Bannière Salon Beige

Partager cet article

Communisme

Il ne faut pas attribuer à Staline la victoire de la Seconde Guerre mondiale

Il ne faut pas attribuer à Staline la victoire de la Seconde Guerre mondiale

Selon le métropolite de Volokolamsk Hilarion :

« Pour beaucoup de personnes, dans notre pays, surtout pour ceux de l’ancienne génération, la victoire de la Seconde Guerre mondiale est la victoire personnelle de Staline. Selon le dernier sondage de l’institut « Levada Center », 51% des Russes considèrent la personne de Staline avec admiration, respect ou sympathie. Et c’est l’indice le plus élevé des 20 dernières années. Selon vous, un certain danger ne se cache-t-il pas derrière les résultats d’un tel sondage ? »

« J’appartiens à la catégorie de personnes qui regardent Staline sans admiration et sans sympathie. Sur cet homme repose la responsabilité des répressions qui se sont déchaînées dans les années 1920, et particulièrement les années 1930. L’Église a clairement exprimé son attitude envers ces répressions en canonisant les nouveaux martyrs et confesseurs – ceux qui sont connus nommément et ceux dont on ne connaît pas les noms. Chaque fois lorsque surgit ce sujet, je rappelle que, non loin de Moscou, il y a le « polygone » de Boutovo. C’est là que doivent se rendre ceux qui admirent Staline, qui vénèrent cette figure, pour voir à quelles conséquences a mené sa politique. La victoire de la Seconde Guerre mondiale est le résultat de l’exploit de toute la population. Le peuple entier s’est dressé pour défendre le pays et a remporté la victoire dans cette guerre sanglante. Quel était ici le rôle personnel de Staline, cette question entraîne beaucoup de débats, dont ceux qui concernent ses agissements destinés à affaiblir l’armée dans les années 1930, alors que de nombreux chefs militaires exceptionnels ont été fusillés, car ils étaient soupçonnés de trahison, et l’armée s’est trouvée totalement non préparée pour la guerre. On peut se rappeler que l’on avait averti Staline de l’attaque imminente qui se préparait, et il ignora ces rapports, dont celui du célèbre agent Richard Sorge. Aussi, on ne saurait dire que la victoire de l’Union Soviétique lors de la Seconde Guerre mondiale est le mérite de Staline. Je pense que c’est le mérite de tout le peuple, qui a été attribué à Staline en raison du culte de la personnalité. Je ne pense pas que maintenant, à notre époque, il faille faire renaître ce culte de la personnalité ».

Partager cet article

6 commentaires

  1. Laissons écrire l’Histoire par des historiens, non par des idéologues, des moralistes ou des exégètes d’où qu’ils viennent…
    Que Staline ait beaucoup massacré et déporté tout le monde le sait et personne ne le nie. Mais réduire l’Histoire à une comptabilité macabre en occultant tout le reste en devient exaspérant, et du reste tout ce qui est excessif en devient insignifiant… Cela est valable pour tous les sujets et personnages historiques controversés d’ailleurs.

  2. On dit du mal de Staline, mais De Gaulle lui doit tout.

  3. La victoire sur la Pologne en septembre 1939 , oui, Quand même !

  4. Staline fut plus intelligent qu’Hitler, bien qu’idéologiquement frères, l’un a su tirer profit de la naïveté ou la bêtise d’un Roosevelt. Ainsi, grâce à ce président, les soviétiques ont bénéficié de la logistique américaine pour écraser la Werhmacht. La grande victoire de Staline fut d’avoir fait passer le nazisme pour l’unique ennemi et le communisme pour le grand allié des démocraties occidentales. Auprès des Ricains, Staline devenait “l’oncle Jo”. On efface donc l’ardoise du goulag car l’écrasement du nazisme était la priorité. Vision à très court terme qui va conduire le monde dans “une guerre froide”. Le communisme, et non le stalinisme, est une idéologie mutante qui s’intègre parfaitement au mondialisme actuel sans s’opposer, bien au contraire, à une autre idéologie : l’islamisme.

  5. Poutine, qui est admiré par certains milieux en France, a tendance à enjoliver le passé communiste de la Russie, le métropolite fait bien de rappeler les choses sur Staline.

Publier une réponse