Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France / Immigration

“Il faudra les buter jusque dans les chiottes”

“Il faudra les buter jusque dans les chiottes”

De Pierre-Marie Sève, Délégué général de l’Institut pour la Justice :

Chers amis,

« Nous poursuivrons les terroristes partout, même dans les toilettes s’il le faut. On les butera dans les chiottes, la question est close. »

Cette déclaration est celle d’un Président qui faisait face au terrorisme. De fait, un an plus tard, il avait vaincu son ennemi, et la vague terrible d’attentats qui avait frappé son pays s’était arrêtée. Savez-vous de quel président il s’agit ? Est-ce le Président français, Emmanuel Macron ? Non, c’est Vladimir Poutine, président de la Russie.

Une autre citation :

« Si en ce moment certains responsables de ces activités terroristes m’écoutent, nous allons mettre tout en oeuvre pour les retrouver et pour les châtier. Nous emploierons tous les moyens que la loi nous donne. Avis aux amateurs. »

Et celle-ci, serait-ce Emmanuel Macron ? Non, toujours pas.

C’est Charles Pasqua en 1986, ministre de l’Intérieur français, décédé en 2015. Charles Pasqua et Vladimir Poutine ne sont certainement pas des saints. Mais ils possèdent une qualité qu’aucun de nos dirigeants ne possède : la fermeté. À l’heure de vaincre le terrorisme, c’est d’un Vladimir Poutine ou d’un Charles Pasqua dont nous aurions besoin en France.

Ils ne font pas de déclarations tous les quatre matins. Lorsqu’ils parlent de régler le problème du terrorisme, ils le disent une seule fois, puis ils le font. Vladimir Poutine a mis fin à la terrible vague d’attentats de 1999. Charles Pasqua a débarrassé la France du terrorisme basque.

C’est de cela dont nous avons besoin. Des mesures fortes, pas des demi-mesures. Elles feront grincer des dents, elles seront même violentes pour certains. Mais sans cette fermeté, nous ne règlerons jamais aucun problème.

L’affaire de Conflans Sainte-Honorine, qui a horrifié tous les Français normalement constitués, est une honte. C’est d’abord une abomination que des êtres humains en arrivent à une telle barbarie. C’est ensuite une honte, pour tous les niveaux de l’État, que des hommes capables d’en décapiter d’autres circulent en liberté sur notre sol.

De ce que la presse nous a appris, plusieurs choses posent sérieusement problème :

  • L’assassin, Abdoullakh Anzorov, est un tchétchène de 18 ans, habitant Evreux, dans l’Eure, dans un quartier sensible (comme d’habitude).
  • L’assassin a beau être de nationalité russe, il vivait en France depuis ses 6 ans.
  • Selon Le Figaro, sa famille avait reçu le statut de réfugié : l’administration française avait d’abord refusé ce statut, notamment car les services polonais avaient déclaré qu’ils n’étaient pas de vrais réfugiés. Mais la Cour Nationale du Droit d’Asile a cassé la décision et leur a accordé le statut de réfugié et toute la ribambelle de cadeaux qui vient avec.
  • Enfin, toujours selon Le Figaro, Abdoullah Anzorov avait commis, déjà, des faits de délinquance graves : dégradation d’un bien public et de violence en réunion. Étant mineur au moment des faits, il n’avait (comme d’habitude) pas été condamné, ce qui aurait permis au moins de détecter des tendances d’instabilité psychologique et de radicalisation.

Tous ces éléments de l’enquête montrent encore une fois des dysfonctionnements graves de notre système d’asile et de notre système judiciaire. Face à cela, il faut prendre des mesures courageuses.

C’est pourquoi l’IPJ demande :

  • La SUPPRESSION de la Cour Nationale du Droit d’Asile qui a failli lamentablement à protéger les français d’individus nuisibles, et son remplacement par les juridictions de droit commun.
  • La suspension de TOUTES les demandes d’asile en cours avant une profonde réforme du droit d’asile.
  • L’expulsion immédiate de TOUS les délinquants étrangers.
  • La fermeture de TOUTES les mosquées salafistes.

Ces propositions, nous les porterons sans relâche tout au long de l’année et demi à venir. En tant que nouveau délégué général de l’Institut pour la Justice, j’aurai l’honneur, avec Axelle Theillier, notre Présidente, de mener l’IPJ dans le combat qui s’annonce jusqu’aux élections 2022. Nous aurons besoin d’aide pour maintenir cette pression constante sur les hommes politiques. Pour nous y aider, vous pouvez nous faire un don.

Partager cet article

8 commentaires

  1. ce n’est pas ce que semble souhaiter le sinistre de la justesse

  2. Dans cette affaire, Poutine a raison. Les terroristes islamiques sont un réel danger pour la sécurité de la France et les Français. Il faut les évacuer tous, sans tarder, eux, leurs familles et même leurs rejetons. Un vieux proverbe nous dit : soigne le petit du serpent, il te piquera quand même.
    Malheureusement, la France est emberlificotée dans une toile d’araignée qui l’empêche de faire ce qui serait nécessaire pour la survie de la Nation : l’Etat de droit, la Constitution, les divers échelons de consultation avant une quelconque prise de décision, les recours des “victimes”, leur consentement pour être expulsées, les lois de Bruxelles…
    La France doit s’affranchir de toutes ces contraintes dans sa lutte contre l’islamisme qui tue. Ne sommes-nous pas en temps de guerre ? Et à la guerre comme à la guerre. Et nous reviendrons au système policé quand nous aurons nettoyé le pays.

  3. Contrairement à Poutine qui met ses propos en actes, Pasqua avec ses mouvements de menton n’effrayait personne et faisait même rire les enfants, comme l’autre avec son karcher …

  4. Je ne suis pas d’accord avec vous, la France a eu une réponse ferme face aux terroristes : elle leur propose une adhésion aux “valeurs de la République” ! Contraception, avortement, mariage des homosexuels, euthanasie, PMA/PMA, droit au blasphème, voilà de quoi troubler nos islamistes et les faire revenir à la raison face au rigorisme mental de Mahomet. Poutine n’a plus qu’à aller se rhabiller avec ses méthodes de barbare.
    Ne soyons donc pessimistes et défaitistes, les Lumières de la France vont éclairer ces consciences aveugles.

  5. ils pourraient commencer par les frontières.

  6. C’est l’islam qu’il faut combattre et non des terroristes ou des salafistes ou autre.
    C’est l’islam l’origine et la cause.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services