! Le seul droit photographique sur ces œuvres suffirait pour l’entretien des églises ! De plus, si on vendait (par exemple) la tapisserie de Bayeux, cela rapporterait de quoi entretenir toutes les églises de France et de Navarre durant un certain temps.
    2) dans les pays où l’Eglise n’a pas été spoliée, les bâtiments se portent très bien. Idem en Alsace et Moselle, où la loi de 1905 ne s’est pas appliquée.
    Conclusion : est faux le raisonnement consistant à dire que l’Eglise ne pourrait pas entretenir les églises.

  8. @ François,
    La restitution de TOUS les biens de l’Église devrait AUSSI s’accompagner d’un dédommagement financier…
    Les deux constituent un tel trésor que même le dernier des ripoublicains pourraient l’exploiter pendant des décennies.
    Il n’est pas impensable dès lors que l’Église, avec un peu de bon sens, puisse l’exploiter beaucoup mieux.

  9. Vu le gigantesque scandale de la gestion des biens privés de l’Eglise de France dans les années 60-70, que Roland GAUCHER avait décrit dans ”Les Finances de l’Eglise de France”, si l’Eglise avait conservé en 1905 et les congrégations spoliées qq années auparavant , tous leurs biens, le pire se serait produit. Même le mobilier et les objets sacrés auraient été bradés par certains évêques et prêtres atteints de la folie moderniste iconoclaste de l’après Concile.
    Quand on voit comment les autels anciens ont été détruits, les choeurs vidés de leur mobilier, les grilles et bancs de communion démontés et le plus souvent vendus, les ornements sacerdotaux jetés ou vendus eux aussi, on se dit que la Providence a peut-être sauvé le patrimoine religieux français en le ”confiant” à la République.

  10. Cette nouvelle est absolument fantastique. Quelle ironie de l’histoire !
    Autrement dit, la France est encore un pays communiste, alors que la Russie ne l’est plus…
    Quelqu’un sait-il quelle a été l’ampleur de la spoliation des biens ecclésiastiques en URSS ? Est-ce que c’est comparable à ce qui s’est passé en France ?

  11. C’est une excellente nouvelles, mais attendons de voir les résultats concrets. Derrière le renouveau réel du sentiment religieux en Russie, l’Église orthodoxe peine à retrouver sa place dans une société mercantile. Sur 17 millions d’habitants à Moscou, environ 5-600 000 se rendent à l’office de Pâques, le plus important de la liturgie orthodoxe. Récupérer des églises est juste, mais il s’agit de les remplir.
    J’ajoute que l’État russe fait repentance par souci tactique: l’orthodoxie est le seul repère, la seule autorité morale et la seule identité valables dans le grand désarroi du post-communisme. Il est donc intéressant pour l’État de faire en sorte que l’Eglise devienne une sorte d’idéologie nationale qui puisse réaliser l’unité du pays.

  12. Malgré tout…. ce qui arrive est permis par Dieu.
    Ne relachons pas nos supplications et notre action pour le retour de la FRANCE dans sa vocation de fille aînée de l’Eglise grâce, en chrétienté, à l’alliance du trône et de l’autel, au Roi très chrétien.
    (Dieu n’abandonnera ni Son Eglise, ni la FRANCE….)
    Pour la crédibilité de nos supplications, cessons de soutenir, de secourir la Révolution/République/Démocratie par le VOTE au suffrage universel.
    (VOTER est l’huile du moteur révolutionnaire qui équipe la voiture FRANCE en fuite éperdue… dans laquelle Dieu et la royauté sociale de Notre Seigneur Jésus-Christ sont destination honnie).
    … évidemment, les hommes d’Eglise dans leur compromis et soutien objectif aux institutions, concrétisé par “les ralliements successifs” depuis le Concordat napoléonien, sont directement concernés par la déchristianisation inhérente et générée par le système depuis l’instauration de la République.
    D’autrepart, l’infaillibilité pontificale ne recouvre pas les billes-versées des relations de l’Eglise et de l’Etat depuis le Concordat : qu’on y songe !
    a propos… http://www.viveleroy.fr/

  13. mais comment feraient nos “petits marquis” s’ils n’avaient plus tous ces palaces à leur disposition, et on sait très qu’ils s’accomodent fort bien de tout ce qui ne leur appartient pas , il suffit de voir comment ils gèrent les prélèvements obligatoires du seul fait qu’ils ne leur appartiennent pas!

  14. Cela n’aurait de sens que si l’Etat donnait aussitôt une enveloppe d’argent pour rembourser le prix des travaux non effectués (pendant toutes ces années de spoliation) pour maintenir les bâtiments en bon état, pour dédommager la souffrance morale des fidèles catholiques s’étant vu confisquer les églises construites à partir de leurs dons ou de ceux de leurs ancêtres. Etc.

  15. OUi c’est bien une tentative d’effacer 90ans de spoliation, cependant SEULE L’ÉGLISE ORTHODOXE EST CONCERNÉE ….
    et divers bien comme 4 châteaux de l’Ordre des chevaliers teutoniques, dans l’enclave de Kaliningrad, viennent par exemple d’être transférés à l’église orthodoxe
    (src Faits & documents et autres)
    Je suis choqué de voir un manque de justice et vérité de la part de l’église orthodoxe du coin.

  16. Je suis d’accord avec PG : Dieu a évité le pire. Les prêtres et les évêques des années 1960/70 auraient tout bradé comme ce fut fait pour les bancs de communion, les vêtements liturgiques, les autels, les oeuvres d’art, les prie-dieu, et tout le patrimoine temporel et spirituel de l’Église de France. Dans leur fureur de ressembler aux protestants, ils l’auraient fait.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services