Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Il s’agit d’un débat sur le métissage national

Le débat sur l'identité nationale lancé par Eric Besson, sur ordre de Nicolas Sarkozy, n'est pas seulement une stratégie pour récupérer des voix au FN, mais est surtout une opération de propagande sur le métissage. Le ministre l'a déclaré lui même :

"La lettre de mission que j’ai reçue du président me dit : “Notre nation est métissée. L’immigration constitue une source d’enrichissement permanent de notre identité nationale”. On a un président de la République qui a dit : “Je suis un homme de sang mêlé à la tête d’une nation métissée"."

Polémia précise :

F "C’est là une constante de l’opinion de Nicolas  Sarkozy, dont la seconde femme, Cécilia, se flattait «de n’avoir pas une goutte de sang français». Dans son livre-programme de juillet 2006, Nicolas Sarkozy écrivait, lui (p. 280) : «Je pense que les Français attendent une France d’après. (…) C’est une France où l’expression “Français de souche” aura disparu[…] Dans cette même veine, Nicolas Sarkozy a déclaré, le 17 décembre 2008, à Polytechnique, temple du mérite républicain : «L'objectif, c'est relever le défi du métissage. (…) Ce n'est pas un choix, c'est une obligation.[…]»

François Fillon n’est pas en reste : à La Réunion, le 9 juillet 2009, il a parlé «d’une France unie, une France multicolore, qui n’a jamais eu d’autre drapeau que le drapeau tricolore [sic !] (…) Une France qui poursuit son travail millénaire de métissage [Re-sic !]. Quant à Jean-François Copé, il a précédé le grand débat annoncé sur l’identité nationale par cette déclaration au Monde, le 17 octobre 2009 : […] «Que l’on arrête de faire croire à nos enfants que nos ancêtres étaient tous des Gaulois.»"

Pour Polémia, ce grand débat est une façon d'enterrer ce qui fait l'identité de la France : son ethnie, sa catholicité, son histoire, sa culture, sa langue. Nicolas Sarkozy devrait se méfier, lui qui déclarait à Ryad, le 14 janvier 2008 :

"Mes chers amis d’Arabie Saoudite, il ne s’agit pas de chercher à imposer un modèle unique de civilisation. (…) Ce serait nier les identités. (…) Rien n’est plus dangereux qu’une identité blessée, une identité humiliée."

Partager cet article

2 commentaires

  1. c’est surtout un gros piège électoral pour éliminer un peu plus la concurrence et concentrer davantage le pouvoir au BHV, un peu comme en Chine , somme toute…
    Pendant qu’on fera de l’agitation sur ce thème , on ne parlera pas das sujets d’humanité que M.Léonetti, Madame Morano, Monsieur Bourdouleix et consorts feront avancer en lousdé avec l’onctueuse onction de Monsieur Bertrand.

  2. « sang mêlé» : cette expression sent son Alfred Rosenberg, ou son Harry Potter ! Moi-même, je suis de « sang mêlé», ma mère m’ayant donné la vie avec un autre individu, un homme, et en plus qui n’était même pas de sa famille ! Bref, du n’importe quoi.
    Nation métissée ne veut rien dire. Choisir d’avoir des enfants métis est une décision personnelle qui n’a rien à voir avec aucune idéologie mais tout avec des sentiments pour un individu particulier, du moins en principe. Nation métissée renvoie à des critères de “race” qui n’ont pas de fondement biologique.
    Enfin, le concept de Nation métissée s’oppose à celui de société multi-ethnique et multiculturelle que Nicolas Sarkozy comme les associations antiracistes n’ont cessé de nous vendre : il faudrait choisir.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]