Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Homosexualité : le Saint-Siège s’oppose à un projet français à l’ONU

A l'ONU, le Saint-Siège s’oppose à l’initiative lancée par le gouvernement français auprès des Nations unies pour lutter contre la discrimination envers l’homosexualité dans le monde. Mgr Celestino Migliore, observateur permanent du Saint-Siège à l’ONU, a pris ses distances avec un projet qui vise à

"demander aux États et aux mécanismes internationaux d’application et de contrôle des droits de l’homme d’ajouter de nouvelles catégories devant être protégées contre la discrimination, sans tenir compte que, en cas d’adoption, elles créeront de nouvelles et terribles discriminations".

O Il s’agit en effet d’un projet de « statement », et non d'une résolution, présenté par 47 États, mené notamment par la France, au titre de sa présidence de l’Union européenne. En septembre, la secrétaire d’État aux droits de l’homme Rama Yade avait annoncé ce texte, expliquant qu’«il s’agissait de lutter contre l’homophobie dans le monde et faire reculer la pénalisation de l’homosexualité».

Au Vatican, on explique que ce texte en réalité ne porte pas sur la « dépénalisation », mais sur une « non-discrimination universelle ». Le projet français sous prétexte de combattre une injustice, crée en réalité une nouvelle discrimination, et risque de donner lieu à une « instrumentalisation », qui irait contre d’autres droits fondamentaux, et notamment ceux de la famille. Ainsi, on pourrait attaquer tous les pays qui refusent de considérer l’union entre homosexuels comme un mariage, ou qui ne permettent pas l’adoption par des couples homosexuels. Ce texte, qui pose un principe de non-discrimination universelle, inviterait à intégrer dans tous les traités et textes internationaux la parité en fonction des orientations sexuelles.

Michel Janva

Partager cet article

4 commentaires

  1. Mais de quelle discrimination s’agit-il en fait ? Où la voit-on ? On revient à une forme de démesure semblable à celle du fameux logo “Touche pas à mon pote” lancé au titre d’une lutte contre un racisme purement fantasmagorique, mais créant un réel ostracisme.
    Un nouvel appel incitant à toute les dérives.

  2. L’ONU enverrait des casques roses s’assurer que la loi est bien appliquée au sein des Etats-membres

  3. Bien d’accord avec “free” : il faut se calmer sur l’homophobie. Quelques médias, membres du gouvernement ou d’associations sont peut-être obsédés par l’homosexualité, mais ce n’est qu’une question marginale par rapport à l’ensemble de la société et des problèmes à gérer.
    A force de monter en épingle, d’une manière exagérée, cet aspect de la vie personnelle, on exaspère les gens et les rend effectivement homophobe. Même manière d’agir que pour créer du racisme depuis quelques années en France !

  4. Le thème de l’homophobie fait partie du “prêt à penser” que nombre de gogos absorbent tant ils sont lobotomisés par les médias! Il en va de même pour nombre d’autres idées préfabriquées. Ainsi, la population téléphage devient incapable de réflexions personnelles objectives. Elle est charmée (dans le sens d’envoutée), par des films, des séries et tout le cortège des “matraquages de cerveau” tels que la série “Plus belle la vie” par exemple.
    Autant ne pas être dupe, lorsque des “décideurs” ont envie que les gens pensent de telle façon (pour faire passer une loi criminelle par exemple), ils n’ont qu’à appuyer sur les boutons de l’appareil médiatique qui n’est autre chose qu’une gigantesque “machine à formater les esprits en masse”. Personnellement, je trouve que cela est un régime totalitaire redoutable car il fait plier les gens en les lobotomisant .

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.