Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Henri d’Orléans est décédé. RIP

Henri d’Orléans est décédé. RIP

Henri d’Orléans est mort lundi 21 janvier dans la matinée.

 “J’ai la tristesse de vous annoncer le décès de mon père, Monseigneur le Comte de Paris, survenu ce matin. Je le confie à vos prières”, a annoncé son fils Jean. 

Il était âgé de 85 ans.

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

22 commentaires

  1. “comte de Paris” entre guillemets bien sûr (il n’y a jamais eu de comté de Paris)

    C’est bien d’avoir écrit “Henri d’Orléans” et non “Henri de France”, ce qu’il n’est pas

    RIP … il en a besoin de toutes nos prières !

    • “(il n’y a jamais eu de comté de Paris)” et si, à l’époque Carolingienne… De fait, le titre a disparu avec l’élection au trône d’Hugues Capet, puisque les Capétiens étaient auparavant comtes de Paris et ducs de France… Le titre fut relevé par Louis-Philippe, au profit d’un de ses fils, et ce de plein droit : les Orléans sont des Capétiens, et ne vous en déplaise, aussi des Bourbons, et de plein droit “de France”- Orléans est une ville française ! Les autres branches étant “de Parme” ou “de Borbon y Borbon” (pour ne pas dire Espagne) ou ” de Bragance”, mais pas “de France” !
      Inutile de jeter de l’huile sur le feu, ce qui n’a du reste aucune importance, la monarchie légitime étant interrompue depuis 1830 et la branche aînée française étant éteinte depuis 1883… A partir de là les jeux sont ouverts ; celui qui sera roi sera le premier fils de Saint Louis qui osera prendre la couronne et marcher sur les ruines de cette République infâme ; à partir de là, le prince qui aura le plus de c… sera celui qui emportera la mise et l’adhésion d’un peuple tout entier… Battons nous pour le principe, la question du prince se tranchera d’elle-même par l’Histoire et la Providence… Au stade où nous en sommes, la vraie légitimité ne s’ héritera pas, elle se construira par les actes et la bravoure… Si les “légitimistes” français veulent que leur cause finisse comme les Stuart ou les prétentions Carlistes, qu’ils continuent comme ça… L’Histoire s’écrira sans eux… L’Histoire n’a que faire de la “pureté” doctrinale ou dynastique ; l’Histoire c’est le rapport de force et la loi du vainqueur, cela a toujours été comme ça !

      Donc, que Monseigneur le comte de Paris repose en paix, bonne chance à son héritier le prince Jean !
      Et en ce 21 janvier nous pouvons donc dire : le roi est mort, vive le roi !

      • je parle de l’époque capétienne, bien entendu… ça ne vous a pas échappé que la dynastie a changé et que les Bourbons / Orléans sont des “Capet”. Donc je maintiens, le “comté de Paris” n’existe pas

      • “les Orléans sont des Capétiens, et ne vous en déplaise, aussi des Bourbons”

        Vous n’avez pas l’air de me connaître. Même si la justice ne leur a pas donné raison sur ce point, j’ai toujours considéré que les Orléans étaient aussi des bourbons. Evidemment puisque descendants d’Henry IV par les mâles

      • “Les autres branches étant “de Parme” ou “de Borbon y Borbon” (pour ne pas dire Espagne) ou ” de Bragance”, mais pas “de France”

        Les Orléans ne sont pas davantage “de France”… ils sont Orléans point final, que ce soit administrativement, juridiquement ou… historiquement

        Les Parme, les Deux-Siciles, les Luxembourg… sont même devant les Orléans dans l’ordre de succession de la couronne de France

        ne vous en déplaise

      • Ludo72, merci d’avoir mis les points sur les i.

        • merci de rétablir les faits. La vérité tout simplement. Merci aussi pour l’info du numéro 73. Je me posais cette question depuis quelques temps

        • sivolc , Ludo72 n’a mis aucun points sur i, comme je l’ai démontré. Il ment sur des points essentiels. C’est bien dommage (d’ailleurs on attend sa réponse, qui ne viendra pas, à coup sûr)

      • “L’Histoire n’a que faire de la “pureté” doctrinale ou dynastique ; l’Histoire c’est le rapport de force et la loi du vainqueur, cela a toujours été comme ça ”

        C’est évidemment faux, ce n’est en général pas ça

        curieux de se dire de droite et d’avoir des réflexes de gauche. La légitimité doit se fonder sur le droit naturel, le droit tout court. Pas sur un “rapport de force” car sinon on peut tomber dans la dictature à ce rythme. Vous tombez dans le relativisme, le gauchisme, car si vous refusez une tradition saine, un droit clair et sain, une moralité,… alors il n’y a plus de limites… vous êtes donc un relativiste… Que faîtes-vous alors sur ce site ?

        Cela ne m’étonne pas puisque la droite orlénaiste appartient à la gauche…. cette pseudo droite qui en 1872 a voté avec les républicains, la gauche, les anti-cathos, les francs maçons, ce qui a amené l’avènement de la IIIème République

        c

  2. “dans la matinée”.. peut-être même vers 10h22 ????

    • Si c’est vers l’heure que vous dites, il y aurait là un singulier clin d’oeil de l’Histoire… Encore qu’on ne puisse reprocher à Henri d’Orléans les faits et responsabilités de son aïeul en 1793…

      Paix donc à son âme, et prions pour que les relations entre la branche aînée et sa cadette d’Orléans s’améliorent et servent la cause monarchiste, nous aurions bien besoin d’un roi qui soit au dessus des partis !

  3. La vraie France; la république n est pas légitime en France. Elle est un fondement de notre décadence.
    Reposez en paix.

  4. Requiescat in pace !

  5. Date effectivement incroyable ! Ce qui est émouvant, c’est que le comte de Paris est parti juste après avoir consacré la France au coeur sacré de Jésus. Les Bourbons et les Orléans avaient déjà posé des gestes de réconciliation fin XIXè s. Le duc d’Anjou est né le jour de la naissance de saint Louis. Que de signes…

  6. Le “comte de Paris” ne pouvait pas consacrer la France, laquelle ne lui appartenait pas, il n’avait pas de droit sur elle, il ne la représentait pas. Pas plus que modifier des armes qui ne sont pas celles de sa famille. Sans parler du fait qu’en tant que FM :. de haut rang, il n’avait aucune légitimité à poser le moindre geste religieux. S’il voulait faire une chose officielle, il pouvait en faire une, claire et utile, qui eût peut-être un peu limité la malédiction qui porte sur sa famille régicide : abjurer la franc-maçonnerie ! Ce matin, une lune de sang, pour le 21 janvier, date de la mort de son arrière grand-oncle, le Roi, par les oeuvres de son ancêtre. Le voilà devant son juge. Il va lui falloir rendre des comptes. Que ceux qui en ont le courage prient pour lui !

    • entièrement d’accord. Merci de cette mise au point. L’Histoire et le droit sont 100% avec cette réinformation que vous nous faîtes

  7. Le comte de Paris est mort le 21 janvier 2018 peu de temps après avoir rajouté, au blason de France, le sacré Cœur. Très émouvant!!

    Vu sur le blog du Comte de Paris

    Discours du Chef de la Famille Royale de France, S.A.R. Monseigneur le Comte de Paris Duc de France, de jure Henri VII, prononcé le samedi 23 juin 2018 à Saint-Germain l’Auxerrois, lors de l’inauguration de la statue du Roi Saint Louis enfant offerte par le Prince et par l’Ancien Ordre Royal et Souverain de l’Étoile et de Notre-Dame du Mont-Carmel à l’ancienne paroisse des Rois de France.

    « En ce monde désaxé chacun regrette la perte de nos repères et celle de nos valeurs chrétiennes. Or la vie est un court passage sur terre et nous oublions que, de l’autre côté, nous aurons des comptes à rendre. Il n’est jamais trop tard pour comprendre ce qu’il est demandé à chacun.

    Pourtant un grand nombre d’entre nous se confie au démon pour les aider à acquérir argent et pouvoir. Peu d’entre eux comprennent que si le démon existe, c’est Dieu tout puissant qui lui permet d’exister.

    A chacun d’entre nous alors de faire ses choix et ne rejetons pas notre foi, source de vie.

    Prière de consécration de la France au Sacré Cœur de Jésus

    – Prions Sainte Marguerite Marie qui en 1675 demandait au Roi Louis XIV, mal conseillé, de consacrer la France au Cœur Sacré de Jésus, car c’est au centre de ce Cœur Sacré que se forgent nos destinées.

    – Prions l’Archange Saint Michel protecteur de notre Sainte Église et de la France Fille Aînée de l’Église pour qu’il nous assiste dans cette prière : défendez-nous dans le combat contre les démons déchaînés sur notre pauvre humanité devenue incrédule. Prince de la Milice Céleste repoussez en enfer par la vertu divine Satan et les esprits malins qui errent dans le monde pour la perte des âmes.

    – Prions Marie Immaculée, notre douce médiatrice : nous vous supplions très humblement, daignez intercéder pour nous. Demandez à Dieu qu’il envoie Saint Michel et les Anges pour écarter tous les obstacles qui s’opposent au règne du Cœur Sacré de Jésus dans nos âmes.

    – Prions pour que le feu de l’Esprit Saint descende sur nous afin de devenir pain de vie et que la coupe médiatrice devienne le saint calice au cœur de notre âme, et, par cette préfigure du Sacrement d’entre les Sacrements, puisse commencer la transfiguration de notre pays la France et celle de l’Univers en son entier.

    – Prions pour que dans cette communion, plus rien ne puisse nous séparer de rien ni de personne vivant ou trépassé, ainsi la communion des saints sera, plus rien ne nous fera peur car notre vie sur terre n’étant qu’un passage, nous ne mourrons pas et tout sera vivant à jamais.

    – Prions pour que nous autres humains, dans cette expérience, devenions des êtres liturgiques et ayant atteint notre royauté intérieure nous devenions le tabernacle du Cœur Sacré du Christ. Alors la vie tout entière deviendra la célébration de la “Racine”, ainsi que le disait Saint Jean de la Croix et l’humanité pourra s’écrier ainsi que le fit la Sainte Vierge Marie : “Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit est ravi de joie en Dieu mon sauveur.”

    – Pénétré par ces prières, moi Henri VIIème du nom, descendant des Rois qui bâtirent avec les Français ce pays béni de Dieu et des Saints de France, j’obéis humblement à la supplique de Sainte Marguerite Marie et je consacre la France, aujourd’hui en péril, au Cœur Sacré de Jésus.

    France, Fille Aînée de l’Église, souviens-toi de ton baptême, que le Cœur Sacré de Jésus soit à jamais ton bouclier pour les combats à venir dans les siècles des siècles. Amen. »

    ***

    Les Armes de France

    La légende situe l’origine du blason de France lors du baptême de Clovis qui aurait alors modifié son écu pour y inscrire les lys mariaux.

    Sur le plan historique, dès les premiers Capétiens directs le lys est présent dans la symbolique royale, notamment avec Hugues Capet, Robert II le Pieux et Philippe Ier. Philippe II (Philippe-Auguste) utilise une bannière d’azur fleurdelisée d’or dès 1191 lors de la Troisième croisade et l’un de ses baillis porte l’écu fleurdelisé en 1207. Cet écu d’azur semé de fleurs de lys d’or est également attesté depuis 1211 sur un sceau de son fils Louis, futur Louis VIII « le Lion ».

    premieres_armes

    Ce blason fut modifié par le Roi Charles V en 1376. Il en réduisit les fleurs de lys au nombre de trois « en l’honneur de la Sainte Trinité ».

    armes_de_France_CharlesV

    Au cours des siècles suivants, les Armes de France ont été accompagnées de divers ornements significatifs dont les colliers des Ordres du Roi : l’Ordre de Saint-Michel fondé à Amboise le 1er août 1469 par Louis XI et l’Ordre du Saint-Esprit fondé le 31 décembre 1578 par Henri III.

    Aujourd’hui, en considération de raisons d’ordre éminemment spirituelles telles qu’il les a explicitées dans son discours du 23 juin 2018, tout comme celles qui avaient motivées son aïeul le Roi Charles V, Monseigneur le Comte de Paris a décidé d’apporter une modification au blason de France.

    Cette mutation ontologique des Armes de France, si l’on nous permet de l’exprimer ainsi, s’inscrit comme la conséquence immédiate et le témoignage vivant de la consécration au Sacré-Cœur de Jésus, instituée en ce 23 juin 2018.

    Ces Armes renouvelées (en donnant à ce mot son plein sens évangélique) incarnent la dimension et l’efficience spirituelles de cette consécration ; son retentissement au double sens du terme, dans le blason de la France qui, comme tout blason, est l’expression de l’âme et de la vocation de qui le porte.

    Cette consécration génère, légitime et même exige cette inclusion du Sacré-Cœur au sein des Armes de France, en témoignage de ce que Monseigneur le Comte de Paris a officiellement remis la France au Sacré-Cœur de Jésus.

    Les Armes de France se blasonnent désormais :

    « D’azur au Sacré-Cœur rayonnant de dix-sept rais d’or accompagné de trois fleurs de lys du même. »

    Parce qu’il s’agit du meuble principal, la règle commande de le citer en premier. Le Sacré-Cœur, selon une iconographie traditionnelle, est enflammé, sommé d’une croisette, généralement latine, présente le plus souvent une plaie ouverte, le tout de gueules et se trouve comme ceinturé par une couronne d’épines d’or. Parce qu’il s’agit précisément d’une iconographie bien établie et afin de conserver la sobriété et ainsi la puissance du blasonnement, on ne décrira donc pas tous ces éléments.

    Le Sacré-Cœur repose en son rayonnement d’or lequel recouvre quasiment tout l’azur autour de celui-ci, de sorte qu’il ne saurait y avoir enquerre en cette nouvelle composition : autrement dit une dérogation à la règle première de l’héraldique : « ni émail sur émail ni métal sur métal ».

    A toutes fins utiles, rappelons qu’une enquerre, un blason à enquérir, signifie, non que les armes sont fausses de manière rédhibitoire, mais justement qu’il faut s’enquérir du motif de cette dérogation.

    L’exemple parfait de telles armes à enquerre sont celles du Royaume chrétien de Jérusalem :

    « D’argent à la croix alésée et potencée d’or cantonnée de quatre croisettes du même à enquérir ». Loin d’être fausses, bien évidemment, ces armes sont le signe de la sainteté même : l’argent (blanc) marial, matrice et cœur où nait et demeure l’or spirituel de la gloire divine, source de la résurrection de la chair. La ville sainte en exprime le lieu « terrestre » par excellence.

    A l’intention de ceux qui persisteraient à voir une enquerre en ces Armes de France renouvelées malgré ce qu’il vient d’être précisé, considérons son mystère au sens chrétien ; sa justification. En l’espèce, l’azur porte le Sacré-Cœur comme Marie a porté le Christ en son sein. D’ailleurs l’azur est la couleur traditionnelle du manteau de la Vierge dont elle protège ses enfants, baptisés en Christ.

    Héraldiquement, cet émail exprime la déification de l’homme réédifié dans le Seigneur ainsi que la vertu cardinale de Justice qu’au Nom de Dieu le Roi de France diffuse et maintient en son Royaume. De l’azur naît donc l’Emmanuel rédempteur tout entier présent par son Sacré-Cœur dont l’émail rappelle le divin sacrifice.

    Dans une seconde perspective, c’est ce Sacré-Cœur qui, par sa Puissance et son Amour divins symbolisés par l’émail de gueules, imprime dans l’âme et la vocation de la France royale le ciel de cette déification glorieuse et cette seigneurie (spirituelle autant que temporelle) incarnée et récapitulée, en lui, par son Lieutenant en Terre des lys, le Roi de France.

    Enfin, pourquoi 17 rais d’or et non un simple rayonnement sans plus d’indication ?

    Ce nombre se rattache de manière quelque peu cachée à la seconde pêche miraculeuse : Pierre tire à terre le fruit de sa pêche qu’il venait de conduire selon l’indication du Christ : « le filet plein de gros poissons : cent cinquante-trois » (Jean XXI, 11).

    Saint Augustin explicite dans son Traité sur l’Évangile de Saint Jean et son sermon 248 pour la semaine de Pâque que 153 est la somme de tous les nombres compris entre 1 et 17, leur addition figurant l’Église universelle : « dès que l’on a besoin de l’Esprit Saint pour pouvoir observer la loi, il faut ajouter 7 à 10 ce qui fait 17 et en additionnant tous les nombres de 1 à 17 tu obtiendras 153 et tu obtiens le chiffre mystérieux des fidèles et saints qui seront avec le Seigneur dans les splendeurs du ciel ».

    17 se présente donc comme la racine céleste de ce nombre symbolique de 153 permettant de saisir en toute sa plénitude le rayonnement du Sacré-Cœur, source vive de l’Eglise universelle et éternelle. Parce qu’elle a le privilège exigeant d’être la Fille aînée de l’Eglise, la France doit se tenir et se maintenir en cette union au Sacré-Cœur du Christ-Roi et coopérer à l’effusion de la lumière de ses grâces. Car c’est bien le Seigneur qui règne en primat sur la France « pour les siècles des siècles » en la personne des Rois, ses Lieutenants dans la succession des générations.

    • Les Orléans n’ont jamais porté le “blason de France” mais le blason des Orléans, donc “de France” mais avec un lambel. Le blason de France… il n’en est pas propriétaire. donc il peut rajouter ce qu’il veut, ça n’a aucune valeur

      Seul Louis de Bourbon, duc d’Anjou, aîné de la maison de France, a le droit de “toucher” au blason de France, qui est son blason

    • “comte de Paris” entre guillemets, bien entendu. Il n’y jamais eu de “comté de Paris” en France, ce titre est bidonné, fictif, faux. Il est “duc d’Orléans” tout simplement, en tant que 1er descendant de “Monsieur”, duc d’Orléans et frère de Louis XIV….

  8. RIP au duc d Orléans qui porta un poids énorme du point de vue historique par le vote de son ancêtre pour la mort , pardon l assassinat de Louis XVI , fm , lui-même fm et espérons que il a abjuré son appartenance à cette antre de malheur . Légitimiste , je me dois néanmoins de prier pour son âme, tout comme n importe quel Chretien pour qu il puisse reposer en paix .
    Vive le roi , vive de jure Louis XX .

  9. Mon Dieu ! Mon Dieu ! Que d’échanges historiques. Mais aujourd’hui, je pense que cette guéguerre entre Légitimistes et Orléanistes n’a plus lieu d’être. Les Lois fondamentales du Royaume désignent Louis de Bourbon, point final. Henri d’Orléans étant à la 73ème place dans l’ordre de succession au trône de France. Si ces Lois avaient désigné toute autre “prétendant” – Louis XX ne prétend à rien, il est – et bien, c’est celui-là qui aurait été l’héritier de la couronne. Je ne pense pas non plus qu’il faille sans arrêt ressortir la grave faute (régicide ?) de leur ancêtre. Cela est stérile et inutile. J’ai lu, il y a pas mal de temps, dans une revue espagnole que les relations entre Louis de Bourbon et les Orléans étaient désormais bonnes, et c’est tant mieux. Ainsi, il est permis de penser que la famille d’Orléans – qui reste quand même une grande famille de France – puisse jouer un rôle actif dans la restauration de la monarchie en France.
    Ceci dit, qu’enri d’Orléans repose en paix !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services