Ils sont vraiment dérangés et pas seulement “dégenrés”

Un blogueur s'est incrusté dans une réunion de préparation d'une manifestation homosexuelle. Extraits :

"Je m’attendais à […] des discussions constructives, instructives et joyeuses, portant par exemple sur la couleur des chars, les limites vestimentaires, le déroulement du cortège, etc. Que nenni. Ce fut un crêpage de chignon incroyable, une haine ahurissante, des pics et des échanges d’une méchanceté glaciale.

Le premier point de cette AG qui doit en compter neuf concerne la brochure promotionnelle de l’événement, imprimée par le bureau «Pride», organisateur de l’événement. Toutes les associations sont censées avoir participer à son élaboration. C’est là que les choses se corsent. […] Le premier à prendre la parole est un chétif quinqua (estimation) en chemise à carreaux, à l’air mystérieusement constipé. Il s’exprime plutôt bien, clairement. Au fur et à mesure qu’il développe, avec le plus grand sérieux du monde, je me rends compte qu’il est fou à lier. Je le cite :

«Je ne suis pas content du tout. J’avais veillé à ce que le texte soit entièrement «dégenré», contre la binarité, c’est-à-dire sans féminin ni masculin. Lorsque je lis homosexuel au lieu d’homo, ou prostitué uniquement au masculin, c’est clairement une agression transphobe».

Grand silence. Manifestement, tout le monde est d’accord. Le fou poursuit, l’œil toujours plus inquisiteur.

«Cette brochure est mauvaise. Il y a des attaques contre les Poppers, étant donné qu’ils sont très consommés par les homos, c’est clairement homophobe. Ce texte est moralisateur, dégradant, stigmatisant, d’un autre âge !»

[…] S’en suit un raisonnement alambiqué, ou la promotion de la capote est vue comme «serophobe» puisque la brochure recommande de «se méfier» du Sida donc des sidaïques. […] «On peut se permettre un clin d’œil» ose une malheureuse dame. Le fou constipé bondit : «un clin d’œil à qui ?». Elle est aussitôt lapidée. En un tournemain le visuel est décrété «pas compatible avec l’état français et ses valeurs homophobes». Tel est transgressé qui croyait transgresser. […] Un (une ?) transsexuel se lève. Un passage de la brochure omet d’attacher le mot « trans » aux mots lesbiennes-gays-bis. «Agression transphobe».

Paranoïa, nom féminin. Psychose caractérisée par une tendance au délire de persécution. Mieux vaut en rester là. Voilà un bref tour d’horizon du « lobby » LBGT… Qui se veut représentatif. Et nous n’étions, après deux heures d’invectives, qu’au premier des neufs points de la réunion. […] De toute ma vie je jure de jamais n’avoir rencontré milieu plus fermé. Qu’on le veuille ou non, qu’on trouve cela « phobe » ou non, ces gens relèvent de la psychiatrie à tous les étages."

10 réflexions au sujet de « Ils sont vraiment dérangés et pas seulement “dégenrés” »

  1. Denis Merlin

    Il n’est pas moral, selon moi, de traiter les gens de “fous”, ou de “relevant de la psychiatrie”, comme si un malade mental n’était pas une personne humaine et comme si sa parole n’avait aucune valeur.
    Cela dit je pense que l’idéologie de la “non-discrimination” est une sorte de prise de position contre la pensée, car penser, c’est discriminer, c’est classer. Cela dit aussi, il existe des discriminations injustes.

  2. Vince

    Poppers: produit se présentant sous forme liquide (en général dans un petit flacon n’exedant pas plus de 10mL) qu’on inhale (comme de l’ether, avec ou sans chiffon) dont la conséquence immédiate est de favoriser l’hillarité, ce qui explique pourquoi ce produit qu’on trouve relativement facilement est consommé souvent dès le collège.
    Une autre propriété de ce produit est de favoriser la dillatation des spincters.
    Je vous présente d’emblée mes excuses pour cette présentation mais il est malheureusement nécessaire de connaître ce produit et ses effets car vous en trouverez peut-être un jour dans le cartable de vos enfants qui jouent avec cela comme on joue avec de l’hellium (qui vous donne pendant quelques secondes une voix très particulière).

Laisser un commentaire