Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Eugénisme

Il y a un eugénisme d’Etat en France

Dénoncé par Jean-Marie Le Méné (entre autres) :

"le rapport de la Mission parlementaire accentue l'eugénisme
existant à l'encontre des personnes trisomiques
. En effet, il propose
d'ajouter la détection de la trisomie 21 au diagnostic préimplantatoire

qui ne prévoit normalement de rechercher que les maladies héréditaires
dont le couple, demandeur d'une fécondation in vitro, est atteint.
Cette proposition introduit un élément d'appréciation subjective dans
le recours au diagnostic préimplantatoire (car la trisomie est une
maladie génétique, non héréditaire, qui ne menace pas plus ce couple
qu'un autre) et préjuge du sort réservé à l'embryon dépisté
trisomique : l'élimination. Ainsi, l'embryon conçu in vitro et soumis au diagnostic préimplantatoire sera présumé mort.

Oui,
il y a un eugénisme d'Etat en France, et je ne suis pas le seul à le
dire.
Des voix autorisées, notamment le Conseil d'Etat, le Professeur
Jean-François Mattei, ancien Ministre de la santé, et le Professeur
Sicard, ancien président du CCNE, dénoncent un «eugénisme de masse»,
«une perspective terrifiante, celle de l'éradication».

Les
conséquences du diagnostic prénatal (DPN) se passent de commentaire :
96% des fœtus détectés trisomiques à l'issue de ce diagnostic sont
avortés.
Qui a intérêt à nous faire croire que ce sont les parents qui
sont eugénistes ? Non, il s'agit bel et bien d'un choix collectif de
l'Etat qui, en finançant chaque année le DPN à hauteur de 100 millions
d'euros, oriente par cette offre les choix individuels des parents qui
en sont finalement les véritables victimes avec leurs enfants."

Ajoutons qu'il est facile de faire la chasse aux collabos d'hier. Mais qui dénonce les collabos d'aujourd'hui ? Qui dénonce le massacre de masse ? Qui dénonce l'extermination des handicapés d'aujourd'hui ?

Partager cet article

8 commentaires

  1. Pour répondre à vos questions, à ma connaissance, seule l’Eglise à le mérite de dénoncer les massacres de masse, seule l’Eglise à le mérite de dénoncer l’eugénisme d’Etat. La toute dernière encyclique de notre pape Benoît XVI en est une preuve vivante (cf : Caritas in Veritate, N°75).
    Comme d’habitude, dans 40 ou 50 ans, lorsque les consciences s’éclaireront, il sera très difficile pour la bien-pensance masse médiatico-politique de reconnaître en toute humilité que ces vérités étaient dénoncées par la seule Sainte Eglise catholique. La bien-pensance d’aujourd’hui a déjà du mal à reconnaître la sainteté de Pie XII face aux génocides de son époque… qu’en sera t il pour Jean-Paul II et Benoît XVI face à un génocide beaucoup plus grave ?

  2. La nazisme a révais d’une société eugéniste , les démocraties sont en train de la réaliser . L’erreur fatale pour tous le monde en europe de l’ouest c’est de croire à tort qu’Hitler est le dernier méchant de l’histoire alors qu’en réalié , on organise un massacre de masse tous en faisant croire que c’est pour notre bien … 7 millions de victimes de l’avortement rien qu’en France , c’est la premiere cause de mortalité …

  3. Avec Hitler le diable avait le visage de l’emploi,aujourd’hui il a mis le masque du menteur.Hitler est bien utile,il porte tous les péchés du monde et sert à camoufler les crimes de ceux qui nous gouvernent maitenant.

  4. Et de vertueux malins, classe Consumérisme et Utilitarisme Libertaire, voudraient que l’on dense sur ces petits cadavres aux prochaines élections ou que l’on “construise” sur leur sable teinté de ce sang trop pur!
    Qu’ils aillent au diable dont ils sont les sots valets.

  5. J’ai fait part de mes craintes à “mon” (“mon” = élu au suffrage universel, majorité + 1 des suffrages exprimés!) député par courriel en reprenant les remarques de la fondation. Je l’ai fait plus par solidarité par rapport à la fondation jérôme Lejeuneque que par espoir d’un changement de ligne de conduite de la part de “mes” élus. Le député ne m’a pas répondu.
    “Mon” sénateur qui était en copie m’a fait une réponse qui allait dans ce sens:
    – le dépistage peut permettre des soins quand c’est possible et aux parents de se préparer à l’accueil du handicap
    – la décision des parents correspond à un droit individuel qu’il n’est pas question de remettre en cause
    – les garde-fous ont été mis pour éviter les dérives eugénistes.
    Et c’est de cette façon qu’il se positionnera lors des débats. Donc, et dans l’esprit de beaucoup d’élus (mais on s’en serait douté) tout va très bien. La ligne de conduite va rester la même.
    Je lui ai malgré tout répondu qu’il me semblait que:
    – la préparation des parents à l’accueil de l’enfant trisomique était défaillante puisque 97% des enfants trisomiques conçus étaient tués. Rappel: 1 enfant conçu sur 650 environ est atteint de cette maladie. Donc qu’en toute logique la loi était particulièrement inefficace “pour préparer les parents à l’accueil du handicap”
    – et que ce droit individuel était une notion très restrictive puisqu’il ne concernait pas l’enfant dans le ventre de sa mère.
    J’aurais voulu dire beaucoup plus sur cet eugénisme étatique de masse qui n’est pas loin pour moi de ce qui c’est passé il n’y a pas si longtemps sous un certain régime.
    J’aurais bien envoyé à “mes” élus le livre de JM Le Méné “ce qui vont naître te saluent” mais avec leurs émoluments, voire le cumul des mandats, leurs revenus comparés à ceux de notre famille, et le peu d’espoir de les voir lire voire même ouvrir l’ouvrage, j’ai temporairement abandonné mon projet!
    Gardons néanmoins espoir et inondons nos élus de courrier. Je reste persuadé qu’ils n’en ont pas si souvent que cela des courriers de ce genre de la part de leurs proches administrés. Et même s’ils votent par rapport à « la ligne de leur parti », j’espère toujours qu’au fond d’eux-mêmes, un jour ils prendront conscience de l’abomination des décisions dont ils ont été les promoteurs – collaborateurs.
    Et bien sûr c’est formidable ce que fait la fondation Jérôme Lejeune dans le respect absolu de la vie et les préceptes sans cesse rappeler par l’Église Catholique.

  6. …sorry,” que l’on danse” bien entendu…

  7. merci pour le soutien apporté par les différents commentaires des uns et des autres.
    hèlas,tant qu’on raisonnera en termes d’utilité matèrielle, et non en qualité intuitive, tout un pan de société sera éloigné ou effacé :”personna non grata” ?.
    En tant que parents d’un enfant trisomique, nous avons seulement eu à déplorer cette ambiance malsaine à sa naissance, et jusqu’à ce qu’il ait pu se sortir de graves problèmes médicaux afférants à sa maladie:
    de 0 à 18 mois j’ai entendu cette question de la part du corps médical-“pourquoi n’avez-vous pas avorté ?”, 18 fois la même question…la plupart du temps devant l’enfant; qui devait avoir honte ?.
    nous savons pertinemment que seul le regard compréhensif de la société peut protéger ces enfants; le jour où l’impact financier sera mis en avant pour faire peser la balance dans un autre sens, nous aurons réellement peur pour lui- mais honte, jamais! merci pour ceux qui continueront à comprendre.

Publier une réponse