Bannière Salon Beige

Partager cet article

Science

Ils doutent des masques

Ils doutent des masques

Le gouvernement canadien a rappelé, fin mars, des millions de masques contenant du graphène, un nanomatériau aux propriétés réputées virucides. Quatre ONG réclament une mesure similaire en Europe.

Le graphène, ces flocons de carbone, est un nanomatériau synthétisé il y a une petite vingtaine d’années, ultraléger, ultrarésistant, imperméable et excellent conducteur, de plus en plus prisés par l’industrie, notamment dans les équipements électroniques.

Depuis le début de la crise de Covid-19, on leur a découvert des propriétés antivirales qui ont poussé de nombreuses entreprises à concevoir des masques contenant du graphène. 4 organisations spécialisées dans les questions de santé environnementale – ETC Group, Center for International Environmental Law (CIEL), Health Care Without Harm et Women Engage for a Common Future – estiment que ces masques seraient « potentiellement toxiques ». Le physico-chimiste américain Andrew Maynard explique que si les particules de graphène sont capables de taillader le SARS-CoV2,

« que se passe-t-il si ce matériau tueur de virus entre dans votre corps ? Agira-t-il de la même manière contre vos cellules ? »

Troublé par les symptômes décrits par plusieurs enfants – difficultés à respirer, irritations de la peau, impression de « respirer des poils de chat » –, le ministère de la santé canadien a rappelé le 26 mars tous les masques au graphène. Dans un avis publié le 2 avril, il explique que

« l’inhalation de particules de graphène pourrait causer une toxicité pulmonaire précoce chez les animaux. Cependant, on ne connaît pas encore le potentiel d’inhalation de ces particules par les masques chez les humains, ni les risques pour la santé qui en découlent ».

Partager cet article

10 commentaires

  1. de plus en plus fort qu’est-ce qu’ils vont bientôt nous faire avaler?

  2. Jetez ces masques débiles !!!!

    BAS LES MASQUES

  3. Apparemment, il faut des doses élevées de graphène pour obtenir un effet toxique.
    https://lejournal.cnrs.fr/articles/le-graphene-est-il-toxique
    Même si des études antérieures évoquent la possibilité de déchirer les enveloppes cellulaires.
    https://www.silicon.fr/le-graphene-une-menace-pour-la-sante-et-lenvironnement-87943.html
    https://datanews.levif.be/ict/actualite/le-graphene-peut-s-averer-dangereux-pour-les-cellules-humaines/article-normal-290177.html
    Ce n’est pas le seul matériau artificiel ou naturel capable de le faire.
    Le débat n’est pas clos.
    Encore faut-il déterminer ce que l’on appelle une dose élevée, et comparer cette dose avec ce que nous tolérons dans les productions des pots d’échappements, les feux de broussailles (une plaie de pollution aérienne dans les Pyrénées) , etc…

    • En désaccord. Votre raisonnement serait juste si vous étiez le seul décisionnaire du port du masque. Dans ce cas, vous pourriez apprécier le « niveau » acceptable de dangerosité. Mais ce n’est pas le cas. Le pouvoir vous impose le port obligatoire du masque, des heures durant, au travail, à l’école, dans les transports. J’en connais qui l’ont pendant 9 à 10 heures par jour, depuis des mois. Par ailleurs, l’existence d’autres matériaux à risque ne diminue en rien le risque évoqué, l’argument est spécieux, tout comme le fait de tolérer d’autres nuisances amoindrirait finalement celle-là.

    • Les masques asphyxient ceux qui les portent avec des taux mesurables et mesurés médicalement très alarmants !
      https://infovf.com/video/message-aux-parents-aux-enfants-fevrier-2021–6385.html

      Ceux qui défendent les masques en rendront compte tôt ou tard !

  4. Le plus drôle dans cette panique générale des bras cassés, c’est que nos politiques, en voulant gérer leur risque pénal, mettent en place des mesures risquant de les aggraver. Le moins drôle, c’est que c’est nous qui paierons l’ardoise par notre santé.
    Moralité : désobéir.

  5. Pourquoi mettre du graphène si les masques avaient une quelconque utilité ?…
    CQFD

    Cela dit si le graphène n’était pas toxique, l’efficacité serait sans doute tellement limitée qu’elle resterait sans intérêt !

  6. Eh bien, là encore, les dictateurs sanitaires ricannent et se moquent des mises en garde; c’est nous qui paieront. Si nous obéissons.
    RÉSISTANCE!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]