Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Il est bien plus facile de lutter pour l’intégration scolaire dans une ZEP que dans une zone rurale

Tribune de Nicolas Pécari dans l'Incorrect à propos du nouveau plan Borloo en faveur de la banlieue :

Images-5"Chacun sait s’il n’est pas tartuffe que les moyens financiers ne font pas tout, bien au contraire, et que les fonds engagés jusqu’alors n’ont rien changé à la situation. Jean-Louis Borloo est à l’image de ce marin qui écope sa barque alors qu’elle prend l’eau de toutes parts. Elle finira par couler. Pendant ce temps nos zones rurales sont délaissées par les gouvernements successifs et leur voix ne semble pas porter jusque dans les arcanes du pouvoir. Le « focus » sur les problèmes relatifs aux banlieues est un vieux serpent de mer qui, depuis les années 80, c’est-à-dire l’époque où le modèle d’intégration à la Française a commencé à prendre l’eau, rythme l’indécision du pouvoir politique.

L’idéologie multiculturaliste s’en est mêlée et a pris le pas sur l’impératif d’unité nationale créant une société ghettoïsée et morcelée. Le fameux mot du général De Gaulle « on peut assimiler des individus, pas des peuples » prend alors tout son sens. Car c’est bien ici le sujet fondamental, tous ces « plans banlieues » ne vont pas en réalité dans la bonne direction, les moyens financiers sont impuissants face à cette impossible intégration, comment peut-on « en même temps » vouloir intégrer ces territoires et préserver leur identité culturelle et/ou religieuse bien souvent en contradiction avec nos lois (un tiers des musulmans plaçant les préceptes du Coran au-dessus des lois de la République) ?

Ces financements dithyrambiques sur les banlieues sont communs à la droite et à la gauche et le gouvernement d’Emmanuel Macron n’échappe pas au consensus, pas plus que le « très conservateur » ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer. En effet ce dernier, figure malgré lui du « en même temps » macronien, multiplie les sorties prônant un modèle d’enseignement conservateur tout en sacrifiant en parallèle les écoles des zones rurales pour concentrer son effort sur les quartiers dits « prioritaires », composés d’une immigration récente et souvent inassimilée.

Ce processus est au cœur d’une plus vaste idéologie colportée par les adeptes tant du multiculturalisme que de l’unité nationale qui veulent s’occuper en priorité des quartiers au détriment des zones rurales… Ces derniers ont peut-être encore la nostalgie de l’intégration « à la Française » à l’époque de l’Algérie, mais il faut bien se rendre à l’évidence : ce n’est plus possible en l’état actuel des choses. Les associations antiracistes y côtoient donc des associations catholiques ou d’autres soutenues par le ministre de l’éducation nationale comme Espérance Banlieue par exemple. Il faut dire qu’il est plus facile d’être dans le sens du vent. Il faut dire qu’il est bien plus facile de lutter pour l’intégration scolaire dans une ZEP que dans une zone rurale en voie de désertification. Ceci étant le résultat de fermetures de classes à répétition faisant suites aux coupes dans le budget au profit des « zones sensibles » et des quartiers prioritaires.

Le grand paradoxe de ces multiples « plans » budgétaires en faveur des banlieues est que tout en voulant favoriser l’intégration dans la République, ils produisent des territoires où l’assistanat et la haine de la France règnent en maître. C’est selon le bon mot de Churchill « nourrir le crocodile pour se faire manger en dernier ».

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

2 commentaires

  1. Creer la loi profite à tous et ci dessous proposition de loi pour éviter de profiter…
    https://www.senat.fr/leg/ppl16-510.html

  2. Excellent, la citation de Churchill ! Hélas…tristement vérifiable dans nos banlieues !
    Ainsi que dans les transports, d’ailleurs ! De plus en plus on rencontre des chauffeurs de bus d’outre-méditerranée qui n’ont que faire des personnes qu’ils transportent, et des contrôleurs dans les trains, frères-cousins-copains des conducteurs précités, qui seront ravis de soutenir leurs congénères en cas d’embrouille…
    Si on rencontre un contrôleur souchard, c’est le plus souvent un gros con de syndicaliste moustachu à la Martinez, qui ne lèvera pas le petit doigt pour vous !
    Expérience vécue…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services