Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Il est chouette Hulot ?

Il est chouette Hulot ?

C’était à la fin du confinement. Dans ce temps où tout devait être réinventé à en croire l’exhibitionniste de l’Elysée. Et c’était le temps d’une réapparition de M.Nicolas Hulot.

Après avoir signé un appel paru dans le Monde du 6 mai « Non à un retour à la normale » et soutenu par 200 « artistes et scientifiques » qui appelaient à changer en profondeur nos modes de vie, de consommation et nos économies, car on sait que c’est dans le domaine du spectacle qu’on rencontre les exemples les plus pédagogiques de modes de vie frugaux et sobres, M.Nicolas Hulot a publié un MANIFESTE, 100 principes pour un nouveau monde, avec autant de phrases, soigneusement numérotées, commençant par « le temps est venu de…. ».

Pour vous mettre l’eau à la bouche, le n°1 est « Le temps est venu, ensemble, de poser les premières pierres d’un nouveau monde ».

Pourquoi 100 ? Sans doute le tropisme du chiffre rond, tellement il a fallu à l’auteur de répétitions lourdingues pour arriver à ce résultat. Exemples : le numéro 6 (Le temps est venu de ne plus sacrifier le futur au présent) et le numéro 78 (Le temps est venu de renoncer à ce qui compromet l’avenir) ; ou encore : le numéro 68 (Le temps est venu de la sobriété) et le numéro 69 (Le temps est venu d’apprendre à vivre plus simplement).

Et franchement, à étudier les 100 principes, on n’est pas ébloui. On y retrouve à coup sûr les mots magiques, inclusifs et ouverts ce qui est bien normal pour celui dont les votes aux élections présidentielles décrits dans sa notice Wikipedia démontrent un discernement sans failles, en 2012, J-L.Mélenchon puis F.Hollande, en 2017 B.Hamon puis E.Macron : 26 : Le temps est venu d’écouter les peuples premiers ; 51 : Le temps est venu des démocraties inclusives ; 52 : Le temps est venu de s’inspirer des citoyens ; 57 : Le temps est venu de l’égalité absolue entre les femmes et les hommes ; 59 : Le temps est venu d’exprimer plus qu’une juste gratitude à celles et ceux, souvent étrangers, qui dans nos pays hier et aujourd’hui exécutent des tâches ingrates ; 88 : Le temps est venu de la bienveillance ; n°91 : Le temps est venu de déclarer que le racisme est la pire des pollutions mentales…). Ceux qui s’abreuvent aux moyens audiovisuels publics ne sont certainement pas dépaysés.

Pour le reste, on dirait la litanie des portes ouvertes qu’on croit avoir enfoncées, un mélange de principes de management à la sauce OUI-OUI (n°13 : Le temps est venu de traiter les racines des crises ; n°77 : Le temps est venu d’arbitrer dans les possibles), de coolitude (n°21 : Le temps est venu de se rappeler que la vie ne tient qu’à un fil), de moraline très bas de gamme (n° 80 : Le temps est venu de lier notre je au nous [sic]).

Au final, « un ramassis de platitudes trempées dans l’eau bénite des bons sentiments, niaises à en devenir parfois gênantes » écrit la philosophe  et psychanalyste Sabine Prokhoris dans Libération le 21 mai. Si même Libération est critique !

D’un autre côté, le numéro 18 enjoint : Le temps est venu d’applaudir la vie, et le numéro 22 : Le temps est venu de respecter la diversité et l’intégrité du vivant, et on aimerait connaître la position de M.Hulot à l’égard de l’avortement.

Le principe n°73 (Le temps est venu de voyager près de chez nous) fait légèrement sourire à propos d’un animateur longtemps infatigable pour parcourir toutes les contrées les plus reculées du monde (Quarante émissions d’Ushuaïa). Conversion ou reniement ?

Au final, tout doit enfin concourir à l’émergence d’un nouveau monde (n°96 : Le temps est venu de croire qu’un autre monde est possible).

Alors, de deux choses l’une :

  • soit M.Hulot critique ce monde dit progressiste, global et qui croyait en la fin de l’histoire et on ne se plaindra pas trop alors de l’émergence timide de quelque bon sens sous couvert de platitudes et de niaiseries ;
  • soit M.Hulot considère qu’au contraire, un homme nouveau va naître, qui aura enfin compris ce que sont le monde et l’humanité, exprimant alors une sorte de vanité immense et de mépris concomitant pour ce qu’ont été nos parents et nos grands-parents, et les aïeux de nos grands-parents : une espèce arriérée, totalement dépourvue de lucidité, de résistance,  de capacité à apprendre de ses erreurs, d’intelligence collective, bref incapable d’expérimenter charnellement la beauté du monde et des autres (sauf les peuples premiers, bien  sûr mais, ça, ce n’est pas nous). Peut-être au moins pourrions-nous pourtant gratifier ces aïeux du sens de la gratitude et du courage, deux notions totalement absentes de l’énumération de M.Hulot ?

Enfin, tout étant dans tout (et réciproquement), Monsieur Hulot s’autorise la flexibilité la plus grande à travers deux principes eux aussi redondants, le n°33 : Le temps est venu de changer de paradigme et le n°38 : Le temps est venu de s’émanciper des dogmes. On comprendra donc que le temps est encore à venir d’une clarification de la pensée hulottienne. D’autant plus que,de façon quasi-emblématique d’un certain désordre intellectuel, la notice Wikipedia de Hulot se termine par « Il explique enfin son départ [NDLR : du gouvernement, via cette annonce impromptue et certainement digne d’un homme d’Etat, à l’occasion d’une émission radio-diffusée le 28 août 2018] par l’importance des lobbies dans les cercles du pouvoir » alors que le dernier de ses cent principes est « Le temps est venu de créer un lobby des consciences ».

C’est peut-être encore Wikipedia qui synthétise le mieux la pensée hulotienne, à l’article Chouette hulotte :

 « Chez la chouette hulotte, le mâle pousse un « hou-hou » sonore suivi par un « houu » plus long, une à quatre secondes plus tard. À la période des amours son cri est « Houou, hou, hououououououou » (hululement) mais parfois aussi un « Youih » ou un « kouwitt ».

Nicolas Hulot en est peut-être encore à la saison des amours, c’est tout le mal qu’on lui souhaite (on imagine sans peine la joie de vivre que doit irradier un foyer constitué de M.Hulot et de Mlle Thunberg…). D’ailleurs, on ne peut rien lui souhaiter de mauvais puisque l’espèce de la chouette hulotte bénéficie d’une protection totale sur le territoire français depuis 1976. Il est donc interdit de la détruire, la mutiler, la capturer ou l’enlever, de la perturber intentionnellement ou de la naturaliser.

Cette vaticination sans queue ni tête n’est finalement inquiétante que parce que M.Hulot, présenté comme une tête d’affiche lors de l’élection présidentielle de 2017 et comme une « prise de guerre » d’E.Macron, nommé ministre d’Etat, ministre de la transition écologique et solidaire des gouvernements Philippe I et II –du lourd, donc- est encore, dans le baromètre IPSOS duPoint du 4 juin 2020 concernant les personnalités politiques, en tête pour le % d’avis favorables : (50%), loin devant le deuxième, Olivier Véran [NDLR : véridique] et Jack Lang [NDLR : toujours véridique]. C’est dire à la fois la qualité moyenne du personnel politique français et l’état de discernement (n°83 : Le temps est venu du discernement…) de l’opinion publique française.

Nos aïeux étaient peut-être des arriérés mais ils savaient, eux, que l’enfer est pavé de bonnes intentions. Toutes ces bonnes intentions (auxquelles on pourrait ajouter maintenant les propositions de la Convention climat) nous promettent un monde terrifiant de contrôle d’Etat.

Par hasard des lectures, et pour goûter à l’air de ces aïeux arriérés incapables, voilà ce que disait Monsieur de Charrette lors de la guerre de Vendée (200 000 morts pour une population totale d’avant soulèvement d’environ 750 000 personnes) devant ses officiers (cité par dans la Préface de Monsieur de Charrette, chevalier du Roi, Michel de Saint Pierre, Folio 1977) :

« Notre patrie à nous, c’est nos villages, nos autels, nos tombeaux, tout ce que nos pères ont aimé avant nous. Notre patrie, c’est notre foi, notre terre, notre roi. Mais leur patrie à eux, qu’est-ce que c’est ? Vous le comprenez, vous ? Ils l’ont dans le cerveau, nous l’avons sous les pieds… Il est vieux comme le diable, le monde qu’ils disent nouveau et qu’ils veulent fonder dans l’absence de Dieu. On nous dit que nous sommes les suppôts des vieilles superstitions ; faut rire. Mais en face de ces démons qui renaissent de siècle en siècle, sommes une jeunesse, Messieurs. Sommes la jeunesse de Dieu. La jeunesse de la fidélité ! Et cette jeunesse veut préserver pour elle et pour ses fils la créance humaine, la liberté de l’homme intérieur ».

Partager cet article

3 commentaires

  1. Le temps est venu de ne plus lire ces niaiseries et de travailler avec des gens qui aiment la France et proposent des solutions.

    Le temps est venu de ne plus perdre son temps avec ces les litanies Hulotesques ni avec celles d’organisations bidon comme la Convention dite citoyenne.

    Il n’y a qu’une solution : la dissolution du Parlement et de nouvelles élections législatives. Une dose de proportionnelle serait enfin bienvenue.

    En attendant, merci au SB pour la belle citation de Monsieur de Charrette à la fin de l’article.

  2. Je ne suis certainement pas un grand intellectuel, même si je pense avoir une certaine culture, je ne suis pas un demeuré non plus mais quand je lis ces niaiseries issues sans doute d’un cerveau malade (je pense que ceux qui sont dans les asiles psychiatriques , un certain nombre sont capables de sortir de telles pensées) je n’arrive pas à comprendre, sansonnet ne parlons-nous pas la même langue ou alors “plus je t’embrouille, mieux je te b…..”
    La pensée de Mr de Charrette est tout à fait compréhensible, je l’adopte, finalement nos rigolos d’aujourd’hui n’ont rien inventé, les révolutionnaires étaient aussi doués qu’eux ce qui signifie aussi : aussi tordus. Donc Hulot et tous les guignols avec lui en commençant par le psychopathe de l’Elysée sont bien des vieux de l’ancien monde dirigé par satan et sa clique. Alors oui nous qui prions adorons, etc DIEU, nous sommes le nouveau monde, le seul le vrai, l’authentique nous avons la Vérité avec nous . Ils sont les esclaves d’une pensée dépravée, il n’y a rien à en tirer. Nous sommes la jeunesse, la jeunesse éternelle de Dieu. Sans Lui l’homme n’est qu’un caillou dans le désert ou une branche pourrie sur un arbre. AlorsMr Hulot convertissez-vous vite à la seule Vérité qui soit, ainsi vous nous épargnerez vos fadaises tout droit sorties de l’enfer

  3. Ce Janva* il est fort, c’est un régal de lire ses articles !!!
    Cependant, si il nous fait une liste savoureuse des litanies de l’invraisemblable “écoloautoproclamé” il eut été utile de rappeler que ceux qui ont changé le monde ont eu le courage et la pugnacité d’étudier les 99 raisons de dire ou faire des bêtises avant d’imposer l’unique vérité…
    Donc cet oiseau est un Grand Maître de l’Impéritie et un vrai messager des nouveaux prophètes sectaires…
    * je crois le connaître …

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services