Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Ils y pensent tous les matins

Ils y pensent tous les matins

Après Libération, c’est BFM qui se pose la question de l’héritier légitime du trône de France. A croire qu’Emmanuel Macron a perdu toute légitimité, et que nos journalistes ont perdu leur foi en la république…

Pour certains fervents défenseurs de la monarchie, la France a toujours un roi. Même deux. Alors que depuis 1870, le pays est une République et n’a plus été dirigé par un roi ou un empereur, deux camps se livrent bataille. Et les deux revendiquent la couronne.

Il y a d’abord le camp légitimiste avec Louis-Alphonse de Bourbon, qui porte le titre de duc d’Anjou et surnommé par ses admirateurs Louis XX. En appliquant une lecture stricte de la loi salique -qui fixe l’ordre de succession par primogéniture mâle- il serait roi de France. Car si l’on regarde de plus près l’arbre généalogique de la famille royale, il est le descendant direct de Louis XIV, fils aîné de Louis XIII. Louis-Alphonse de Bourbon incarne la branche espagnole des Bourbons: banquier de profession, il vit en Espagne. Carambolage de l’histoire: s’il est l’arrière-petit-fils du roi d’Espagne Alphonse XIII, il est aussi celui de Franco. Car son père s’était marié avec la fille unique du Caudillo. “Plus jeune, sa ressemblance avec Franco était frappante”, remarque pour BFMTV.com Éric Mension-Rigau, professeur d’histoire à l’université Paris-Sorbonne et spécialiste de l’aristocratie. Cousin du roi actuel Felipe VI, il pourrait même avoir des prétentions de l’autre côté des Pyrénées. Car son grand-père a dû renoncer au trône, cédant ainsi sa place à son frère cadet, dont le fils Juan Carlos a été choisi par Franco pour porter la couronne. “Son grand-père, en plus d’être devenu sourd-muet à la suite d’une opération, n’a pas fait un beau mariage dans une Espagne à l’époque très regardante”, ajoute pour BFMTV.com Philippe Delorme, historien et spécialiste des dynasties royales. Pourtant, Louis-Alphonse de Bourbon n’a aucune légitimité à revendiquer le trône de France. En 1713, son aïeul le roi d’Espagne Philippe V -qui n’est autre que le petit-fils de Louis XIV- signe le traité d’Utrecht et renonce à ses droits sur la couronne de France. Ce qui donne naissance à la dynastie des Bourbons d’Espagne. Un argument de taille pour ses adversaires.

Ces derniers lui préfèrent Jean d’Orléans, qui porte le titre honorifique de comte de Paris. Son ancêtre n’est autre que le dernier occupant du trône, Louis-Philippe 1er, lors de la monarchie de juillet entre 1830 et 1848. S’il est bien lui aussi un descendant de Louis XIII, il s’inscrit en revanche dans la branche du frère cadet de Louis XIV, et ne pourrait donc, selon ses opposants, prétendre à la couronne en vertu de la loi salique. Jean d’Orléans est le fils d’Henri, mort le 21 janvier dernier, symboliquement le jour anniversaire de la décapitation de Louis XVI lors de la Révolution. Décapitation votée en 1792 par le cousin du roi, Louis-Philippe d’Orléans -ancêtre de Jean d’Orléans- devenu Philippe Égalité à la Révolution. Une trahison que certains royalistes n’oublient pas. “Pour la famille d’Orléans, il y a une grosse tache, c’est le régicide”, poursuit Éric Mension-Rigau, auteur de Enquête sur la noblesse. La permanence aristocratique. Mais pour Philippe Delorme, il y a prescription: “Jean d’Orléans n’est pas considéré comme responsable des fautes de ses ancêtres. C’est effacé depuis longtemps. Même à la Restauration, les rois ont considéré Louis-Philippe d’Orléans comme le premier prince de sang.”

Un schisme avant tout politique. Car jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, un consensus se dessinait autour d’Henri d’Orléans. “Mais la haine de certains royalistes qui lui reprochaient de ne pas être pétainiste, de ne pas soutenir l’OAS ou l’Algérie française et l’ont ensuite désavoué pour son gaullisme les a poussés à se trouver un nouveau champion dans la branche des Bourbons”, précise Philippe Delorme, auteur du Dictionnaire insolite des dynasties du monde. Ce que confirme Éric Mension-Rigau. “Henri d’Orléans était un homme de gauche, il a soutenu François Mitterrand. Il incarnait une vision moderne de la monarchie. La branche Bourbon s’est alors imposée en jouant la carte de la tradition, catholique et bien à droite.”

Pourtant, Jean d’Orléans et Louis-Alphonse de Bourbon font tous deux partie de la grande famille des Capétiens, “sans doute l’une des plus vieilles au monde” qui ont régné plus de 800 ans sur la France, pointe Philippe Delorme, pour qui les deux hommes représentent “l’héritage historique et la mémoire de la France”.

Partager cet article

14 commentaires

  1. Vive les camelots du roi et la gueuse ont la pendra…..

  2. La république n’est qu’un système politique, parmi d’autres, et qui n’a jamais donné de résultat probant, que cela soit en occident moderne ou dans les empires antiques. Tout au mieux ce système fonctionne durant les périodes de calme, mais nécessite toujours un principe monarchique face à des difficultés. La république finira par s’auto-détruire car elle porte en elle le germe de la division et de l’immoralité, favorisant les margoulins et les tribuns au détriment des meilleurs. D’autre part, elle initie un système qui se veut égalitaire mais qui oppose en permanence divers parties de la nation, frappe d’inégalité les opposants au parti en poste, et institue comme valeur morale l’anarchie donnant à des minorités des droits sans devoirs et un pouvoir de nuisance inégalé. Le système politique dit républicain est un cancer pour toute nation, les grecs et romains antiques l’avaient compris après bien de essais…

    Concernant, le traité d’Utrecht, celui-ci a été invalidé par de très nombreux spécialistes. En effet, la “constitution” d’ancien régime, appelée Lois Fondamentales du Royaume, stipule clairement que la couronne n’est pas à la disposition du Roi, aucun souverain ne peut donc choisir de la céder, ou de l’interdire. On se rappellera que le Parlement de Paris avait cassé le testament de Louis XIV, qui avait nommé comme successeur un de ses bâtards, finalement c’est bien Louis XV arrière-petit fils de Louis XIV qui sera porté sur le trône conformément aux Lois Fondamentales. De fait, le fameux traité d’Utrecht n’a aucune valeur légale….

    Monseigneur Louis-Alphonse de Bourbon, est donc bien l’héritier légitime du trône de France, conformément au lois fondamentales du royaume, règle de primogéniture et salique.

    Mais, le temps est-il venu ? Il faut l’espérer car à moyen terme il n’y a pas d’autres solutions pour sortir de ce système mortifère…

    Vive le Roy !

  3. “Après Libération, c’est BFM qui se pose la question de l’héritier légitime du trône de France.”

    Enfin, n’y-a-t-il pas assez de rois et de reines inutiles et couteux dans notre vieille Europe ?

    Qu’ils arrêtent donc de se poser la question : L’héritier légitime, c’est moi !

  4. Oui Dieu premier servi et le roi est son lieutenant sur la Terre. Depuis 1500 ans, il y a eu des changements dynastiques (mérovingiens, carolingiens et capétiens). Le temps venu et choisi par Dieu, pourquoi ne pas envisager une nouvelle dynastie bâtie sur les valeurs chrétiennes, la loyauté, le courage?
    Vive le Roy.

  5. @ Pierrot : C’est encore mieux expliqué que je n’ai pu le faire dans un post précédent. C’est Louis XX, point final.
    Par ailleurs : “Après Libération, c’est BFM qui se pose la question de l’héritier légitime du trône de France. A croire qu’Emmanuel Macron a perdu toute légitimité, et que nos journalistes ont perdu leur foi en la république…”. Je ne crois pas qu’il en soit ainsi. Libération et BFMacron TV “appartiennent” à ….. Macron. Je crois plutôt qu’ils sont en train de tester l’opinion afin de déterminer si les Fran,çais accepteraient d’avoir Sidi Ben machin comme roi des Français tel que voulu par les révolutionnaires-talibanesques-ripouxblicains-citoyens-et-militants de 1789.
    MEFFFII ! avec 3 “F” et 2 “I”.

  6. Une question qui mérite d’être posée si c’est dans une optique clairement politique de souveraineté nationale retrouvée. Si c’est pour raisonner à partir de sentiments de nostalgie, ou pire, de ressentiments vis à vis d’un passé révolu, alors cette question est hors sujet et sans intérêt.
    Il est temps de dire une bonne fois pour toute qu’en l’état actuel des choses, les pires ennemis de la cause royale en France sont les royalistes eux mêmes, du moins quand ils sont encore dans une approche de défense intransigeante et caricaturale de tel ou tel prétendant. La question n’est pas là, ou plutôt n’est plus de cet ordre, dans la mesure où les liens avec la monarchie traditionnelle, mais aussi avec les brèves expériences des monarchies constitutionnelles ont malheureusement été rompus. Il appartient aux royalistes les plus caricaturaux de repenser leur approche dans un cadre politique réaliste, et non sur une base nostalgique ou de sentiments dynastiques aujourd’hui devenus sans objet. En cela, commencer par défendre l’esprit de la Ve République, et militer pour le renforcement de sa logique monarchique au détriment de la ploutocratie parlementaire qui ne fait que trahir ce qu’elle est censé représenter peut déjà constituer un début. Une monarchie sans roi dans un premier temps serait déjà mieux que rien ; car pour réacclimater le régime monarchique en France, cela ne pourra se faire que par étapes… Pour le retour d’une dynastie, cela dépendra essentiellement des opportunités politiques qui se présenteront, de la faillite complète de classe politique ou pas, du charisme et de la volonté de tel ou tel prétendant à s’engager clairement dans une démarche politique ou pas, et enfin, de la volonté d’un grand nombre de Français et de décideurs à remettre cette question dans le débat public ou pas… Cela fait beaucoup d’obstacles à franchir, mais si cette question n’est pas repensée intégralement de façon intelligente, politique et réaliste, alors la monarchie en France fera irrémédiablement partie des causes perdues…

  7. Meltoisan , on peut remplacer reine ou roi par vos dépités , vos présidents de rep . Et non, vous ne serez jamais légitimes , ni moi non plus d ailleurs mais servons les avec humilité comme ils servent Dieu et pourtant d après les Lois Fondamentales , jamais abolies , c est sur de jure Louis XX que la Couronne échoit . Çe n est pas lui qui choisit d être roi , c est la couronne qui s impose à lui . seul Dieu peut imposer un autre choix car les Lois Fondamentales du Royaume restent humaines et Dieu peut s en affranchir .

  8. Il y a une solution qui devrait mettre tout le monde d’accord : le roi était autrefois élu, du moins aux débuts de la royauté, et jusque vers la fin du Moyen-Âge il y a eu des cas où le roi a été choisi (ou élu) par les pairs du royaume. Ça a été le cas notamment de Philippe VI à la fin des Capétiens directs (il y avait à ce moment plusieurs prétendants dont le roi d’Angleterre Edouard III).
    Avant de songer à reconstituer une royauté basée sur une personne (Orléans ou Bourbon), il serait peut-être plus sage de constituer une chambre des pairs qui serait chargée de trouver un roi. Un changement de dynastie n’étant pas à exclure, surtout après 150 ans de république. La royauté en a vécu deux principales lors de la fin des Mérovingiens puis des Carolingiens.

    Vive LongJohnSilver Ier !

  9. Ludo72 , c est quoi une Monarchie sans roi ? C est la réaction typique de celui qui porte un jugement sans avoir jamais étudié la question à l intérieur du système monarchique . Il n est pas question de revivre le passé , çe qui serait idiot et de se retrouver avec un Louis XX , habillé comme l était Louis XVIII oú Charles X , se déplaçant en carrosse tiré par des chevaux mais de prendre en compte les problématiques de notre époque sous un etat d esprit conforme à la cité chrétienne. Ca , c est possible . Il faut répudier , bannir cette rep qui de la V ieme a glissé vers autre chose car elle était faite pour un homme et non pour ses successeurs . De toute manière , les évènements seront tels sous la rep , que les gens en auront la nausée et se retourneront vers un roi que ce soit de jure Louis XX oú celui que Dieu aura choisi .

  10. Le père de Luis Alfonso ne s’est pas marié avec la fille de Franco mais avec la petite fille du Caudillo. La fille unique du Generalissimo s’est marié avec le Comte de VIllaverde et a eu 7 enfants dont la mère de Luis Alfonso.

  11. Une monarchie sans roi, c’est un cadre institutionnel dans l’attente et la préparation d’une restauration effective : c’est l’esprit de la IIIe République (le septennat présidentiel) et de Ve République (élection du président au suff. univ.) à leurs débuts ; c’est la Hongrie de l’amiral Horthy ou l’Espagne de Franco (l’un et l’autre faisant office de régent)… Après, les circonstances permettent ou pas la restauration ; en France ça a échoué, autant en 1873, que la possibilité qu’avait entrouverte De Gaulle (oui, mais le comte de Paris bla, bla, on s’en fout, de toute façon ça ne s’est pas fait !). Sauf à baigner dans une bulle catholico-mystique providentialiste en déconnexion totale avec la réalité politique, l’option réaliste est de contribuer à créer pas à pas les conditions politiques permettant éventuellement de parvenir à cet objectif, en sachant bien sûr que comme toujours en politique la situation idéale ne sera jamais atteinte. Une société, comme une famille, repose sur du compromis, et ceux qui le refusent en sont les premiers perdants… S’imaginer que le roi reviendra comme ça par l’opération du Saint d’esprit est au mieux de la naïveté pure, au pire un déni complet de la réalité de la société française d’aujourd’hui. La royauté est un outil politique d’incarnation et d’exercice de la souveraineté, que je pense le mieux adapté à la France ; mais ce n’est pas le seul possible, et en dehors de ce cadre là, la monarchie n’a aucun intérêt. Le décor de théâtre sans la souveraineté comme chez nos voisins européens, ça ne sert à rien. Autant rester en république.

  12. En l’absence d’héritier valide de la dynastie royale commencée avec Hugues Capet… In the absence of valid heir…
    • Publié le 1 octobre 2018
    Bonjour,
    Hello,
    Je ne me suis pas complètement présenté car cela n’était pas une nécessité urgente mais, maintenant, mieux vaut que vous sachiez précisément qui je suis.
    I did not fully introduce myself because it was not an urgent necessity but now it is better for you to know exactly who I am.
    Je suis l’aîné valide de la Maison franque salienne Vannieuwenhuyze. Ce qui fait de moi l’actuel Prince de Maisonneuve (van = de, nieuwen = neuve, huyze = Maison). Voir pièce jointe. En tant que chef de cette Maison franque salienne, je suis Prétendant Français au Trône de France.
    I am the valid elder of the Frankish Salian House Vannieuwenhuyze. What makes me the current Prince de Maisonneuve (van = de, nieuwen = neuve, huyze = Maison). See attachment. As the head of this Frankish Salian House, I am French Pretender to the Throne of France.
    Depuis la mort sans enfant du comte de Chambord*, il n’y a pas d’héritier légitime du côté des Capétiens (en réalité Robertiens, Capétiens étant une appellation de dénigrement d’origine républicaine). Philippe d’Orléans dit Philippe Egalité ayant voté la mort de Louis XVI en plus d’avoir financé les débuts de la Révolution Française, entre autres le 14 juillet 1789, les Orléans sont régicides, donc exclus de tout héritage royal, nul ne pouvant hériter à la faveur d’un crime, d’un meurtre, encore moins d’un régicide.
    Since the death of Count de Chambord* without children, there is no legitimate heir on the side of the Capetians (in reality Robertians, Capetians being a denigration name of republican origin). Philippe d’Orléans aka Philippe Egalité voted the death of Louis XVI in addition to having funded the beginnings of the French Revolution, among others July 14, 1789, Orleans are regicides, so excluded from any royal heritage, no one can inherit in favor of a crime, a murder, still less a regicide.
    Les Bourbons d’Espagne ne sont pas Français. L’élection d’Hugues Capet a été provoquée par le fait que l’héritier carolingien n’était pas Français mais Allemand. Ils ne peuvent contrevenir à la loi qui a fait accéder au Trône leur ancêtre Hugues Capet, ceci en plus des deux traités d’Utrecht** qui interdisent aux Bourbons d’Espagne toute revendication sur le Royaume de France et réciproquement aux Bourbons de France toute revendication sur le Royaume d’Espagne.
    The Bourbons of Spain are not French. The election of Hugues Capet was provoked by the fact that the Carolingian heir was not French but German. They can not violate the law that gave the Throne to their ancestor Hugues Capet, this in addition to the two treaties of Utrecht** which prohibit the Bourbons of Spain any claim on the Kingdom of France and vice versa to the Bourbons of France any claim on the Kingdom of Spain.
    En l’absence d’héritier valide de la dynastie royale commencée avec Hugues Capet, l’héritage revient à la plus grande des Maisons franques saliennes, celle des Maisonneuve.
    In the absence of valid heir of the royal dynasty started with Hugues Capet, the legacy goes to the largest of the Frankish Salian Houses, that of Maisonneuve.

    Cordialement.
    Best regards.

    Monseigneur le Prince Héritier Paul Eliaqim de Maisonneuve-Vannieuwenhuyze, Prétendant Français au Trône de France.
    Lord Crown Prince Paul Eliaqim de Maisonneuve-Vannieuwenhuyze, French Pretender to the Throne of France.

    * Il est le dernier descendant légitime en ligne masculine de Louis XV et de Marie Leszczyńska. Sa mort sans enfant en 1883 marque l’extinction de la branche Artois de la maison capétienne de Bourbon et le début d’une querelle (toujours d’actualité) entre les maisons de Bourbon d’Espagne et d’Orléans pour savoir laquelle a le plus de légitimité à la Couronne de France. Réf. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_d%27Artois.
    * He is the last legitimate descendant of Louis XV and Marie Leszczyńska. His childless death in 1883 marks the extinction of the Artois branch of the Capetian House of Bourbon and the beginning of a quarrel (still relevant) between the Houses of Bourbon of Spain and Orleans to find out which has the more legitimacy to the Crown of France. Ref.: https://en.wikipedia.org/wiki/Henri_d%27Artois.
    ** La succession espagnole : les traités d’Utrecht reconnaissent le petit-fils de Louis XIVcomme roi d’Espagne : Philippe V. Si Philippe V renonce à ses droits sur la couronne de France en dépit des règles de la dévolution de la Couronne, son frère le duc de Berry, son neveu le duc d’Anjou, les Habsbourg et les Orléans renoncent à leurs droits sur la couronne d’Espagne. Les Pays-Bas espagnols, le Milanais, Naples et la Sicile reviennent finalement à Vienne (mais les Habsbourg doivent rendre à Philippe V Naples et la Sicile en 1738). Réf. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9s_d%27Utrecht_(1713).
    ** The Spanish succession: the treaties of Utrecht recognize the grandson of Louis XIV as king of Spain: Philip V. If Philip V renounces his rights on the crown of France despite the rules of the devolution of the Crown, his brother the duke of Berry, his nephew the duke of Anjou, the Habsburgs and the Orleans renounce their rights over the crown of Spain. The Spanish Netherlands, Milan, Naples and Sicily finally return to Vienna (but the Habsburgs must return to Philip V Naples and Sicily in 1738). Ref.: https://en.wikipedia.org/wiki/Treatments_of_Utrecht_(1713).

    Disponible sur la toile à : https://www.linkedin.com/pulse/en-labsence-dh%C3%A9ritier-valide-de-la-dynastie-royale-commenc%C3%A9e-libre/
    Available on the web at: https://www.linkedin.com/pulse/en-labsence-dh%C3%A9ritier-valide-de-la-dynastie-royale-commenc%C3%A9e-libre/

  13. Ludo72 et qui ferait cette transition ? Des republicains ? J ai cru à Marion mais trop libérale . Le chaos nous imposera un roi . La mémoire reviendra chez le peuple.

  14. A mon avis ils cherchent plutôt à réveiller les divisions au sein des monarchistes.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services