Ils veulent vraiment faire leur beurre sur les familles

Le rapporteur du budget de la Sécurité sociale à l'Assemblée Gérard Bapt (PS) préconise de diviser par deux les allocations familiales des ménages aisés :


"Nous proposons de fixer ce plafond au niveau de celui de l'allocation de base de la prestation d'accueil du jeune enfant. Soit environ 53 000 euros par an pour un couple avec deux enfants, et un peu plus de 61 000 euros pour une famille avec trois enfants"

Le député de la Haute-Garonne suggère aussi

"de supprimer le complément mode de garde, qui prend en charge la garde d'enfants à domicile ou chez une assistante maternelle, pour les ménages qui dépassent ces plafonds de ressources."

Cela "permettrait de dégager deux milliards supplémentaires". Le ministre laisse entendre qu'il y aurait ainsi des centaines de milliers de familles aisées qui toucheraient trop d'argent. La réalité, c'est que ce sont encore les familles modestes qui vont payer.

13 réflexions au sujet de « Ils veulent vraiment faire leur beurre sur les familles »

  1. jejomau

    Pourquoi ne pas créer une taxe sur les LGBT ? Ils appartiennent à la nomenklatura, ils sont très riches, ils ont beaucoup de sous… On pourrait les taxer à hauteur de 75% sur leur patrimoine + revenus et redistribuer tous ces sous aux lecteurs du Salon Beige !
    TOUS A PARIS !

  2. Franck

    Moi, je propose que l’on supprime ABSOLUMENT TOUTE rémunération aux députés, sénateurs, ministres, maires, conseillers généraux, conseillers régionaux, etc., afin que les Français puissent être certains qu’ils s’acquittent de cette fonction réellement par dévouement au bien commun et non à cause des substantiels émoluments qui y sont actuellement liés.
    Cela aussi ferait une substantielle économie.
    Et puis, en plus, une mesure spéciale pour Gérard Bapt : faire RENDRE GORGE à cet abruti.
    Au vu des propos absolument ineptes qu’il tient, il est évident qu’il n’a aucunement mérité que la collectivité le paie si largement AVEC NOS IMPOTS.
    Ce type est un voleur, qui vit à nos dépens depuis bien trop longtemps. Il faut donc exiger qu’il rende, jusqu’au dernier centime, les dizaines de milliers d’euros qu’il nous a volés.
    Je propose donc qu’on mette immédiatement en prison l’escroc Gérard Bapt – jusqu’à ce qu’il ait remboursé tout le fric qu’il a indument perçu.
    C’est seulement avec des mesures énergiques de ce genre qu’on pourra rétablir les finances publiques.
    (Et, à la place de Gérard Bapt, je me dépècherais de rendre l’argent volé avant qu’on m’y contraigne. Car, quand la colère du peuple éclatera contre tous les actuels privilégiés socialistes, il se pourrait fort bien qu’ils y perdent aussi la tête… On ne rackette pas impunément le peuple pendant des décennies, M. Bapt…)

  3. chouan 12

    Il est bien dommage que tous les français ne lisent pas le salon beige car ils auraient déjà pris les fourches et chassé cette engeance de dégénérés des fauteuils dans lesquels ils se vautrent. Ce Bapt je ne le connais pas, mais il doit avoir un Q.I à l’image d’un mollusque. Ce sont bien des descendants des chefs nazis et bolcheviks du dernier siècle

  4. Guizmoet

    Je suggère aussi de diviser par deux ce que versent ces familles aux impôts et à la retraite par répartition.
    Je vous le donne en mille : qui sera le grand perdant ?
    Réponse : A…normal 1er, roi des c…ns !

  5. PK

    @ Franck,
    Le Sénat et l’Assemblée nationale étant des caisses enregistreuses de l’Europe, on peut carrément les supprimer (car même leur fonctionnement est hyper coûteux).
    On a vu l'(in)utilité du CESE : hop, poubelle aussi…
    On oublie aussi que l’État finance à milliards plein d’associations douteuses… sans compter le financement « de la culture »…
    Bref, si on veut faire des économies, on sait très bien comment faire…

  6. Claribelle

    Le seuil est tellement bas dès lors que les deux parents travaillent que le résultat est que l’un des parents arrêtera de travailler si le couple n’a plus droit ni aux allocs complètes ni au complément mode de garde.
    Le retour à la maison des mères sera le résultat inattendu d’un gouvernement qui ne jure que par la parité et le travail des femmes !

  7. C.B.

    Merci Claribelle pour votre premier lien, mais ça va être dur d’inverser la tendance; 74% des votants sont favorables à une mise sous condition de ressource des allocations familiales.
    Or “53 000 euros par an pour un couple avec deux enfants”, en comptant les enfants pour une demi-part, ça donne moins de cinquante euros par jour et par part pour l’ensemble des dépenses: je propose qu’on taxe tout foyer où l’on a les moyens de s’offrir des vacances à 50 euro par personne et par jour (et tant pis pour le tourisme).
    Conséquence à prévoir: l’un des deux va changer de métier, pour gagner moins et s’occuper davantage des enfants. Avec leur esprit malthusien, on doit pouvoir leur vendre ça “ça fera des postes pour des chômeurs!”. En gagnant moins et en s’occupant davantage de ses enfants:
    -on paie moins d’impôts (c’est tout bénef. pour Sa Normalitude Toumou Ier)
    -on peut s’arranger pour récupérer ses enfants pour les repas (plus de cantine … tiens, les parents qui banquaient sec pour le tarif de cantine se mettent aux abonnés absents)
    -on peut s’organiser pour ne pas laisser les enfants à la garderie (ça fait un temps de moins d’endoctrinement … et la municipalité pourra licencier des “animateurs”, réduction des impôts locaux en vue?)
    Certes ça oblige à vivre de manière un peu plus spartiate, mais c’est peut-être bien dans l’esprit “franciscain”?
    Pas compris quelles étaient les pendules à remettre à l’heure à l’express?

  8. Jean Theis

    Le hic avec les allocations familiales est qu’elles servent surtout aux immigrés ou aux tout nouveaux Français qui ont fait le voyage seulement pour les subventions.
    Or ils peuvent avoir jusqu’à 25 enfants au moyen de 3 ou 4 épouses. Du reste dans la presse on a vu ceux qui n’ont même pas besoin de travailler, ayant suffisamment d’argent avec les allocs diverses et variées.
    Curieusement les personnes pour ou contre la diminution des allocations familiales n’évoquent jamais ce problème majeur.

Laisser un commentaire