"Il faut se méfier d’un dialogue où on ne parle ni de l’Evangile ni du Coran"

Josephe Fadelle, irakien converti, répond à l'Aide à l'Eglise en Détresse. Exceptionnel :

F"Peut-être que les Français, à travers mon histoire, ont découvert une réalité de l’islam, à savoir le sort des convertis. Un chrétien qui quitte l’Eglise ou qui ne pratique pas ne sera jamais inquiété. Dans l’islam, un converti est menacé de mort. […] J’ai reçu en France des menaces de mort de la part d’un imam. Il m’a dit qu’il m’enverrait quelqu’un pour me poignarder, et qu’il prendrait de préférence un mineur qui ne risque pas une grosse peine de prison. On m’appelait en pleine nuit au téléphone pour me faire entendre le son de la prière de la mosquée. J’ai dû déménager, m’éloigner des milieux arabophones avec lesquels je vivais. C’est dommage, j’ai beaucoup aimé ce temps de contact en France avec des musulmans. Nous avions instauré un beau dialogue. Au travers des conférences, j’ai d’ailleurs pu rencontrer beaucoup de personnes musulmanes. Une fois, l’une d’entre elles a fait 800 km pour venir assister à un témoignage. A la fin elle m’a dit : « J’ai peur de réfléchir et de creuser le sujet. Si j’en arrive à la même conclusion que toi, je me coupe de tout. C’est un déchirement ».

[…] Je porte un projet avec ma famille. Nous voulons que notre foyer soit ou devienne  un centre de prière ouvert à tous, où l’on pourrait prier par groupe d’âge et en famille. Si certaines familles éclatent, c’est que le Christ n’est pas au centre. Il faut mettre le Christ au centre des familles et au centre de nos vies. Notre maison s’appellera « la maison de Marie », beit maryam. Nous y pensons en lien avec l’Eglise locale bien sûr, et j’invite tous ceux qui le souhaitent à porter ce projet dans la prière.

[…] Aujourd’hui, je comprends pourquoi je suis en France, c’est là que le Christ m’attendait pour délivrer mon témoignage. Je suis infiniment reconnaissant à la France pour son accueil. Elle est fille ainée de l’Eglise. Aujourd’hui, la France est mon pays. Mes enfants y grandissent. Je ne me sens pas à l’étranger, je prends racine. Ce qui me coûte, ce que j’aurais voulu faire, c’est pouvoir témoigner dans mon pays d’origine, en commençant par ma propre famille. Le Seigneur en a décidé autrement. Je prie et je demande au Christ qu’Il touche leur cœur et qu’Il les rencontre. Comme ça, en Lui, je pourrais les retrouver. Je n’ai aucun regret de tout ce que j’ai quitté. J’ai tout gagné avec le Christ. Toutes les difficultés auxquelles je fais face servent à me rapprocher du Christ. Tout chrétien est appelé à prendre sa croix à la suite du Christ, et cela peut passer par des choses quotidiennes toutes simples, la patience, l’humilité. Cela donne une paix et une joie profondes.

Quelles sont pour vous les clés d’un vrai dialogue interreligieux, celui auquel le Pape nous invite ?

Je suis à 100% pour le dialogue. Je constate qu’aujourd’hui, il y a peu de vrai dialogue. Il y a des rencontres, des invitations, des échanges amicaux, des repas. Le principe du dialogue, c’est la divergence d’idées et le questionnement sur des points précis. Avancer dans le dialogue, ce n’est pas évincer les questions pour dire ce que l’autre a envie d’entendre, de peur de froisser. Il faut se méfier d’un dialogue où on ne parle ni de l’Evangile ni du Coran. Il faut parler en profondeur, réfléchir aux contradictions du Coran, étudier la biographie de Mahomet qui est un modèle à suivre pour tout musulman, aborder des points précis.

Par exemple ?

Par exemple, souligner tous les versets du Coran qui invitent au meurtre de l’infidèle. Il y en a plus d’une centaine. Comment faut-il les considérer ? Est-ce une parole de Dieu ? Pour bien dialoguer, il faut aussi bien connaître le sujet. Notamment le principe des versets abrogeant et abrogés. On peut tout trouver dans le Coran. Mais les versets qui invitent à la tolérance et à l’amour du prochain sont abrogés par les plus récents qui invitent à la violence. Quand je parle avec mes amis musulmans, je leur dis cette phrase que Massoud (le chrétien avec qui il partageait la chambre, ndlr) m’a dite : « Lis et comprends le Coran ». Il faut inviter à un travail de réflexion sur le Coran, en toute sincérité et honnêteté. Avec internet, plus personne n’est obligé d’aller vers des imams qui répondent par ce verset : « O vous qui croyez, n’interrogez pas sur des choses dont le sens, s’il vous était divulgué, pourrait vous causer de la peine. Un peuple avant vous avait réclamé ces choses, mais ensuite, il devint infidèle à cause d’elles » (sourate 5, verset 101-102). Par ailleurs, la condition d’un vrai dialogue réside aussi dans le témoignage de notre propre vie. Il est écrit dans l’Evangile: « Que votre lumière brille devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres et glorifient votre Père qui est dans les cieux. » (Mt 5,16)

[…] Les petits chrétiens d’aujourd’hui sont l’Eglise de demain ! S’ils ne sont pas correctement formés, qui prendra la relève ? Il m’est arrivé d’aller dans des écoles catholiques et de proposer aux élèves de se lever pour prier à la fin de la conférence. Je me suis fait reprendre par le proviseur qui ne souhaitait pas que je propose aux jeunes de prier. Que vont gagner les écoles catholiques à ne pas être vraiment catholiques ? Je voudrais tirer la sonnette d’alarme sur cette question du catéchisme. C’est plus important que tout le reste. Pourquoi les mathématiques seraient-elles obligatoires et pas le catéchisme ? Vous me direz que chacun est libre de croire. Mais comment un jeune peut-il choisir le Christ s’il ne le connaît pas ? S’il ne l’a pas rencontré ? Il faut investir sur le catéchisme. Le catéchisme n’est pas une option dans la vie d’un chrétien. Pourquoi l’est-il dans les écoles chrétiennes ? « Que sert à l’homme de gagner l’univers, s’il vient à perdre son âme ? » lisons-nous dans la Bible (Mt 16,26). Je lance un cri d’urgence."

16 réflexions au sujet de « "Il faut se méfier d’un dialogue où on ne parle ni de l’Evangile ni du Coran" »

  1. MLD

    Ecoutons tous, clercs et laïcs, ce cri d’un ardent converti :
    “Je voudrais tirer la sonnette d’alarme sur cette question du catéchisme. C’est plus important que tout le reste…
    Comment un jeune peut-il choisir le Christ s’il ne le connaît pas ?… Il faut investir sur le catéchisme…Je lance un cri d’urgence.”

  2. Hugues

    Quelle clairvoyance ! Bravo Monsieur Fadelle ! Moi, j’attends le réveil de notre clergé français, pour qu’il nous exhorte à la sainteté par le simple témoignage, par la remise au centre de nos vies de Dieu. Le caté, je l’enseigne moi-même, celui organisé par notre Eglise ne ressemble malheureusement à rien, d’ailleurs mes enfants n’y retiennent rien, même le voyage de fin d’année (choisi sans consulter les parents) sert à visiter les lieux de culte protestants et le musée des guerres de religion (où l’on apprend que les méchants catholiques ont tué les gentils protestants !!!). Il y a longtemps que les écoles catholiques ont renoncé au caté et à la prière, dans mon village, on ne voit jamais les enseignantes à l’église, le président de l’OGEC vient même de divorcer pour vivre sa passion amoureuse avec une autre femme divorcée… L’épiscopat est-il lâche et aveugle ? Je pourrais donner tant d’autres exemples de reniement…

  3. Exupéry

    Similairement, dans une émission récente sur E-Deo, le fondateur de N-D de Kabylie Mo(hamed)Christophe Bibb(lui aussi converti)se lamentait que chez les Catholiques on pouvait sur bien des points, constater que “la vraie foi avait disparu”.

  4. Jean

    “Mais comment un jeune peut-il choisir le Christ s’il ne le connaît pas ? S’il ne l’a pas rencontré ?”
    Quand j’étais étudiant, je fréquentais une aumônerie oecuménique. Un jour, le curé nous a dit avoir fait un converti… avant de préciser, en riant, avoir fit découvrir “Titeuf” à un enfant…

  5. Fontey

    Désolé d’être aussi direct:
    IL FAUT AIDER Joseph Fadelle: il a besoin de financer ses projets. Un homme tel que lui est un pont vers tous ceux qui en islam mûrissent dans leur coeur une conversion au Christ. L’aider c’est agir concrètement pour l’évangélisation des musulmans en France.

  6. SD-Vintage

    “Je voudrais tirer la sonnette d’alarme sur cette question du catéchisme. C’est plus important que tout le reste…
    Comment un jeune peut-il choisir le Christ s’il ne le connaît pas ?… Il faut investir sur le catéchisme…Je lance un cri d’urgence.”
    Tout à fait vrai. C’est le problème numéro un du catholicisme en France et probablement en Europe comme l’a constaté Benoît XVI. Les catholiques français sont totalement incultes en matière de foi. Nos seigneurs vous entendent.

  7. Michèle

    Nous en sommes au point où nous avons besoin qu’on nous rappelle des vérités de base. Les arabes musulmans ( devenus chrétiens) s’en chargent et s’en chargeront, je n’ai aucun doute la-dessus.
    La moindre des choses ce serait d’aider Joseph Fadelle, comme vous le dit @ Fontey, et pas seulement par la prière. Que suggérez-vous? De passer par l’AED, sans doute?
    Comment se fait-il, vu l’énorme succès de son livre, maintenant en livre de Poche, qu’il touche si peu de droits d’auteur comme il le dit lui-même ( voir l’intégralité de l’entretien ) ?

Laisser un commentaire