Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

ICES : une histoire de ballons de baudruche qui se dégonfle

ICES : une histoire de ballons de baudruche qui se dégonfle

Breizh-info constate que le dossier est vide :

L’affaire de l’agression homophobe de la place Napoléon, à La Roche-sur-Yon, s’est dégonflée, comme une baudruche. Exit le saccage de stand, les violences et les injures. Un dossier vide, des témoignages de victimes présumées embarrassants, des débats sans fin autour d’un slogan de pacotille : en dépit des efforts des parties civiles à sur-qualifier l’événement, les faits sont têtus. Un chahut étudiant reste une potacherie, fut-elle blessante. Y compris les points Godwin les plus grossiers n’y feront rien.

Les distingués avocats de la Ligue des Droits de l’Homme et d’ADHEOS sont allés convoquer la nuit de cristal et « les heures les plus sombres de notre histoire » pour assurer le frisson dans une salle d’audience archicomble, suffocante, où les magistrats relevaient les manches de leurs robes noires. Vains raccourcis grossiers.

C’est qu’il fallait, de l’imagination, pour visualiser, au cœur du débat, la troupe para-militaire, marchant au pas cadencé décrite par les plaignants. Il en fallait d’autant plus que la présidente avait décidé de ne pas diffuser les images des vidéos des faits, au grand dam des défenseurs qui les ont réclamées à plusieurs reprises.

Deux préventions concernaient l’ensemble des 12 étudiants yonnais cités à comparaître. En premier : « entrave concertée avec voies de fait et dégradations à l’exercice de la liberté de réunion et de manifestation ». Et surtout : « injures publiques en raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre par paroles rendues publiques ». Les faits d’agression et de violences sur personnes, plus un larcin hautement symbolique, étaient reprochés à juste deux des manifestants.

La Cour s’est efforcée de déterminer la préméditation. Trois des prévenus ont déjeuné dans leur colocation ce 18 mai. Ils ont discuté examens et actualité locale. Un village associatif occupait une berge du marais artificiel et du zoo mécanique qui entourent désormais la statue équestre de Napoléon. Quelques barnums, des associations investies en faveur de la cause LGBTQIA+, des ballons et des étendards arc-en-ciel, des photos, des panneaux exposant des revendications interminables pour un monde plus gay-friendly. Toute cette propagande titille les convictions des jeunes gens en désaccord profond avec ce battage militant. Naît alors l’idée d’aller exprimer son point de vue…

Les prévenus ne se souvenaient plus bien des détails. La partie civile et la présidente les ont poussés dans leurs retranchements sans parvenir à en tirer d’aveux : il n’y a pas eu conjuration, tout juste une manifestation improvisée, pas vraiment réfléchie. C’est une bande de copains/copines de fac qui a pris le chemin de la place Nap’ en fin de journée, rameutant les amis des amis par SMS et les potes croisés en chemin. La préparation est inexistante, l’objectif assez vague et même les slogans seront à improviser.

La « horde fasciste » a déboulé sur une manifestation qui était en train de lever le camp, la clope au bec, les mains dans les poches. Deux trois slogans anti PMA-GPA plus tard, une poignée de « Homo-Folie, ça suffit ! », il s’est écoulé à peine trois minutes. Ni sang sur le pavé, ni gueule cabossée, tout juste quelques débris de baudruches colorées et une grille jonchent-ils le sol.

C’est mince pour qualifier une « entrave concertée avec voies de fait et dégradations à l’exercice de la liberté de réunion et de manifestation ». Les avocats de la défense ont eu beau jeu de pulvériser ce point de l’accusation façon puzzle. Jurisprudence à l’appui, la main sur le code pénal. « Comment nos clients auraient-ils pu entraver une manifestation qui était finie ? Pour qu’il y ait entrave, il faut qu’il y ait empêchement ! »

Au moment d’examiner les griefs d’injures homophobes, les avocats de la partie civile avaient l’œil qui frise. Échange de regards entendus avec quelques supporters de la cause LGBT présents dans la salle, geste d’apaisement vers le banc de leurs clients.

Droits dans leurs mocassins, les présupposés homophobes ont assumé, le slogan phare : « homo-folie, ça suffit ». Quatre d’entre eux ne l’ont toutefois pas clamé. « Nous ne sommes pas d’accord avec la surenchère de revendications des LGBT. Nous n’avons rien contre les personnes : c’est politique », ont-ils expliqué. Une interprétation qu’a déniée la partie civile : « Homo-folie, nous renvoie au temps où l’homosexualité était encore considérée comme une maladie mentale. C’est une injure traumatisante pour tous ceux qui ont connu cette époque. »

« Ce slogan existe depuis une dizaine d’année » ont pu établir les défenseurs. « C’est aussi le titre d’un livre qui figure au catalogue de la Bibliothèque de France, » a étayé l’un des avocats. « Difficile de donner un sens à la phrase « Homo-folie, ça suffit », si on interprète le terme comme « la folie des personnes homosexuelles », a noté un autre. Les escarmouches oratoires passées, la cour affectait d’entretenir le doute. Une posture sans doute nécessaire pour conserver une contenance quand aucun fait concret n’a encore été établi fermement.

Le pire était à venir côté partie civile avec l’analyse des faits de violence. Le seul prévenu concerné aurait pu être en droit de s’attendre à un raz-de-marée, au vu des faits décrits dans les médias les jours précédents. Ce fut un naufrage. Les deux victimes, un couple de septuagénaires à la tête de la Ligue des Droits de l’Homme de Vendée, faisaient état, l’un d’une incapacité de travail de 10 jours, l’autre d’une ITT de moins de 8 jours.

Le premier s’est lancé dans une description des faits que les défenseurs ont immédiatement identifiée non conforme à sa déposition. Ce que la présidente a également relevé. Puis son épouse a embrayé sur une histoire, là encore en contradiction avec les procès-verbaux, enjolivée de détails abracadabrants. Probablement ignoraient-ils que figurait au dossier une pièce comportant deux autres versions des faits, à travers la déposition d’un policier ayant dû rendre des comptes de n’avoir pas enregistré leur plainte le samedi soir. Les avocats des prévenus se sont chargés de leur rappeler. Immédiatement après le passage des étudiants, la BAC s’est présentée au village associatif. A l’issue d’une rapide enquête, il semblait établi que nulle violence n’avait été subie, que nulle injure n’avait été entendue et que tout allait bien. Au retour de la patrouille au commissariat, le couple de victimes était présent, indiquant souhaiter porter plainte pour violence.

Le policier, qui avait déjà discuté place Napoléon avec les deux personnes, s’est porté vers elles pour les entendre à nouveau. Il leur a expliqué qu’il était prêt à prendre leur plainte, mais qu’il ne s’agissait que de violences légères et qu’il « fallait un nombre de jours d’ITT déterminés », pour les caractériser comme délictuelles. Ce à quoi l’homme a répondu que s’il fallait des bleus, il en aurait. Il n’était alors pas blessé. Le lendemain, il se faisait prescrire 10 jours d’ITT à l’hôpital.

Comble de malchance, tandis que la manifestation a été intégralement filmée, il n’existe pas la moindre image des agressions. Le prévenu a nié, ferme face aux nombreuses relances de ses accusateurs. A l’issue des plaidoiries, son représentant, qui plaidait la relaxe, invitait la cour à ne pas tenir compte de l’ITT de plus de 10 jours au cas où les faits d’agressions seraient retenus, une requête a priori prise en compte.

A l’issue de près de 10 heures de débats, il ne restait plus dans le dossier des parties civiles outre les craquages de ballons et l’insoutenable spectacle d’une grille jetée au sol, que le vol d’un drapeau arc en ciel, trophée malheureux d’un potache désolé d’avoir transgressé un tabou. Les « live tweet » lancés au matin par la presse locale avaient fait long feu, en absence de révélation tonitruante.

Le procureur n’en a pas moins requis de deux à huit mois de prison avec sursis et de 100 à 200 heures de TIG. 3 des étudiants ont déjà été virés de l’ICES pour ces mêmes faits, les autres devront réaliser entre 1 mois et 2 mois de TIG imposé par l’institut s’ils souhaitent y poursuivre leurs études. De surcroît, l’établissement a collaboré activement avec les enquêteurs en identifiant les participants à l’événement et en communiquant leurs coordonnées à la police.

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

14 commentaires

  1. Bah, bon sang, une bonne pub pour l’ICES collabo lbgtazj… Sans oublier le diocèse!!!

  2. “« Homo-folie, nous renvoie au temps où l’homosexualité était encore considérée comme une maladie mentale. C’est une injure traumatisante pour tous ceux qui ont connu cette époque. »”
    Or “L’Organisation mondiale de la santé supprime, en 1990, l’homosexualité de la liste des maladies mentales.” (wikipedia), donc il y a presque trente ans. On comprend, avec des présumées victimes septuagénaires.

  3. Les responsables de la tristement célèbre et anti-catholique “Ligue des droits de l’homme”, ont donc simulé… Belle mentalité qui cependant n’étonnera personne. le mensonge est de longue date utilisé par ces groupuscules.

    8 mois de prisons avec sursis, c’est presque plus que pour un acte de viol dont le dossier est bancale, cela en dit long sur l’orientation et la soumission de la justice, mais qui pense encore que ce système soit impartial ?

    Le dossier est donc vide, comme nous le savions depuis le départ. Le fait d’étudiants dont l’esprit n’a pas été corrompu, ayant souhaité manifester une opinion contraire à la doxa déviante. Tout cela démontre, s’il le fallait, que l’ICES a bien sur-réagi en faisant ni plus ni moins ce que l’on peut qualifier d’une chasse aux cathos, sous la pression politique, médiatique, et d’une partie de ses cadres (cf. publication sur ce même site).

    Merci au SB de continuer son enquête sur le sujet…

    Merci à ces 12 jeunes (+ ceux qui n’ont pas été pris par la GestapoLGBT) pour leur action.

  4. J’espère qu’ils auront le même sort que les FEMEN qui s’en tirent toujours avec “quasiment” (j’exagère un peu !) les félicitations du jury : j’ai assisté “de visu” à des jugements à la XVII° chambre à Paris ; invraisemblable ! Un des grands arguments soulevé, non pas par la défense, mais carrément par le procureur : “c’est le seul moyen qu’elles avaient de de faire entendre”, etc…On est dans un “cas” que je qualifierai de “voisin”, mais on voit nettement les 2 poids 2 mesures dans le comportement des “officiels” dans ce type d’affaire.
    Si, comme on peut l’espérer, ladite affaire se termine en “baudruche”, la Direction de l’I(C)ES et l’Evêché n’auront plus qu’à “bien se tenir” (dans le ridicule, la forfaiture et l’ignominie, etc…)

  5. Il est effarant que la direction de l’ICES n’ait pas eu un comportement professionnel, en ne cherchant pas à établir la réalité des faits avant de condamner les étudiants.
    Compte tenu du peu de faits avérés, et je trouve tout de même les condamnations très lourdes.

  6. En proportion des faits, si les meneurs de mai 68 avaient été jugés avec la même sévérité que les étudiants de l’ICES, il y aurait eu jadis quelques exécutions capitales !

  7. En conséquences, quelques résolutions à prendre : 1) quand on est dans la résistance, on se cache et l’on prépare son coup pour ne pas se faire pincer 2) On doit devenir roués : aucune confiance dans cette justice pourrie à 80% et aux ordres de la F.M. 3) Enfin, nous, les adultes, devons créer un réseau discret pour nous entraider les uns les autres afin, par exemple, d’offrir des stages aux jeunes qui pensent juste, des logements à prix abordables aux jeunes couples que nous estimons, du travail à ceux qui le méritent. Il y a mille moyens d’exercer la préférence de ceux qui nous sont chers alors réveillons-nous ! Soyons conscients que notre solidarité est essentielle.

  8. C’est surtout la réaction de cette école (et de l’évêché, mais ça … on est habitués !) qui est remarquable ! les masques sont tombés !

  9. Moi, j’aime aussi le rose et le bleu clair …

    Le rose plutôt pour les petites filles et le bleu clair plutôt pour les petits garçons, mais sans être obligatoire pour autant…

    J’aime aussi contempler un arc-en-ciel au-dessus du Mont Saint Michel, sous l’averse, oui, un vrai arc-en-ciel qui appartient à tout le monde et que personne ne peut accaparer…
    Et pas une imitation grossière.

    C’est grave docteur, … pardon, Monsieur le juge ?

  10. Grève de denier du culte, l’évêque au pain sec…

  11. Comme le dit Gilles Tournier, nous devrions avoir l’identité de ces 12 courageux étudiants pour leur offrir, l’un un logement à prix d’ami, l’autre un bon job ou un stage de choix, un autre une voiture à prix cassé ou tout autre avantage, bref leur manifester notre reconnaissance. Ce serait aussi encourager de saines vocations parmi nos jeunes.

  12. il n’y a pas de vidéo, pourtant on a bien vu des jeunes , imitant Jésus au temple, mettre à bas deux porte-affiches, en passant leur chemin!
    honte à ces dirigeants de l’institut , pourtant catholiques, qui au lieu de soutenir leurs ouailles les ont blamés et rejetés
    honte aussi à ces prélats qui ne les ont pas soutenus non plus

  13. Il faut fuir cet établissement et ne plus verser un centimes à la farandole des momies sacerdotales, épiscopales et consors. Il faut les affamer. De tout manière autant devancer les fermetures et prendre les devants . Tout viendra si vite. Les vrais sans culotte sont les évêques de France.

  14. On aimerait la liste des personnes condamnées entre 2 et 8 mois de prison + 100 à 200 h de TIG ces dernières années avec la liste de leurs délits…

    “Justice” de ripoux

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services