Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Halte au feu! L’essentiel est d’obtenir que notre droit à célébrer la messe publiquement soit reconnu

Après cet article remerciant les évêques, nous avons eu sur Twitter, en messagerie privée, puis en public, une réaction brutale de Mgr Malle refusant nos remerciements, au motif qu’ils critiqueraient par contraste les autres évêques et inviteraient les prêtres à célébrer des messes clandestines.

Plusieurs internautes répondirent assez vertement et je les remercie chaleureusement de leur soutien. Mais je voudrais demander instamment à tous de “cesser le feu”.

Je précise, même si je pensais que cela allait de soi, que nos remerciements étaient sans arrière-pensées: nous nous réjouissions sincèrement que des pasteurs défendent notre droit de fidèles du bout du rang. Et, même si Mgr Malle refuse nos remerciements publics, il ne pourra pas nous empêcher d’éprouver – malgré ses accusations injustes – de la reconnaissance pour le combat qu’il mène afin que les messes publiques soient autorisées dès la fin du confinement.

Je précise aussi – là encore, je pensais que c’était évident – qu’il n’y avait aucun appel à des messes clandestines. J’avoue d’ailleurs ne pas bien comprendre ce que pourrait être un appel public à des messes clandestines. Il existe des messes discrètes durant ce confinement – j’imagine que c’est ce genre de messes que Mgr Malle appelait des “messes clandestines”. Il ne me viendrait pas à l’idée de les recenser. Par définition, pour que cela “fonctionne”, il faut que cela reste discret. J’ai relu plusieurs fois le passage sur le soutien aux prêtres, je persiste à ne pas comprendre comment on pourrait le comprendre comme un appel à célébrer des messes clandestines. Il s’agissait simplement de la suite du mouvement des 130 prêtres qui ont dit qu’ils étaient prêts à célébrer publiquement dès le 11 mai – en se préparant à les soutenir contre les possibles attaques d’un Etat anti-catholique.

Je regrette profondément que Mgr Malle ait mal compris notre intention et je lui présente bien volontiers mes excuses si nous l’avons froissé, ce qui était à des années-lumière de nos intentions.

Mais, surtout, je demande instamment à tout le monde de revenir à l’essentiel: l’essentiel est que, chacun à notre place, chacun avec nos moyens, nous nous battons pour obtenir le culte public dès la fin du confinement.

Guillaume de Thieulloy

Directeur du Salon beige

Partager cet article

9 commentaires

  1. Cher Guillaume, un cesser-le-feu est une des options offertes pour exploiter un avantage tactique ou, mieux encore, stratégique. Décider le cesser le feu au bénéfice de l’ennemi est une reculade or, si l’on ne dénonce pas ces mauvais pasteurs, on laisse le mal sournois qu’ils instillent gagner sur le bien. Il y eut des Talleyrand, des Grégoire, des curés jureurs, pourquoi pas des Malle ? Certains, vous le savez, sont de hauts grades des loges les plus anticatholiques et acharnés contre la Tradition. Ils doivent être dénoncés, les circonstances sont favorables à une sérieuse et honnête mise au point. Toutefois, je comprendrais que vous conserviez mon commentaire en coulisses, au motif d’apaiser le débat…

  2. Pasteur ou simple fidèle, chacun de nous a la responsabilité de ses paroles publiques et privées.
    L’époque est propice à des postures politiques stériles voire dangereuses. Tout le monde ne peut être Jerzy Popiełuszko, Karol Wojtyla ou Thomas More…
    En revanche, on peut tous choisir de prendre l’avis favorable sur les intentions de chacun sans être dupes des conséquences de chaque positionnement.
    Ainsi qui peut encore croire au 2 juin, comme on a fait semblant de croire au 11 mai, et aux quinze jours d’abord annoncés…?
    La prudence est d’envisager enfin le temps long. Et fidèles laïcs, à mon sens, nous devrions surtout demander à tous les pasteurs de nous nourrir sacramentellement, pour que nous soyons capables de tenir dans notre devoir d’état. Ce n’est pas une lutte politique, c’est une demande spirituelle, et elle s’adresse à tous les évêques et tous les prêtres…
    “Ma” reconnaissance ne va donc pas à ceux qui sont étonnés, déçus, en colère mais à ceux qui vont donner des dispenses pour recevoir l’eucharistie sans messe, et à ceux qui vont nourrir discrètement (et non illégalement d’ailleurs pour le moment) le peuple de Dieu dans ces circonstances difficiles.
    Gabrielle Vialla
    https://fecondite.org

  3. Je vous rejoins entièrement !

  4. A part refuser nos remerciements, que sait faire, quelle est la fonction de Mgr Malle: il est Mgr de quoi ? Le clergé “conciliaire” a tendance à se décharger sur les laïcs d’un tas de choses qu’il faisait autrefois. Mais quand ces laïcs les font à rebrousse poil de leur politique ils ne sont pas contents. On voit ça depuis des décennies dans la liturgie d’où le latin et le chant grégorien ont été exclus en pratique même quand des laïcs sont capables de les faire revivre. Alors nous aimerions que ces clercs soient chrétiens avant d’être cléricaux. Est-ce trop demander?

  5. Ces gens là sont plus politiques que pasteurs.
    Même après le confinement, il vaudra peut-être mieux rester chrétiens chez soi ?

  6. Les salles paroissiales, et les maisons des catholiques autour de l’église où serait célébrée la messe pourraient accueillir des groupes de 10 personnes qui suivraient la messe sur un écran. Ensuite, avec la proximité des gens, la communion peut être facilement distribuée.
    Si c’est en extérieur, il suffit d’instaurer une distance correcte entre groupes de 10 personnes, sur un même terrain… autour de l’église, dans le cimetière, etc.

  7. Comme en 1789, il y a des prêtres jureurs, qui font allégeance à la république maçonnique qui sabrent le champagne pour avoir réussi le tour de force d’interdire, pour la première fois depuis des siècles, aux catholiques de fêter Pâques… Ces prêtres appellent donc à respecter les consignes des bleus, voir plus, à les anticiper… Et puis il y a les autres, les prêtres qui font des messes clandestines… Comme chez nous !

  8. personne ne nous empêche de prendre des fourches et des batons, nos ancêtres vendéens l’ont fait pourquoi pas nous. Je pense que c’est coque je vais faire à la première occasion, on pourrait prendre aussi le fouet pour chasser les marchands du”temple”

Publier une réponse