Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

HHS : la Catholic Health Association refuse de négocier avec Obama

Lu dans La Vie :

"C'est un échec assez important pour l'administration Obama. Sa
réforme-phare de l'assurance santé, le HHS Mandate, a provoqué dès son
annonce l'an passé une levée de bouclier chez les responsables
catholiques et évangéliques: le projet prévoit en effet, on s'en
souvient, de contraindre tous les employeurs du territoire américain à
prendre une couverture sociale pour leurs employés incluant le
remboursement des frais d'avortement et de contraception. Sans succès,
les évêques ont demandé au gouvernement une exemption pour les
employeurs catholiques individuels mais aussi pour les structures comme
les écoles et universités catholiques, ainsi que pour les établissements
de santé confessionnels. Refus du président, qui a entrepris assez vite
une opération-séduction auprès de la Catholic Health Association, qui
regroupe les principaux hôpitaux catholiques.

Celle-ci s'était déclarée favorable à une négociation, qui a été
entreprise et menée ces derniers mois dans une grande discrétion. Mais
voilà: la Catholic Health Association a fait savoir hier qu'elle ne
souhaitait plus négocier avec l'administration Obama et qu'elle se
retirait du jeu.
C'est un coup important qui est porté là à la réforme, et une
remise en ordre de bataille qui s'opère côté catholique, à quelques mois
d'élections présidentielles à l'issue incertaine. Le revoilà pris en
tenaille entre les tenants de la liberté religieuse qui ne comprennent
pas de quel droit le gouvernement les forcerait à souscrire une
assurance qui finance ce qu'ils considèrent comme un péché, et les
défenseurs des droits des femmes qui souhaitent que toutes les femmes
puissent avoir accès à la contraception et à l'avortement quelles que
soient les opinions de leur employeur.

Une chose est certaine: les évêques dans leur majorité ne
souhaitent guère que Obama retrouve un second mandat. L'un d'entre eux a même fait sensation hier: Mgr Thomas John Paprocki a déclaré dans une vidéo postée sur le site de son diocèse de Sprinfield, Illinois qu'il "y
a beaucoup de points positifs et bénéfiques dans le programme du Parti
démocrate, mais [qu'il en] signale [certains] qui approuvent
explicitement des maux intrinsèques. Mon travail n'est pas de vous dire
pour qui vous devez voter. Mais j'ai le devoir de m'exprimer sur les
questions morales. Je renoncerais à cette obligation si je me taisais,
de peur de paraître 'politique'. […] J'ai lu le programme du Parti
républicain et il n'y a rien dedans qui soutient ou promeut un mal
intrinsèque ou un péché grave
"."

Partager cet article

2 commentaires

  1. Intéressant commentaire de « La Vie ». Comme quoi… Mais il comporte toutefois une erreur. La réforme de l’assurance santé est une loi fédérale : le Patient Protection and Affordable Care Act (PPACA), mieux connu comme l’ObamaCare. Elle a été promulguée par le Président Obama le 23 mars 2010. Le HHS Mandate – HHS mis pour Health and Human Services, ministère fédéral de la Santé ; Mandate pour décret –, est un décret d’application de l’ObamaCare, signé par le ministre fédéral de la Santé, la catholique [sic] Kathleen Sebelius, le 28 février de cette année (et non pas « l’an passé »). En outre, le HHS Mandate ne dispose pas de la couverture et du remboursement de l’avortement, mais de la couverture et du remboursement de substances abortives (type RU486, pilule dite du lendemain, etc.).

  2. Il ne faut pas se faire d’illusions:
    1) la majorité du clergé aux US est a l’image du clergé français: bien social-gauchiste. L’importance de la question de l’avortement les mets en porte a faux, et ces gens sont extrêmement mal a l’aise.
    2) il est interdit au clergé de prendre position pour un parti/candidat sous peine de perdre le statut fiscal qui permet aux dons d’être déductibles. L’Eglise est donc muselée par le pouvoir politique.
    3) On regrette toujours ne pas entendre plus et plus fort des voix proclamant que la vie n’est pas négociable, ET que le vote ne peut pas aller a des candidats pro-mort. La non-excommunication de personnes comme Sibelius (auteur du HHS), de Biden ou de Pelosi est tout autant scandaleuse et démontre la frilosité des évêques.

Publier une réponse