Bannière Salon Beige

Partager cet article

Immigration

Histoire d’une (dés)intégration

Lu sur Daoudal Hebdo :

Y "Au début des années 90, le secrétaire d’Etat à l’Intégration était Kofi Yamgnane. François Mitterrand avait ainsi voulu récompenser le socialiste franco-togolais qui était devenu le premier maire noir d’une petite commune du Finistère, Saint-Coulitz [En fait, élu en 1989, il n'a pas été le premier maire noir, lequel, élu en 1983, a réellement réussi son intégration. Voir en commentaire. NDMJ]. Ensuite, il sera député à l’Assemblée nationale, de 1997 à 2002. En 1990, il avait été désigné Breton de l’année par Armor Magazine. Kofi Yamgnane est toujours président de la Fondation pour l’intégration républicaine.

Aujourd’hui, il annonce qu’il va se présenter à la prochaine élection présidentielle… au Togo. En 2010. Il avait déjà annoncé sa candidature lors des élections de 2005. L’affaire avait tourné court, car la Constitution togolaise exige que le candidat ait résidé sur le territoire national douze mois avant l’élection. Cette fois, il a pris soin de se trouver une résidence au Togo, où il réside effectivement. Et il a créé une association, Sursaut Togo, censée réunir autour de son nom les forces d’opposition. Et comme la Constitution togolaise exige également que le candidat soit exclusivement de nationalité togolaise, eh bien il va abandonner la nationalité française, qu’il avait obtenue en 1975 tout en gardant sa nationalité togolaise. En 1991 paraissait un livre à sa gloire, intitulé Kofi, histoire d’une intégration. En effet…"

MJ

Partager cet article

5 commentaires

  1. Pour l’anecdote, quand l’ambassadeur de France a annoncé sa nomination au gouvernement à ses parents, ceux-ci se sont exclamés : « Mais ce n’est encore qu’un enfant ! » En effet, dans son village Kofi Yamgnane est considéré comme tel parce qu’il n’a pas suivi tous les rites initiatiques.
    Je me souviens d’une de ses phrases en tant que secrétaire d’Etat : « La France est et restera toujours une terre d’immigration ! »

  2. Bravo, il est vraiment français celui-là, quand ça l’arrange ! c’est le pb des doubles nationalités.

  3. Bravo! Je trouve que c’est un exemple pour les autres immigrés, et une réussite. Il vient en France, il acquiert des connaissances, un savoir faire et il retourne dans son pays pour faire fructifier l’enseignement reçu. Le seul ennui c’est que ce qu’il a reçu ne semble pas le meilleur de ce que peut donner la France, c’est un peu « gauche ».

  4. http://elections.letelegramme.com/municipales-2008/regionales/bretagne/saint-briac-20080318-2725619_1261049.php
    Jusqu’où va la propagande immigrationniste ?
    Bien que les médias nationaux n’en aient jamais parlé, dès 1983 (1983, bien avant K. YAMGNANE), une commune du Maine et Loire, May sur Evre, a élu un maire d’origine noire, le vétérinaire de la commune, un neveu de l’académicien L-S SENGHOR, qui a élu réélu plusieurs fois et administré la mairie durant 19 ans….. Il a pris sa retraite, s’est installé à St BRIAC, en Ile et Vilaine, le pays de son épouse et a été a été élu maire de ST BRIAC en 2005, succédant à Brice LALONDE.
    Mais évidemment cet homme parfaitement intégré, marié à une française, est catholique pratiquant, et n’est affilié à aucun parti politique. Inutile donc de le mettre en valeur ce français africain maire durant 25 ans, alors que Kofi Yamgnane est membre du PS et passe pour être franc-maçon.
    C’est cela la propagande : masquer la réalité.

  5. Et des comme lui, il y en a des quantités. Maintenant, reste à connaître le comportement de ces binationaux en cas de conflit. Se sentiraient-ils encore français ?

Publier une réponse