Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture : cinéma

Il n’y a pas que le FN qui agace le monde de “l’art” porno-contemporain

Cette fois, les médias s'attaquent à la mairie de Tourcoing, dirigée par un certain Gérald Darmanin… porte-parole de Nicolas Sarkozy. Le sacrilège ? Son adjoint à la culture a fait déplacer dans une salle pour "public averti" une quinzaine de photographies représentant des prostituées et leur lieu de "travail", qui étaient exposées dans le cloître de l'hospice d'Havré à l'occasion des rencontres de la photographie. L'équipe avait pourtant annoncé la couleur aux électeurs :

"On sait d’ailleurs que [l'adjoint à la culture] entend connaître le contenu précis des expositions à venir et que certains sujets proposés ont déjà été retoqués. De là à parler de censure municipale dans le domaine de la culture, on reprend juste les mots de Gérald Darmanin, candidat à la mairie (notre journal du 19 février). « Un homme politique n’a pas à critiquer une œuvre. Mais la politique culturelle ne correspond pas aux attentes des Tourquennois… » Tout était dit."

La liberté artistique a un prix : se passer de subventions. Mais le non-art le peut-il ?

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

5 commentaires

  1. Bravo pour la question finale ! Le non-art , il fallait le dire , n’existe QUE parce qu’il est subventionné ! On assiste à un retour du bon sens dans tous les domaines ; merci au salon Beige de se faire son porte-parole !

  2. Est-ce que des photographies représentant des prostituées sur leur lieu de “travail”, c’est de la culture, de l’art ?

  3. On cherche de l’argent ?
    Programmez l’extinction fin 2015 des subventions publiques incontrôlées : le seul financement envisageable est celui que s’appuiera sur l’intérêt réel du public.
    c’est le principe du “chèque culture”
    La collectivité finance un montant par citoyen. Ce dernier décide de l’affecter à l’objet culturel de son choix.
    => Baisse des dépenses publiques
    => Financement de l’art caché
    => Disparition progressive de la téléréalité et des ordures ménagères exposées.
    => Assainissement civilisationnel

  4. Bravo à Gérald Darmanin.

  5. Le non art constitue du blanchiment d’argent.
    C’est un système de corruption mis en place uniquement dans le but de créer une économie parallèle permettant de mobiliser un argent considérable.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services