Il faudrait lutter contre la pollution morale

Lors de la messe de la Pentecôte, Benoît XVI a dénoncé :

"Tout comme il existe une pollution de l'atmosphère qui empoisonne l'environnement et les êtres vivants, il existe aussi une pollution du coeur et de l'esprit qui mortifie et empoisonne l'existence spirituelle".

"De la même façon qu'il ne faut pas s'habituer aux poisons de l'air -et en ce sens l'engagement écologique représente aujourd'hui une priorité- il faudrait en faire autant pour ce qui corrompt l'esprit".

"Il semble au contraire qu'on s'habitue sans difficulté aux nombreux produits empoisonnant le coeur et l'esprit qui circulent dans nos sociétés – par exemple des images qui mettent en scène le plaisir, la violence et le mépris pour l'homme et la femme".

"On dit que cela est la liberté, sans reconnaître que tout cela pollue, intoxique l'âme, surtout celle des nouvelles générations, et finit par conditionner la liberté elle-même".

5 réflexions au sujet de « Il faudrait lutter contre la pollution morale »

  1. Xtophe

    J’ai noté un autre passage de l’homélie du Pape très intéressant sur la collégialité [ http://mfile.akamai.com/6615/wmv/ktotv.download.akamai.com/15765/streaming/S0056692.wmv Positionnez le curseur à 53:00] :
    “La concorde des disciples est la condition pour que vienne le Saint Esprit ; et la condition préalable pour cette concorde est la prière. Ceci, chers frères et soeurs, est valable aussi pour l’Eglise d’aujourd’hui. Elle est valable pour nous, qui sommes ici réunis, si nous voulons que la Pentecôte ne se réduise pas à un simple rite ou à une commémoration, mais qu’elle soit un événement actuel de Salut. Pour cela, nous devons nous mettre dans une attente religieuse du don de Dieu, grâce à l’écoute humble et silencieuse de Sa parole. Afin que la Pentecôte se renouvelle dans notre époque, il faudrait – sans rien enlever à la liberté de Dieu – que l’Eglise soit moins essouflée par les activités et plus vouée à la prière.”

  2. Exupéry

    Un des risques majeurs de nos sociétés permissives et écolâtriques est d’opérer des substitutions perverses du fait de pseudo-similitudes au niveau de la pureté. On formate les gens pour qu’ils soient obsédés par la pollution de l’environnement, par contre toute pollution des mœurs est bienvenue et encouragée.
    Je connais un pays (nanti) voisin du nôtre où la même mère de famille qui s’applique à suivre scrupuleusement les directives concernant le recyclage des déchets de son pack de yaourts : (cartonnage, couvercles alu, pots plastiques dans trois poubelles différentes !) n’aura aucun scrupule à se rendre à une soirée locale (où elle retrouvera ses copines) de vente de “jouets sexuels”. Elle le fera avec me même naturel que sa grand-mère lorsque celle-ci se rendait à des soirées “Tupperware” ! Le souci de pureté a migré, loin de l’âme, vers les poubelles !
    (N.B. pour ceux qui n’ont pas connus les années 50, Tupperware : boites plastiques pour frigo vendues par des ménagères volontaires à leurs connaissances ou voisinage, autour d’une tasse de thé et de papotages…)

  3. Sancenay

    oui, le principe d’écologie étendu à l’homme est un excellent chemin pour le respect de l’harmonie naturelle*.
    terme préférable à celui d'”ordre naturel” qui suscite aussitôt la levée des gourdins de la tolérance !…

Laisser un commentaire