Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Il a osé dire «L’homme devrait être un homme et la femme une femme», il a été déprogrammé

Il a osé dire «L’homme devrait être un homme et la femme une femme», il a été déprogrammé

La dictature LGBT a encore frappé. L’Opéra de Paris est revenu sur sa décision d’inviter le russo-ukrainien Sergueï Polounine, à venir danser à Paris.

Celui-ci avait été distribué dans une énième mouture du Lac des cygnes, dans la chorégraphie de Rudolph Noureev, qui sera donnée à l’Opéra Bastille, en février et mars 2019.

Aurélie Dupon, directrice artistiquede l’établissement, a expliqué :

«Je connais l’artiste talentueux qu’il est mais j’ai découvert de sa part des propos publics qui me choquent et qui ne respectent pas mes valeurs».

Terrorisme intellectuel… Dans une publication sur Instagram, l’artiste avait osé déclaré :

«A tous les hommes qui font du ballet, il y a déjà une ballerine sur scène donc pas besoin d’en avoir deux. L’homme devrait être un homme et la femme une femme. Les énergies masculine et féminine créent un équilibre. C’est pour cette raison que vous avez des couilles.» «Les femmes essaient désormais de l’emporter sur les hommes parce que vous ne les baisez pas.»

Evidemment cela peut paraître un tantinet vulgaire. Mais est-ce vraiment une raison pour déprogrammer un artiste ? Que diraient nos médias si la Russie de Poutine annulait la prestation d’un artiste français ?…

Partager cet article

7 commentaires

  1. Que ça fait du bien de lire quelques mots bien sentis qui disent clairement l’élémentaire bon sens ! Ce Sergueï Polounine me plaît ! Quand à la gaystapo, il va vraiment falloir trouver quelque chose pour leur faire fermer leur gu…, parce que ça commence à bien faire…

  2. Voila un danseur qui n’est pas efféminé!

    Ce qui est “choquant” et surtout navrant (y compris pour elle), c’est l’argumentation d’Aurélie DUPON.
    Et paradoxal : notre société n’a jamais été aussi laxiste, en particulier sur le plan des moeurs sexuels. Sans compter la pornographie imposée de partout. Et dette dame est “choquée” de ces propos, honnêtement bien moins violents, et plus sains, que toutes ces pratiques “libertines”…

  3. En gros il appelle les danseurs de ballet à danser comme des hommes, donc avec virilité.
    Vraiment rien qui puisse choquer sauf l’emploi du mot “couilles” qui ne choquera que la pudibonderie mal placée.
    Toutefois il aurait été plus inspiré dans ce cadre là de parler de “valseuses” mais il ne connait peut être pas les subtilités de la langue française.

  4. Il parait, dit-on, qu’à la phrase du danseur,
    Rabelais s’est retourné dans sa tombe pour applaudir et rire de bon cœur.

  5. S’il a du talent, il est regrettable de nous priver de ce danseur, mais il aurait dû se dispenser de sa dernière phrase… et de bien d’autres semble-t-il.
    Je regrette que cette décision vienne d’Aurélie Dupont qui a été une étoile inégalée, mais cela se comprend car de tels propos jurent avec l’atmosphère du Lac des cygnes…

  6. leurs valeurs ne sont pas les miennes! je m’en doutais…
    quelle honte ! ah si la même chose était faite en russie, quel ramdam aux journaux télévisés ou radios, la tyranie aurait été dénoncée!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services