Bannière Salon Beige

Partager cet article

Communisme / Pays : Chine

Il y a trente ans : Tiananmen ou le printemps chinois noyé dans le sang.

Il y a trente ans : Tiananmen ou le printemps chinois noyé dans le sang.

De Bernard Antony :

Ça aurait pu être une anti-« révolution culturelle », ce sommet d’horreurs parmi toutes les horreurs de la révolution communiste en Chine menée par Mao, sans doute le plus grand massacreur de l’histoire suivi, au nombre des millions de victimes, par Staline et Hitler. Mao, « ce phare de la pensée universelle » selon Valéry Giscard d’Estaing…

Un frémissement d’exigence de liberté parcourait les universités des grandes villes chinoises, et voilà que ça bougeait aussi dans les usines.

Le 3 juin 1989 à Pékin, l’immense place Tiananmen se remplissait par centaines de milliers d’une énorme foule, principalement d’étudiants mais pas seulement.

Que voulaient-ils ? Plus encore que de meilleures conditions de vie, non pas plus de liberté, car ils n’en avaient pas, mais tout simplement des libertés, la liberté de penser, de parler, d’écrire, de lire autre chose que le « petit livre rouge » de Mao, que les écrits choisis de Marx, d’Engels, de Lénine.

Cependant, dans les pays de l’Europe sous dictature soviétique où, depuis des années grondaient les révoltes contre le parti, où la Pologne catholique se libérait, bientôt tomberait le Mur de Berlin et le communisme avec.

Les étudiants de Tiananmen ne s’en prenaient pas au parti communiste chinois. En dehors de l’omniprésence et du conditionnement de ce parti, ils n’avaient reçu aucune éducation ni points de repères.

Simplement ils étouffaient.

Alors ils réclamaient à ses dirigeants de les entendre, de les comprendre. Le grand slogan, unique revendication des premières semaines de Tiananmen tenait en un seul mot « dialogue ! ». Du mot « démocratie », dès le berceau, à toute heure, en tous lieux, le régime maoïste leur en avait farci les oreilles mais avec une précision : « démocratie populaire », c’est-à-dire démocrate sous la lumière de la géniale pensée du président Mao et la conduite du parti. 

Eux, ils voulaient simplement ajouter de la liberté à la démocratie.

Danger mortel pour le parti communiste, selon son « homme fort » Deng Xiaoping. Ce petit homme diabolique en avait pris les leviers de commande après avoir déjà, en 1986, réprimé férocement une première révolte d’étudiants.

Alors Deng, avec le soutien unanime, de gré ou de force, de tout le comité central et de l’état-major de l’armée, mit en œuvre sans faiblir son plan de répression.

On connaît la suite.

Le titre d’un livre de Soljenitsyne, paru bien plus tard mais écrit en 1959 à Riazan en Russie, évoquant les soulèvements de prisonniers du goulag quelques années auparavant, le résume : « Les tanks connaissent la vérité ».

Par centaines, par milliers, les étudiants tombèrent sous les balles ou écrasés sous les chenilles des nombreux chars d’une armée de 200 000 hommes conditionnés pour écraser sans pitié le mouvement.

Et puis ce furent les années de répression, et l’interdiction toujours férocement maintenue aujourd’hui sous la férule de Xi Jinping de toute évocation de la nuit sanglante du 3 au 4 juin 1989 : « Du passé faisons table rase… »

Depuis, la plupart des « maos » français soixantuitards n’ont manifesté aucune repentance d’avoir œuvré pour répandre la révolution maoïste.

Comme nous l’avons rappelé dans nos écrits ou émissions à l’occasion des « cent ans du communisme », rares en effet sont ceux qui ont regretté et qui, comme l’admirable Stéphane Courtois ou Alain Finkielkraut, ont œuvré pour réparer leur collaborationnisme de jeunesse.

Au contraire, la plupart, comme d’ailleurs presque tous ceux des engeances bolcheviques rivales, staliniennes ou trotskystes, n’ont cessé de donner des leçons de bonne conduite morale de la politique, tels les Serge July, Tiennot Grumbach, Roland Castro, Jean-Paul Ribes, André Glucksman, Bernard Kouchner, Bernard-Henri Lévy, Marin Karmitz, Jean-Pierre Olivier de Sardan.

Il faut donc d’autant plus faire mémoire du massacre communiste de la place Tiananmen.

Car depuis, le carcan du parti communiste sur le peuple chinois n’a jamais été desserré, et notamment sur les catholiques toujours plus persécutés.

Étrange pape François qui ne cesse de dire son affection pour ce régime !

Mais il faut aussi, sans cesse, poser et reposer la question de savoir pourquoi, chez nous, en France, dans le monde de la culture et dans les medias, et dès l’école, on évoque cent fois plus l’abomination nazie, certes immense, que toutes celles, encore plus étendues dans le temps et l’espace par les régimes communistes, maoïstes ou staliniens ? Et précédées d’ailleurs par celles des Jeunes-Turcs.

Ce qui nous amène à rappeler encore une fois, en conclusion, que c’est la révolution française qui a été à la fois la matrice idéologique et le modèle exterminationniste des œuvres génocidaires des Talaat Pacha, des Lénine, des Staline, des Hitler, des Mao, des Pol Pot.

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

4 commentaires

  1. La conclusion est limpide et explique la sympathie voire la complicité qu’ ont pu susciter ces régimes maudits en France, la révolution étant la matrice de ces mouvements.

  2. Comme à son habitude, Bernard Anthony ne raisonne que sur l’écume des choses visibles, mais jamais sur les réalités objectives qui le sont beaucoup moins.
    Comment peut-on aussi naïvement encenser à ce point ce qui n’a été, après la première vague de mai 1968, que la seconde vague de révolutions colorées made in USA by CIA dans l’unique but d’abattre et de soumettre des puissances géopolitiques rivales, en l’occurrence l’URSS et la Chine Populaire ? Cela a fonctionné (provisoirement) avec la Russie, qui s’est à l’occasion délestée d’un empire devenu un boulet, mais a échoué avec la Chine ; ce dont on ne peut que se réjouir du point de vue d’un patriote Français !
    Certes, l’objet de mon propos n’est en aucun cas de défendre ni de réhabiliter les pires régimes criminels de l’Histoire, mais quand on raisonne en géopolitique, on ne peut que prendre en compte les données du problème selon une grille de lecture réaliste, et non idéologique…
    De plus le régime Chinois poursuit-t-il aujourd’hui les crimes de masse du passé ? Cela se saurait ! Tout comme notre République, qui, née dans le sang des Vendéens, est aujourd’hui que ça nous plaise ou non, encore en place et reconnue légitime dans le monde entier ! L’Histoire et la mémoire sont une chose, les biais idéologiques en sont une autre, il serait bon de ne pas les mélanger…
    Quant aux catholiques, minoritaires en Chine, il faut rappeler qu’ils sont à nouveau tolérés après des décennies d’interdiction et de persécutions, mais on ne peut pas reprocher à un Etat souverain de s’assurer que cette minorité religieuse ne serve de vecteur de subversion anti-patriotique pour le compte d’intérêts occidentaux…

  3. La France et la répression para-militaire des Gilets Jaunes est mal placée pour faire la critique …

  4. A Ludo72, je pense que le texte de B Antony est plus profond qu’ il n y paraît, que la CIA ait été à la manoeuvre en Chine paraît difficilement contestable mais à ce jeu il en est de même en Europe de l est sur la même période , le régime chinois a été responsable de crimes de masse et sans parti pris idéologique, la bienveillance dont bénéficie les régimes génocidaires de gauche en France cf Cambodge, Chine, Cuba etc s explique par ce prisme révolutionnaire français qui est la matrice idéologique de toutes ces dites révolution, quant à la non persécution en Chine, elle est moins importante en masse mais prend des effets plus diffus, quant à celle des catholiques elle ne s est pas arrêtée depuis la signature de l accord avec le Vatican cette année loin de là ,et l Église catholique n est pas le vecteur des intérêts occidentaux, loin de là .

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services