Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie

Il serait bon de voir le 13 janvier, en tête du défilé, l’épiscopat au grand complet

Lu sur le blog de l'Homme nouveau :

"Le dernier avatar de la bredine écologue est de nous servir une
resucée de la nationalisation des biens de l'Église au nom de la charité
républicaine. C'est un peu Madoff donnant des leçons de charité à saint
Vincent de Paul !
Évidemment, après avoir effacé des consciences toutes
traces de nos saints, ils réinventent le fil à couper le beurre et
l'eau tiède. Les restos du cœur sont une bonne chose mais enfin au XVIIe
siècle, l'abbé de Paul et ses Filles de la charité, avec plus de trois
cents ans d'avance sur monsieur Colucci, avait déjà inventé le concept. À
la différence que les « people »de l'époque, n'en profitaient
pas pour se pousser du col et redonner du lustre à leurs ventes de
disques, mais au contraire dans un humble anonymat, participaient
financièrement et physiquement, comme Louise de Marillac, aux
distributions de vivres et de vêtements aux plus démunis. […]

"En
réponse aux diatribes chancies de l’égérie des sinoples, aux anathèmes
des atrabilaires et autres succubes saphiques, il serait bon de voir le
13 janvier prochain, en tête du défilé parisien, l’épiscopat au grand
complet
, car la place du chef est d’être en tête et non pas de traîner
les pieds. Cela redonnerait du courage à ceux qui, lassés de la
douceâtre guimauve épiscopale, s’éloignaient d’une Église qui confondait
humilité et misérabilisme et qui mettait le mot vérité au pluriel. Alors
ce 13 janvier, un triste mois dans l’histoire du royaume de France,
nous allons rallumer la flamme, non pas celle du soldat inconnu, mais
celle de la foi, qui parfois jusqu’au martyre a défendu la vérité. Alors
on prépare le pique-nique, les thermos car le vent sera frisquet, et
l’on vient défiler. Personne ne reste à regarder la télévision, car ce
n’est pas le défilé du 14 juillet, il s’agit de savoir si vous voulez
voir ces ratatinés de l’encéphale mettre en œuvre leur cauchemar
idéologique ou si nous allons les renvoyer dans les institutions
spécialisées où l’on s’occupe des délirants et autres fielleux en état
de manque
. Que
même ceux qui ne peuvent pas marcher viennent avec des pliants, ils
distribueront des boissons chaudes aux marcheurs et les encourageront.
Cette marche est comme une fête d’obligation, personne ne doit s’y
soustraire !
Et madame Duflot qui veut encourager la marche à pied, z’elle devrait se réjouir."

Partager cet article

6 commentaires

  1. Elle est bien bonne : vous avez demandé l’autorisation de Barjot? Ou faudrait-il que les évêques viennent en jeans et baskets, avec des écharpes roses et des banderoles en faveur du PACS ?
    Bien sûr qu’il nous faudrait nos évêques, mais commencez par donner des gouttes aux laïcs hystériques pour qu’ils se calment et reviennent à la raison.

  2. Il y a déjà au moins 3 évêques qui ont dit qu’ils venaient … et les organisateurs de la manifestation ont l’air plus raisonnables dans leurs consignes.
    L’idéal serait bien sûr qu’ils soient tous là, bien visibles, sur au moins deux rangs, avec soutane et calotte.
    Ça en jetterait et ferait plaisir à tant de catholiques de se sentir soutenus par leurs évêques, non seulement par leurs prières, mais aussi par leur présence affirmée sans complexes.

  3. Il y aura bien plus de trois évêques le 13 à arpenter les rues de Paris et c’est tant mieux. Mais heureusement, contrairement à ce que le quidam de l’HN demande, ils ne seront certainement pas derrière une bannière comme les maires avec leurs écharpes, mais disséminés avec les citoyens ordinaires, en tenue d’évêque ! Nous défilons en tant que citoyens français – en majorité catho bien sûr-, pour l’abandon de la loi Taubira, c’est tout. C’est mon opinion et je la partage !

  4. Excellent commentaire…Je suis ravi de lire -enfin- ce que je proclame autour de moi depuis longtemps : Bravo, certes, à M. Colucci d’avoir institué ses Restau du Coeur car il aurait pu dépenser son argent égoïstement, mais il n’a strictement rien inventé qui n’existât déjà. Idem pour les hôpitaux où les bonnes soeurs oeuvraient gratuitement, etc…etc…La Charité avec un grand C ce ne sont pas les socialos de tout bord et la Gauche Caviar qui l’ont inventé, contrairement à ce qu’estime – de mauvaise foi – une certaine Madame DUFLOT. Mais chacun a bien compris que cette dernière, avec son attaque ad hominem, essaie de disqualifier l’Eglise Catholique pour empêcher cette dernière de gêner la Gauche dans ses propositions de loi mortifères : heureusement il n’y a que les “gogos” qui sont dupes.

  5. Oui, il y a eu les Filles de la Charité mais bien avant les ordres hospitaliers et bien avant encore – c’est à dire depuis toujours à partir du Christ. il est bien écrit dans les Actes des Apôtres que ceux-ci ont dû nommer des laïcs pour s’occuper des oeuvres de charité car sinon ils n’avaient pas assez de temps pour accomplir leur mission propre de prêtres.
    Duflote, la Subito Santa, elle n’a dû retenir des Actes que la phrase “ils mettaient tout en commun” et que cela ne concerne que l’Eglise parce que, pour sa part, elle ne serait pas trop partageuse, sauf en admonestations.
    Bref, le “social” a toujours été une préoccupation de l’Eglise. “Ventre affamé n’a pas d’oreilles”.
    La différence avec la Duflote et ses affidés est que, pour plaire à Dieu, on doit accomplir les oeuvres de miséricorde dans le silence, sans s’en vanter, et avec la préoccupation de sauver les âmes car ces dernières sont immortelles.
    Duflote, elle, doit penser : on les pique et plouf ils tombent dans le néant éternel. Quelle économie !
    Avant cela il faut quand même loger les citoyens afin qu’ils travaillent et rapportent des sous pour la faire bien vivre, elle.

  6. Merci pour ce trés bon texte, qui sur le ton de l’humour lance une bonne invitation à l’episcopat. Ils sont nos Pères, les Pasteurs du troupeau, alors pour ne pas laisser les brebis se faire dévorer par l’ennemi et par les divisions, il faut ètre à leur côté, il faut les accompagner dans la bataille, montrer la charité de leur coeur pour les àmes que Dieu leur confie.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.