Bannière Salon Beige

Partager cet article

Liberté d'expression

Hollande-démission : témoignage d’un vacancier à La Baule

Extrait :

"Je me lève et commence à faire des photographies de l’approche de cet
avion qui traîne une banderole publicitaire. Il s’agit bien de l’avion
dont j’ai entendu parler le matin. Je continue à photographier l’avion tout au long de la plage jusqu’à ce qu’il disparaisse au dessus de la pointe de Penchateau.

Je commençais à repartir lorsque le CRS m’interpelle du haut de sa
chaise. Il me demande tout d’abord si j’ai pu lire le numéro de l’avion
.
Je lui indique que non. Il me dit alors de zoomer sur mes photographies. Je lui répond que je ne sais pas visionner les vues prises. Il insiste en me disant qu’il faut absolument qu’il puisse connaître le
numéro.
Je lui affirme que je ne peux rien pour lui et que de toute
manière l’avion est en règle car il a déjà été contrôlé plusieurs fois
par la gendarmerie.

Ma réponse l’intrigue. Il me demande d’où l’avion a décollé. Je lui dis
que je pensais qu’il avait décollé de l’aérodrome de La Baule. Il me demande alors si c’est un ULM ou un avion. Je lui indique que je
pense que c’est un avion car c’est ce que j’ai entendu le matin à la
radio. Je commence à repartir lorsqu’il me demande d’aller avec mon appareil
photographique au poste principal de CRS en bas de l’avenue de Gaulle.
Je lui en demande la raison Il me dit que c’est pour connaître
l’identité du pilote.
En effet aucun des CRS sauveteurs répartis sur la plage n’a pu voir le
numéro de l’avion. Ils pensent que c’est un avion maquillé en ULM. Je
lui indique que je ne peux rien pour lui et lui fais comprendre que je
trouve que cela fait loin d’aller au poste principal. Il me demande alors d’aller à un poste secondaire de CRS sous un drapeau
vert et me montre la direction. Je ne vois pas l’endroit qu’il
m’indique. Il me dit alors d’avancer. J’obtempère et prends la direction
indiquée.

A mi-parcours un CRS vient à ma rencontre et m’accompagne jusqu’au poste de secours. En route je lui demande ce que l’on me veut. Il me dit que l’on va me
prendre en charge pour m’emmener en zodiac ou en quad jusqu’au poste de
sauvetage principal. Je demande alors pour quelle raison. Il me dit que
la police souhaite avoir ma déposition
. Je répète à nouveau que je ne
sais rien de plus que ce que j’ai entendu le matin à la radio. J’arrive au poste secondaire de sauvetage . Un CRS commence à me parler
des photographies que j’ai prises. Un homme qui est en train de se faire
soigner répond pour moi que mes photographies sont floues. Le CRS me
demande alors que je lui dise ce que je sais sur cet avion. A nouveau je
répète que je ne sais que ce que j’ai entendu le matin sur France Bleu.

Il me demande si j’ai pris de nombreuses photographies et souhaite les
voir. Je lui précise que je ne sais pas visionner les photographies sur
mon appareil. A ce moment là, il reçoit un appel. Lorsqu’il a terminé sa conversation,
il m’indique que l’avion a été effectivement contrôlé et que je peux
repartir car il ne veut pas me faire perdre mon temps plus longtemps
(sic!).

De retour auprès de mes amis qui étaient restés sur la plage ceux ci
me disent que le CRS qui était sur sa chaise haute avait totalement
cessé de surveiller les baigneurs et m’avait suivi avec ses jumelles
jusqu’à ce j’arrive au poste de sauvetage
. En conséquence n’importe qui
aurait pu se noyer pendant ce temps là (12 à 15 minutes). […]"

Partager cet article

31 commentaires

  1. Ce photographe avait parfaitement le droit de refuser de repondre à la requête de ce CRS qui a outrageusement outrepassé ses prerogatives.

  2. Pour fouiller un appareil photo ou un smartphone, il faut un OPJ (officer de police judiciaire) doté d’une commission rogatoire d’un juge.
    Je vous prie de croire qu’il m’est arrivé d’envoyer paitre un gendarme, comme ça.
    Et quand on leur oppose le droit, ils se couchent.
    Jamais cet homme n’aurait dû suivre ces CRS en pleine illégalité. Il aurait dû demander à ceux-ci de revenir avec un OPJ et une commission rogatoire d’un juge.
    J’écris ça afin que vos lecteurs comprennent qu’on leur aurait fichu la paix. Et qu’on la leur fichera si pareil cas se reproduit.
    Je l’ai expérimenté.

  3. Je le trouve bonne poire d’obtempérer ainsi à des ordres infondés qui sont des abus de droit.
    Les CRS n’ont aucun pouvoir à nous dire où aller et que faire de nos photos, et la résistance commence à s’opposer poliment et fermement à des demandes, bien plus qu’à jouer les idiots.

  4. Police milice…

  5. Ces policiers qui ont bien entendu des ordres ont agi d’une façon digne des régimes totalitaires des paradis communistes.

  6. Ahurissant ! Que l’on ne vienne plus nous dire que la police fait un travail difficile, qu’elle est au service des citoyens etc. Cela fait quand même, à la lecture régulière du SB, pas mal de brebis galeuses qui lui confère, de plus en plus, un caractère de milice au service de la clique gaz-taubira

  7. Et l’on va encore me dire qu’il faut comprendre ces pov’ CRS ! Ils sont au service d’un régime totalitaire dont ils appliquent sans hésitations les ordres liberticides de surveillance et d’intimidation des opposants politiques, pendant que l’on se prépare à libérer en masse les voyous et les criminels? Il y a quelque chose de pourris dans ce pays.

  8. Payer pour s’occuper de la sécurité des nageurs sur la plage , les CRS preferrent faire du zèle politique dans le harcellement des estivants qui prennent en photo un avion passant dans le ciel !

  9. La volaille n’a vraiment rien d’autre à f… que d’emm… le monde… Ca devient vraiment délirant. Il faut vraiment que Valls et ses sbires aillent consulter un psy et se faire soigner…

  10. Ca fait partie des témoignages qui m’étonnent et dont je ne vois pas l’intérêt. La première question que j’aurais posé : pourquoi voulez-vous que je vous montre mes photos? puis au nom de quoi voulez-vous me contraindre à aller voir vos collègues.

  11. Intéressant ça !
    Les CRS Maîtres Nageurs Sauveteurs sont sur une chaise haute pour surveiller et ils n’ont pas de jumelles.
    Il manque toujours quelque chose pour que ce soit parfait.

  12. Pardon. Si ils ont des jumelles mais pas pour regarder les avions. De mieux en mieux.

  13. Le progrès est …vestimentaire !
    Autrefois ils étaient en chapeau sombre et en imperméable caoutchouté noir …aujourd’hui ils sont en slip de bain et teeshirt clair !

  14. Normalement un poste de secours doit avoir des jumelles et surveiller la plage et non les nuages. Faut-il qu’ils soient terrorisés par “gaz”…!Merci poue ce témoignage et pour le sang froid de cet ami, s’il s’était mis en boule, il se retrouvait aux galères….!

  15. C’est affolant! On croyait un récit venant d’un régime fasciste ou communiste des années 30. Et le plus effrayant est que les policiers de base sont visiblement prêts à obéir sans se poser de question et à accepter de se transformer en gestapo…
    Comme quoi, ce qui s’est pas ailleurs dans le passé peut advenir dans la France d’aujourd’hui: il y aura toujours suffisamment de salauds à accepter de faire le sale boulot.

  16. C’est une faute professionnelle très grave d’arrêter de surveiller la baignade et ce comportement des CRS-sauveteurs, qui obéissent à des ordres, montre que le gouvernement a très peur du Printemps français et particulièrement de cet avion très militant, ainsi que sa hargne contre le pilote; il faut que celui-ci fasse très attention à lui parce qu’il est bien + gênant que Nicolas Bernard Buss. Attention à la police politique et gare aux représailles…

  17. A lire l’article avec, en fond sonore, la musique du film “Le gendarme de Saint-Tropez”…

  18. Un pays de droit ???

  19. De pire en pire. Les CRS chargés de surveiller les baigneurs en mer (en cas de noyade) s’occupent d’ESPIONNER ce que font les baigneurs sur la plage ???? Ils vont plus loin en violant la vie privée des gens , en cherchant à connaître ce qu’il y a sur les photos ?? On croit rêver ! Honteux ! Les gens n’ont pas à faire le travail de la police et en plus ils sont vicieux puisqu’ils auraient voulu que le Monsieur DENONCE LUI-MEME … (balance sur le pilote) SCANDALEUX. Ceci est à dénoncer à Lucas Volonte.

  20. Une fois de plus, on voit quelle est la qualité et le courage des forces de l’ordre en France.
    Je viens d’en entendre encore un pérorer doctement sur la sécurité routière.
    J’aimerai bien que ces petits fonctionnaires, dont on vient d’apprendre à notre plus grande surprise qu’ils ne connaissent même pas correctement le code de la route, pérorent un peu plus sur leurs résultats à propos de la délinquance mais c’est vrai que leurs résultats sont insignifiants.
    je sais bien qu’un automobiliste, jusqu’à présent, n’a jamais agressé un membre de ces “chevaliers de la route” lors d’un contrôle mais vu le niveau de délinquance, ils pourraient finir par se faire baffer, les pauvres.
    Il est tellement plus facile d’agresser les enfants, les femmes, les vieillards et les jeunes non violents de la manif pour tous.
    Quant à l’attitude des CRS sur la plage, elle pose question pour ne pas dire plus, je dis bravo et admiration à ce courageux pilote qui lui est aussi une proie facile non violente à enquiquiner. J’aimerai bien savoir combien de gendarmes et de policiers on a engagé pour museler ce courageux pilote.

  21. Quel beau pays que la Hollandie !
    Liberté liberté chérie !
    Ah les pauvres CRS, quelles couleuvres doivent-ils avaler pour servir ce régime de plus en plus honni des français !
    Tant mieux ! Plus ils sont odieux et plus la révolte gronde ! Un jour il faudra bien “pendre la Gueuse au réverbère”, et “tout le monde y viendra”……………. !

  22. Les CRS avaient déjà déserté leur poste de surveillance à Mimizan en plein dans la période de pointe des vacances pour attraper le drapeau brandi par une seule personne sur la plage et sur lequel était écrit “Manu ça gaze?” lors du déplacement de notre ministre de l’intérieur sur cette même plage cet été. Or là-bas, le fond étant du sable, les vagues et le flux de la marée créent des cuvettes qui se remplissent ou se vident en fonction de celle-ci entrainant de forts courants qui vous propulsent vers le large. On appelle ça les baïnes. C’est traitre et peut faire se noyer beaucoup de personnes qui ne connaissent pas le phénomène car lorsqu’ils sont pris, ils sont entraînés vers le bord de la cuvette, plus au large, là où les vagues se cassent. Pris de peur de partir vers le large, ils luttent contre le courant pour revenir au bord et se noient lorsqu’ils arrivent épuisés au niveau des vagues qui cassent sur eux. alors que s’ils s’étaient laissés entraîner par le courant sans lutter, ils seraient arriver à l’endroit où cassent les vagues et seraient revenus frais et dispo avec elles sur le bord. Rares sont ceux qui le savent et même ceux là peuvent paniquer en se voyant partir vers le large sur les vagues qui cassent, c’est une réaction naturelle. D’où la nécessité d’avoir constamment des maîtres nageurs sauveteurs sur ces plages à surveiller non-stop, surtout en pleines vacances. Mais apparemment la tranquillité de Manuel Valls vaut bien la vie d’une personne emportée par la baïne .

  23. Hallucinant! Lamentable au delà du débile…

  24. Il s’agit ici d’un acte manifestement illégal.
    Par ailleurs, le CRS agissait en dehors de sa mission de surveillance de la baignade et de secours aux personnes.
    Soit, comme il est dit, il a interrompu cette mission et la baignade n’était plus surveillée. La situation n’entrant pas dans le cadre d’une urgence (mettre fin à une agression…) c’est donc très grave.
    Soit, ce CRS était installé là expressément pour surveiller le survol (légal) de l’appareil pour des raisons à la légalité obscure… Ceci serait d’une gravité extrême car tous les CRS du site auraient alors fait croire au public que la plage était surveillée alors qu’elle ne l’était pas réellement et ce à des fin de couverture d’un dispositif à la légalité douteuse.
    Sous Hollande et Valls, la répression politique semblerait alors plus importante que la sécurité des citoyens…

  25. Moi qui pensais et qui ai plusieurs fois témoigné qu’il fallait faire une différence entre les CRS des manifs de Paris et ceux des plages.
    Je dois bien avouer que je m’étais trompé.

  26. CRS, c’est la traduction de GPU en français. Et Manuel Gaz, c’est le cousin de Béria…

  27. On voit bien, dans cette histoire, la mentalité vicieuse des policiers français.
    Cela ne leur suffit pas d’outrepasser leur rôle en devenant une police politique. Il faut aussi qu’ils fassent faire leur sale boulot par les citoyens récalcitrants.
    A qui fera-t-on croire que la police fronçése ne dispose pas d’appareils photo ? De jumelles ? Ou simplement d’yeux pour voir, et de crayons pour noter ?
    Je sais bien que les fonctionnaires manquent toujours de “moyens” et que l’analphabétisme fait des ravages, mais tout de même…
    C’est dans les camps de prisonniers nazis et communistes que les autorités faisaient faire leur “travail” par des kapos.
    Dans un camp de prisonniers communiste en Europe de l’Est, on obligeait les détenus à se torturer mutuellement.
    Nous y sommes. Il ne faut pas se voiler la face : la France vit sous la botte communiste.

  28. Fini les achats de playmo ou déguisement policier/ gendarme!
    Hors de question de faire croire aux enfants qu’ils sont naturellement bons et prêts à nous protéger !!
    Je m’étonne que ce monsieur soit rester si calme. Il aurait du pretexter une entorse ou un appel l’obligeant à rentrer chez lui! Quel scandale…
    A bas la dictature !!

  29. Non mais c’est quoi ce délire??!!! Ils se prennent pour qui ces flicards?
    Je vous trouve bien poli et bien gentil avec ces agents de la “Stasi” française!
    Faut arrêter de leur montrer le visage bien gentil et bien légaliste des petits français bien élevés. Les racailles étrangères leur parlent comment elles??
    Faut leur faire sentir à ces sales collabos, traîtres à leur propre peuple, à leur propre race, que désormais ils ont toute la population farouchement contre eux.
    A jouer sur les mots et sur la Loi ils auront toujours le dernier mot, car la loi, le Système est précisément fait pour que nous n’ayons plus aucun droit et nous écraser.
    A fortiori lorsque leurs exigences sont plus que manifestement illégales!
    HL

  30. Mais de quel droit ???
    On rêve . Mais bon , le CRS voulait se faire bien voir . “Bravo à lui.”

  31. Imaginons ce qu’il pourrait arriver si un CRS de plage se met à ennuyer un touriste qui prend des photos d’un avion de lamanifpourtous et que les enfants du touriste en question étaient en train de se noyer… Que se serait-il passé ?
    Il y a des baigneurs sur la plage qui se seraient précipités au secours des enfants pendant que le CRS enquiquine le touriste… et si l’un des enfants du touriste mourait à la suite de la noyade, le CRS serait responsable de non-assistance à personne en danger…
    J’ai été en Bretagne cet été, me suis balader avec le tee-shirt de lamanifpourtous et je n’ai pas eu d’ennuis… Les seuls problèmes que j’ai eu étaient liés soit à la châleur ou à un soucis au genou droit…
    J’avais mon tee-shirt manifpourtous et me baladais avec un ami au festival de Lorient. Il faisait chaud et je me suis sentie mal. J’ai dû me réfugier à l’intérieur d’un stand écossais et la personne qui s’en occupait a été très sympathique…Elle m’a offert une bouteille d’eau et une bouteille de Coca Breizh, puis a prévenu les pompiers qui sont venus pour me réhydrater et m’ont emmené au poste de secours avec mon ami. Ma tension avait baissé et j’avais du mal à me tenir debout… Il faisait 30°C et le médecin des pompiers m’a recommandé de boire beaucoup… Surtout au festival et mon ami a dû prendre soin de moi. Deux heures avant, il m’avait demandé que je me repose, ce que je n’ai pas fait… Les pompiers de Lorient sont formidables et je les en remercie encore et toujours tout comme les gendarmes de Hoédic, la petite île en face de Houat.
    Après le festival de Lorient, nous sommes partis camper à Saint-Pierre-de-Quiberon, un petit village de la presqu’île. Très beau temps. Pas de pluie.
    A Houat, une balade éprouvante avec des escalades de rochers et je me fais mal au niveau du genou, car je suis en bermuda. Je déteste l’escalade et je le dis à mon ami… Alors, une décision est prise : lui, continue dans la foulée sa visite de l’île et moi, je reprends la route du bourg… Ensuite, on se retrouve à l’embarcadère et on reprend le bâteau… Arrivés à Hoêdic, je ressent une douleur inimaginable à mon genou droit. On visite le village et avant de le quitter, nous abordons les gendarmes. L’un d’eux me signale une infirmière qui pourra me donner un médicament et une pommade. Le gendarme me recommande de marcher doucement et de ne pas faire des efforts surhumains. Après la visite de l’île (elle est petite), je retourne au village et je demande à un habitant où se trouve l’infirmière. “A côté de la boulangerie”… Je vais à l’infirmerie et l’infirmière me reçoit. Je lui explique les douleurs au genou et elle me donne une pommade (qui est un gel) et un médicament (un comprimé). Elle me conseille de ne pas faire trop de marche et d’attendre que cela se passe…
    Avant de quitter Hoêdic, je revois les deux gendarmes qui m’ont été d’une aide précieuse et je les remercie de leur gentillesse. Ils ont vu que je portais un tee-shirt manifpourtous et ne m’ont rien dit.
    Le lendemain, la douleur avait disparue et nous avions pu mon ami et moi aller à La Trinité-sur-Mer et à Carnac.
    Puis, je suis rentrée pour retrouver mes cinq petits chats : Tigrette (10 ans), Kalinka (3 ans, un adorable matou noir et blanc), Ponpon (1 an), Freyja (1 an) et la petite dernière, Thorette (4 mois). Ils m’ont fait bon accueil dès mon retour.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services